En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barrage retour
  3. // Real Sociedad/OL (2-0)

Le big bisou de Carlos

Auteur d’un joli doublé, Carlos Vela a viré l’Olympique lyonnais de la Ligue des champions. Côté rhodanien, le naufrage est collectif, mais la défense commence à être vraiment inquiétante.

Modififié
Real Sociedad



C. Bravo (6) : Quelques inquiétudes sur phases arrêtées, quelques plongeons pas vraiment utiles, mais un deuxième match consécutif sans prendre de pion. Ce soir, dans les bars à tapas des allées étroites de San Sebastián, Claudio va boire. Pour fêter la victoire, mais aussi pour rendre hommage à l’autre C. Bravo, Christine.

Estrada (6) : Rarement mis en difficulté, il a fait quelques misères à Bedimo qui a dû se dire que, dans la famille Estrada, il préférait Marco. Au moins, lui, il mettait des volées de 40 mètres.

Ansotegi (6,5) : Entre deux ceinturages discrets sur Lacazette, il a eu le temps de checker le compte Instagram de Bafé Gomis, qui dînait avec sa nana ce soir. Tant mieux pour lui.

Martinez (6) : Le défenseur basque a fait le ménage. Conchita Martinez.

De la Bella (6) : Alberto de la Bella. Un nom à être élégant et en danseuse dans les pentes du mont Ventoux. Une activité certainement plus intense que de serrer Benzia au marquage.

Bergara (4) : A laissé son équipe jouer à dix pour prouver la supériorité indéniable des siens.

Xabi Prieto (7) : Il est déjà l’homme le plus élégant de cette Ligue des champions 2013-2014. En plus, il va ringardiser les milieux de terrain européens.

Zurutuza (6,5) : Le rouquin a failli perdre une cheville après un tacle de Benzia, puis a été précieux dans la construction offensive des Basques. Paul Scholes aura un héritier en C1 cette année.

C. Vela (8,5) : Deux buts de Carlos pour envoyer l’OL en Europa League. Grosses accélérations, belles passes, crochets assassins, coup de boule et, enfin, slalom géant façon Herman Maier suivi d’un ballon piqué. Parfait. Dans leurs canapés, les fans d’Arsenal rêvent. Flamini a bien fini par revenir…

Griezmann (7,5 – le talent d’Ibrahima Bakayoko) : Quelle patte gauche… Impitoyable sur phases arrêtées, très influent dans le jeu, le Français a réalisé une partie quasi-parfaite. Quasi, car Seferović a décidé de saloper son offrande parfaite en deuxième période, mais aussi et surtout parce qu’il a loupé l’occasion de plier le match en début de rencontre sur un face-à-face digne des plus grandes heures d’Ibrahima Bakayoko. Par contre, les gros matchs et la teinture blonde, c’est suspect. Laurent Dufaux le sait. La Team Festina aussi.

Seferović (6): Moins précis qu’à l’aller, l’international suisse a tout de même pris un malin plaisir à mettre à mal une défense lyonnaise déjà ridicule.

Granero (non noté) : Entré pour prouver au monde du football qu’il était encore propre sur lui et bien dans ses pompes. Raùl aime ça.


Olympique lyonnais



A. Lopes (3,5) : Des sorties ghettos aussi rassurantes qu’une virée dans le Bronx et une maigre parade sur un coup franc de Griezmann pour faire oublier qu’avant lui, on pensait que les Portugais étaient de bons gardiens.

M. Lopes (10) : Comme on dit, une fois qu’on a touché le fond, on ne peut que remonter.

Umtiti (3,5) : Ah ça, pour se faire des coiffures de joueur NBA, il y a du monde. Par contre, quand il s’agit de s’occuper de Seferović, Vela et Griezmann, il n’y a plus personne.

B. Koné (3,5) : Quitte à avoir un Koné pas vraiment sûr de lui en défense, autant avoir Baky, lui, il mettait des lucarnes.

Bedimo (3) : Si la défense de l’OL passe à La Haye pour crime contre l’humanité, Bedimo sera son Milošević.

Fofana (4,5) : On attend le vrai Fana.

Gonalons (4) : Plus UFC que CFC. Plus coups de coude que passes appuyées.

Grenier (6) : Plus Grenier se rend compte qu’il est fort, plus il tente des choses compliquées, plus cela nuit à son jeu. En attendant, ce soir, Grenier, c’est zéro déchet. Un des rares à surnager.

Gourcuff (4) : On ne peut pas lui reprocher de ne pas être concentré, on dirait qu’il joue une partie contre Kasparov. Mis « mat » par Grenier, il doit jouer les deuxièmes larrons. Dur.

Benzia (3) : Futur Benzema, ex-Belfodil, ancien Tafer, faux Belhouli, comme Fekir. À moins que ce ne soit l’inverse.

Lacazette (4,5) : Il se bat, Alexandre. Il est même plutôt bon. Par contre, il ne peut pas être le numéro 9 d’une équipe qui veut jouer la Ligue des champions.

Fekir (non noté) : De loin le meilleur jeu du Juste Prix devant La Tyrolienne. En revanche, il n’a pas cloué ses adversaires.

Belhouli (non noté) : Un pento de qualité, c’est certain. Une belle dégaine de joueur de Five, aussi. Celui qui joue avec la semelle et boit du Powerade.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:01 Tony Chapron est en arrêt maladie 40 Hier à 13:27 Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 23 Hier à 12:18 Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 8
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 17 février Les maillots du PSG floqués en mandarin 25 samedi 17 février La panenka ratée de Diego Castro en Australie 20