Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 11e journée
  3. // Bayern Munich/Francfort (2-0)

Le Bayern soumet Francfort

L’Eintracht Francfort ne ressemble pas du tout à un promu. Il a même fait jeu égal avec le Bayern. Chez lui, dans son Allianz Arena. Mais voilà, à un moment ou à un autre, tout le monde finit par craquer devant la mécanique bavaroise. Malgré un Kevin Trapp héroïque, les Aigles se font plumer par les Bavarois. Franck Ribéry d’abord, son chouchou David Alaba ensuite. Victoire d’un Bayern que l’on n’arrête plus.

Modififié
Bayern Munich / Eintracht Francfort : 2-0
Buts : Ribéry (44e), Alaba (77e sp)

« Nous n’avons aucune chance.  » Quelques minutes avant le match, Armin Veh se montrait quelque peu défaitiste. Au vu des statistiques, difficile de donner tort à l’entraîneur de l’Eintracht Francfort. Sur les 29 derniers matchs à Munich, les Aigles ne l’ont emporté qu’une fois (24 victoires, 4 nuls pour le Bayern). Et au vu des performances actuelles des coéquipiers de Philipp Lahm, tout le monde s’attendait à un match compliqué pour un Eintracht Francfort qui commence lentement mais sûrement à rentrer dans le rang. Compliqué, le match l'a été. Mais pour le Bayern. Face à une équipe de Francfort qui a montré des bourses, les Bavarois se sont cassé les dents sur une équipe volontaire et un Kevin Trapp de feu. Mais comme d’habitude dans ces moments-là, le sauveur portait le nom de Franck Ribéry. Et puis comme tout va bien pour le Français en ce moment, c’est son petit protégé David Alaba qui aggravera le score. La Bavière a beau être dominée par la CSU (la CDU de Merkel en version locale, quoi), au Bayern, on porte une affection particulière pour la gauche.

L’Eintracht fait jeu égal avec le Bayern

Pour sa 100e apparition sur le banc bavarois (la 100e de son 3e mandat, hein), Jupp Heynckes avait décidé de faire tourner un peu. Thomas Müller s’assoit sur le banc pour laisser Toni Kroos en 10. Javi Martínez, mais surtout Claudio Pizarro, en feu face à Lille, sont aussi de la partie. Heynckes sait que la saison va être longue et gère pour l’instant son effectif comme il le faut. En face, pas de grands changements non plus. Karim Matmour prend la place d’Olivier Occean devant, et c’est tout.

Le Bayern essaye de faire comme il fait d’habitude à l’Allianz Arena, c’est-à dire s’installer dans le camp adverse et dérouler. Pousser. Pilonner. Jusqu’à ce que l’adversaire finisse par craquer. Seulement voilà, tel un guerrier qui s’est déjà résigné à mourir, Francfort ne montre aucun signe de crainte. Bien au contraire. Les Aigles sont bien en place, ils gênent le bloc bavarois et réussissent même à investir le camp de leurs hôtes. Si bien que, par moments, tous les joueurs en rouge sont dans leur propre camp. Chose assez curieuse. Si les joueurs de Francfort se signalent dans le jeu aérien, par l’intermédiaire d’Aigner (18e), Rode (22e) ou encore Meier (35e), les meilleures occasions sont toutefois pour le leader de la Bundesliga. Il faut un grand Kevin Trapp pour sortir un coup franc d’Alaba qui s’est un temps métamorphosé en Cristiano Ronaldo (20e), mais surtout devant Franck Ribéry, qui, sur une passe de Toni Kroos au-dessus de la défense, enchaîne amorti poitrine et frappe à bout portant, que l’ancien de Kaiserslautern sort d’une parade réflexe.

Ribéry met la machine en route

À force d’avertissements, on finit par se rapprocher de la sanction. Pour son premier match de la saison, Daniel van Buyten (entré à la place d’un Boateng blessé) marque de la tête, mais son but est refusé pour hors-jeu. Le Bayern tient à marquer avant la mi-temps pour ne pas avoir à douter en seconde. Et il finit par y arriver. Alaba met un ballon en profondeur, Robben est hors-jeu, il ne bouge pas. Javi Martínez en profite, se retrouve face à Trapp, mais préfère servir Franck Ribéry, tout là-bas. Le Français arrive en déboulant sur son côté gauche favori et glisse la balle dedans (44e). La délivrance pour le Rekordmeister. « Bayern : EINS ! Frankfurt : NULL !! DANKÖ ! BITTÖ !! » Grisés par ce but, les Bavarois se disent qu’un deuxième avant la pause, ce serait pas si mal. Mais ce n’est pas vraiment le genre de choses qui plaît à Kevin Trapp, qui sort coup sur coup une frappe de Kroos et une tête de Ribéry (45e).

Après la mi-temps, on se dit que les joueurs de l’Eintracht sont au fond du trou, que ce but leur a mis un coup derrière la tête. Il n’en est rien : le promu continue à tenir tête au leader. Et est tout près d’égaliser. Une fois de plus, grâce à un coup de tête. Mais Anderson ne touche que la barre (50e). Puis le Bayern décide de prendre les choses en main, et part à la conquête de ce deuxième but qui le mettrait à l’abri. Van Buyten se signale une fois de plus par un coup de boule (68e), mais ça ne veut pas rentrer. À croire que l’histoire serait trop belle. L’Eintracht presse, mais le Bayern reprend vite le jeu. Et sur une contre-attaque, Schweinsteiger est retenu par Demidov dans la surface. Pénalty, que transforme le jeune Alaba, sans sourciller (20e). La fin du match est quasiment à sens unique. Les joueurs de Francfort ont beau jeter leurs derniers efforts dans la bataille, le Bayern gère, et a même plusieurs occasions de porter la marque à 3-0, notamment par l’intermédiaire de Robben (82e, 90e+1). Il n’en sera rien. Trapp aura beau avoir joué les héros, le Bayern s’impose. Et est plus que jamais « Nummer 1 in Deutschland » .

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses