1. // Euro 2012 – Galles/Angleterre

Le brassard qui dérange

John Terry récupère son bien cet après-midi. Fabio Capello a décidé de passer l'éponge sur les aventures "hors-champ" du défenseur de Chelsea. N'en déplaise à Rio Ferdinand, blessé, qui fait la gueule. La nation anglaise aussi d'ailleurs.

Modififié
0 0
Chez nous, la semaine a été marquée par les retours de Ribéry et Evra en équipe de France, retours largement commentés. Parce que, à simplement parler des forces et faiblesses du Luxembourg, on allait rapidement tourner en rond. L'Angleterre a eu aussi sa petite histoire. Affrontant le voisin gallois au Millenium Stadium cet après-midi, avec un Gareth Bale forfait, l'Albion allait aussi tourner en rond à ne parler que de terrain. Fabio Capello s'est donc chargé de livrer l'os à ronger : le brassard va changer de bras. Rio Ferdinand est trop souvent blessé pour assumer le rôle, Lampard et Gerrard sont loins d'être des leaders techniques cette saison pour se poser en capitaines crédibles, Wilshere est trop neuf dans le squad pour prétendre au brassard, Ashley Cole n'a pas bonne presse actuellement (demandez au stagiaire de Chelsea qui s'est pris un plomb par le latéral gauche anglais) et Wayne Rooney ne fait pas l'unanimité en sélection. Fabio a donc dû se résoudre à lever une punition vieille de treize mois : John Terry va retrouver son rôle de capitaine au détriment de Rio Ferdinand. L'Angleterre, les observateurs anglais ne comprennent pas.


Premièrement, parce que, dans une période où la sélection est chahutée par son public, ôter le brassard du bras d'un des joueurs anglais les plus populaires pour le rendre à un type qui ne jouit pas de la même cote d'amour n'est pas le meilleur signal. Deuxièmement, la méthode Capello a dérangé. Si, auparavant, les critiques envers le technicien italien se concentraient davantage sur le terrain, elles s'orientent désormais, avec cette histoire de capitanat, plus sur le terrain du management pur et dur. L'Angleterre du foot crie manque de respect et manque de courtoisie à l'encontre de l'Italien. Capello a merdé, n'a pas mis les formes pour éjecter proprement Rio de son rôle. Pas de coup de fil en guise de prévention. « Je n'aime pas parler du capitanat au téléphone » répond Fabio. Pas de rencontre en tête-à-tête non plus. Là encore, Fabio riposte : «  J'ai essayé mais ça ne s'est pas fait. Je l'ai attendu dans la loge présidentielle avant le début du match (Man. United / Marseille) mais il n'est pas venu. Il faut lui demander pourquoi » . Une fuite annonce peu après que Capello était là pour annoncer le retrait du brassard à Ferdinand. Le coach italien bafouille – « je ne suis pas sûr de ma décision encore, j'ai besoin de temps » - mais doit composer surtout lorsqu'il se rappelle d'une scène confuse en amical, à Copenhague contre le Danemark : le brassard passe de bras en bras au gré des changements, mais personne ne sait vraiment à qui donner le brassard, alors que dans le foot briton, le brassard revêt une importance fondamentale. Les Anglais ont besoin d'un leader identifiable sur le terrain pour se sentir au moins à l'aise. «  J'étais très très énervé. Les gens se disaient « Qui est le capitaine ? » Moi, j'avais désigné trois noms : le capitaine, le vice-capitaine et le second vice-capitaine. Mais il y a eu confusion. Ça a dû être un moment difficile pour John » . Terry était en effet sur la pelouse mais n'a jamais été sollicité, assistant frustré, à cette scène.



Et pour cela, personne ne crie manque de courtoisie à John, alors que JT est redevenu le meilleur défenseur anglais, qu'il connaît plutôt bien le métier de capitaine et qu'il pouvait légitimement assurer l'intérim à Copenhague. Aujourd'hui, à Cardiff, John a repris place dans le fauteuil du capitaine, du leader mais l'opinion ne s'est pas encore faite à cette idée. Un récent sondage du Guardian, « John Terry est-il votre tasse de thé ? » , confirmait la tendance, avec 80% d'avis négatifs.



Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Un amical à enjeux
0 0