Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options

Le bras de fer chinois de Nancy

La vente de Nancy se faisait dans la discrétion, mais depuis que les investisseurs chinois commencent à traîner des pieds, Jacques Rousselot hausse le ton. Et entre un supposé futur président qui tchatche avec les fans sur les forums et des formalités qui n'en finissent pas, l'aventure ne semble pas terminée.

Modififié
Le jeudi 10 novembre, alors que le feuilleton de la vente de Nancy à un consortium d'investisseurs étrangers emmenés par des Chinois bat son plein, les internautes d'un forum de supporters nancéiens lisent les messages postés par un utilisateur mystérieux, dont le compte se nomme « Tribune officielle » . « Nous laissons la décision à la direction de l'ASNL d'étendre ou non le délai sur lequel nous nous étions mis d'accord » , promet la fameuse tribune officielle, visiblement très informée sur le sujet, et en faisant référence à la date butoir du 15 novembre fixée pour finaliser la vente. Après cette première annonce, le message se poursuivait : « De notre côté, nous pensons finaliser avec certitude la transaction financière au plus tard le 30 novembre, avant si les banques accélèrent la procédure. »


Sur Internet, royaume des pipeauteurs et des gens qui ont trop de temps libre, ce genre de message un peu farfelu aurait pu passer inaperçu. Mais après des vérifications effectuées par le club lui-même, le fameux internaute est vite démasqué. Il s'agit de Cyril Guth, homme d'affaires français installé à Dubaï, qui représente le conglomérat d'investisseurs et qui s'apprête à devenir président de l'ASNL en cas de vente du club. Sa façon d'échanger avec les fans sur le net étonne, et relève clairement du jamais-vu. En même temps, ce personnage et les Chinois qu'il représente n'en sont pas à leur première surprise, et Jacques Rousselot, président de Nancy depuis 1995, est ballotté depuis des semaines au gré de leurs pas en avant, et surtout en arrière.

Un pilote de karting à Picot


Pourtant, dès le 30 octobre, L'Est Républicain annonçait sans sourciller : « La vente de l'ASNL est signée. » Qui pour reprendre les Chardons ? Comme à Sochaux et à Auxerre, les repreneurs sont chinois. Un groupe d'hommes d'affaires qui auraient 40 milliards d'euros en poche, et représentés dans ce dossier par Cyril Guth. Avant d'arriver en Meurthe-et-Moselle, le gang avait d'abord tenté de mettre le grappin sur l'Olympique de Marseille, en vain. Alors va pour Nancy, club de Michel Platini, l'idole de jeunesse de Cyril Guth. Ce dernier est un quinquagénaire sympathique, passionné de karting, et dont le numéro de téléphone personnel est carrément disponible sur le site d'une de ses sociétés. Et là où Sochaux ou Auxerre n'avaient couté que 7 millions d'euros aux Chinois, Nancy devrait partir pour une vingtaine de millions.


Ligue 1 oblige, mais aussi agglomération et région à fort potentiel de développement économique. Mais une semaine après l'annonce triomphale de L'Est Républicain, les premiers grains de sable commençaient à gripper cette belle machine. Prêt à vendre son club depuis longtemps, Jacques Rousselot pensait avoir enfin trouvé les investisseurs idéaux, mais le dossier traîne, et le 7 novembre, il grogne sur France Bleu Lorraine : « Les choses n'avancent pas comme je souhaiterais, on va attendre encore un peu. (...) Ça commence à m'agacer, j'aime bien les choses qui sont claires. Aujourd'hui nous sommes dans l'attente, peut-être que ça se fera, peut-être que ça ne se fera pas. » Le poing sur la table, alors qu'il ne reste plus qu'une semaine aux repreneurs pour effectuer les versements, comme le prévoit le calendrier initialement fixé.

Phobie administrative


Le 8 novembre, lendemain du psychodrame, un journaliste de L'Est Républicain prend son téléphone et appelle le numéro indiqué sur le site de la compagnie de Cyril Guth. Loin de se planquer, ce dernier répond et rassure : « La transaction va se faire. Je comprends M. Rousselot avec lequel je suis en contacts réguliers, je comprends aussi tous les supporters de Nancy qui trouvent que ça met du temps, mais c’est normal avant de finaliser une telle opération. Il y a un tas de documents à fournir et à vérifier. » Un délai supplémentaire lui est accordé, et Guth a finalement jusqu'au 30 novembre pour rendre sa copie. « Vérifications bancaires un peu longues » , explique-t-on, en espérant calmer l'impatience des supporters grâce à de grands termes administratifs. Car les fans en ont entendu, de belles promesses.


Le budget du conglomérat monterait à plus de 120 millions, avec pour objectif de qualifier Nancy pour la Ligue des champions dans les quatre ans. Mais plus le dossier s'éternise et plus d'autres théories apparaissent, comme celle expliquant que c'est Rousselot lui-même qui met les freins. Car comme porte de sortie, il s'imaginait bien remplacer son ami Le Graët à la tête de la FFF. Toujours sur France Bleu Lorraine, il ne s'en cachait pas : « Il m'avait semblé qu'il arrêtait, j'étais un peu dans la confidence puisque je devais lui succéder. Je suis très affecté par la situation. » Il prend ensuite le pouls de la LFP, et comprend qu'il n'y a pas non plus de place pour lui là-bas. Alors pour ne pas se retrouver tout nu, certains pensent qu'il préfère s'accrocher à son club. Histoire de suivre l'exemple de son pote Le Graët à la FFF.

Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 2 heures Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 2
Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom