Deux saisons sans saladier de champion, c’est long, trop long quand on s’appelle le Bayern Munich. Aussi les Bavarois ont-ils décidé de passer à la vitesse supérieure en recrutant un directeur sportif et des joueurs de qualité. Reste à savoir si le club bavarois réussira à trouver une certaine cohésion pour détrôner l’équipe du moment, le Borussia Dortmund.

9 12
21 titres en 49 éditions. Le Bayern Munich, c’est un peu le fil rouge de cette Bundesliga. Bien entendu, il y a eu quelques périodes de contestation : le Borussia Mönchengladbach à la fin des années 60 et dans les années 70, Hambourg au début des années 80, le Borussia Dortmund dans les années 90. À chaque fois, le Bayern a maté la rébellion, de manière cruelle, en montant sur ses grands chevaux, en achetant à tour de bras les meilleurs joueurs du championnat, d’une part pour se renforcer bien sûr, mais surtout pour affaiblir ses adversaires. Jusqu’ici, cela a bien fonctionné. Mais voici qu’à nouveau, le Borussia Dortmund se dresse devant la forteresse bavaroise. Que les jeunes de la Ruhr gagnent deux titres de suite, soit. Qu’ils le fassent avec la manière et qu’ils suscitent un engouement jamais vu auparavant dans le pays, ça, non.

Les petits plats dans les grands

Alors le Bayern a décidé de mettre les petits plats dans les grands. Surtout après une saison 11/12 qui s’est achevée n’importe comment, comme un vulgaire Bayer Leverkusen il y a dix ans. Suffisant pour qu’un Jürgen Klopp se foute ouvertement du Bayern lors d’une conférence en présence de 750 étudiants de la prestigieuse Sporthochschule (école supérieure du sport) à Cologne. À la question : « Comment fait-on pour gagner deux titres de suite ?  » , le coach à la barbe de trois jours a ironiquement répondu : «  La famille du club est au-dessus de tout. C’est important que tout soit coordonné. Ceci décide souvent de la victoire ou de la défaite, j’en suis convaincu. Mais ce concept est pratiqué autrement dans le sud de l’Allemagne.  » Une façon de se payer un Bayern qui se proclame facilement « seul club dans le Sud » .

Toutefois, le Bayern n’a pas attendu la déclaration de Klopp pour réagir. Pour reconquérir ce Meisterschale qu’ils chérissent tant, Hoeness et compagnie se sont lancés dans une grande campagne d’achat et de rachat. Ainsi, la grosse recrue de ce mercato est (pour l’instant), non pas un joueur, mais un dirigeant, Matthias Sammer. L’ange roux, qui a connu ses plus belles heures avec le… Borussia Dortmund, sera chargé de transmettre son virus de la gagne à un Bayern qui semble en avoir grand besoin.

Une concurrence de malade

Si, du côté de la Säbener Strasse, on souhaite que le Ballon d’Or 1996 procède à une véritable révolution, on attend également beaucoup des recrues. Étant donné que les meilleurs joueurs du championnat sont censés jouer à Dortmund, le Bayern n’a pu faire main basse sur la maison noire et jaune. Alors elle est allée voir ailleurs. Au sein de son championnat tout d’abord, avec les arrivées de Dante (de Gladbach, pour 4,7 millions), de Mario Mandžukić (de Wolfsburg, pour 13 millions), de Tom Starke et Claudio Pizarro (Hoffenheim et Werder, gratuits). Les Bavarois sont également allés prospecter au-delà des frontières et ont ramené l’explosif Xherdan Shaqiri du FC Bâle, contre un joli virement de 11,6 millions d’euros. Beaucoup de joueurs, donc, surtout que ceux qui sont partis (Olić, Pranjić, Petersen, Breno) jouaient peu ou pas du tout. Du coup, c’est une véritable concurrence qui va se mettre en place pour savoir qui doit jouer ou non pour le Rekordmeister. Si l’on part sur les bases de l’année dernière, des mecs comme Neuer, Lahm, Alaba, Schweinsteiger, Luiz Gustavo, Ribéry, voire Kroos, ont leur place quasiment assurée.

Pour le reste, c’est un casse-tête de luxe. En défense centrale, ils sont quatre pour deux places : Boateng, Badstuber, Dante et Van Buyten. Au poste de milieu droit, ce sera une bataille Robben/Shaqiri pour savoir qui est le plus fort au jeu de « Je rentre sur mon pied gauche, j’arme, je tire, je marque » . À moins que Thomas Müller ne vienne mettre son grain de sel. Le polyvalent « homme sans muscle » peut jouer à droite et faire chier le Suisse et le Néerlandais, mais également dans l’axe, et donc forcer Toni Kroos et sa brosse à s’asseoir sur le banc, ou bien à dégager Luiz Gustavo ou Schweinsteiger. Enfin, en attaque, la pression est mise sur Mario Gómez, qui devra défendre son steak face à la nouvelle hype Mario Mandžukić, mais surtout face au routinier Claudio Pizarro. Une belle flopée de joueurs, à n’en pas douter. Des joueurs pour lesquels les supporters bavarois n’hésiteront pas à faire le déplacement, les places pour les 17 matchs de championnat à domicile ayant déjà toutes été vendues. Maintenant, les fans espèrent que le tandem Heynckes-Sammer trouvera la bonne formule pour faire cohabiter tout ce beau monde ensemble, pour créer un véritable esprit de groupe, de famille. Sous peine de redevenir le FC Hollywood. Mais sans les titres.

Ali Farhat
Note : 1
bel état des lieux Ali. Mais je pense qu'il manque un peu de magie à ce bayern. Sammer c'est bien, mais il faut un mec du type Van Bommel à cette équipe, ou une vraie "stars". Et la défense du Bayern est sans doute dans le top 3 en Allemagne mais en Europe ? De ce point de vue, j'espere vraiment que le Bayern casse sa tirelire pour Martinez. Je ne sais pas s'il vaut 40 millions, mais il est meilleur que tous les défenseurs du FCB... Si le mercato reste dans l'état actuel, je crois que le BVB risque de continuer à se regaler.

d'une certaine façon Kloppo est en train de prouver que le concept de Löw peut marcher en club. Unité, famille, beau jeu contre abnegation, hargne et "Grätsche" (tacle en allemand)

Le mental des bavarois, roi de la loose (en club, en selection) va également compter. Schweinsteiger, Lahm, Kroos, Robben, Badstuber, etc ca fait beaucoup de perdants. Et que dire de Gomez ?
ça reste un peu léger en défense centrale je trouve. Van Buyten a passé la moitié des 2 dernières saisons à l'infirmerie et bon il a plus 20 ans quoi.
Tymoschuk a dépanné à ce poste mais c'est clairement un milieu
Note : 1
@WiL
Ce sera corrigé, promis.

@schey et chumpitaz
C'est vrai que l'assise défensive du Bayern laisse un peu à désirer. Peut-être qu'ils tenteront un coup incroyable s'ils n'ont pas Javi Martinez. Quant au moral des troupes, on verra bien. Ils ont suffisamment de caractère pour remonter la pente, je pense...

Ali F.
Note : 1
Je supporte le Borussia. Les deux titres et les Lederhosen au placard deux ans, ça m'a rendu très content.
Si le BVB nous fait le triplé, je serai encore plus content.
Par contre, s'ils finissent 2e ou plus, je serai un peu triste. Mais d'un autre côté, y'aura peut-être enfin moyen d'aller voir un match à domicile sans camper 3 jours devant la billetterie. Donc je serai content quand même!
(et quand je suis content je vomis, ça promet!)
 //  Aficionado del Argentine
C'est parce que Robben joue dans ce club que adidas c'est mit a cet affreux orange ?
et moi qui pensait que les casques a pointes de adidas etaient plus sérieux dans ce domaine la que les yankees de nike !
Note : 1
"qu'il n'y a pas eu"

"qu'ils semblent"

"notamment passer"...

désolé.
meinkrampe
Note : -2
J'ai hâte de voir le Bayern gagner le championnat pour lui faire bouffer sa casquette à ce gauchiste de Klopp.
Partenaires
Trash Talk basket Vietnam Label Le kit du supporter
A lire ensuite La revanche de Bernard
9 12