Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 6e journée

Le Bayern seul leader, Gladbach et Stuttgart revivent

Suite à son nul 1-1 à Hoffenheim, le Borussia Dortmund abandonne la tête au Bayern Munich. Des Bavarois qui peuvent dire « dziekuje » à Robert Lewandowski. Par ailleurs, Schalke monte sur le podium, Hambourg ne prend plus de buts, tandis que le Borussia Mönchenglach et Stuttgart empochent leur premiers points de la saison.

Modififié

L'équipe de la semaine : le Borussia Mönchengladbach

Généralement, quand une équipe change d'entraîneur, il y a un életrochoc. Et Gladbach n'a pas échappé à la règle. Suite au départ de Lucien Favre, la direction de l'orchestre du BMG a été confiée à André Schubert, jusqu'alors entraîneur des U23. Et c'est peu dire que la symphonie des Fohlen a été douce aux oreilles du Borussia Park : en 16 minutes, les Poulains ont inscrit quatre buts, soit le double de ce qu'ils avaient marqué en six journées. Johnson (5e), Xhaka (17e), Stindl (19e) et enfin Dahoud (21e) ont permis au Borussia Mönchengladbach de retrouver le sourire face à Augsburg, le tout sous le regard bienveillant d'un Raffael retrouvé (trois assists). Et qu'importe si Paul Verhaegh marquera un doublé sur penalty en seconde mi-temps pour le FCA : le Borussia est de nouveau dans la place, et ça fait plaisir.

L'homme de la semaine : Robert Lewandowski

Évidemment que c'est lui. Grâce à sa performance de feu, Robert Lewandowski est non seulement l'homme de cette semaine, voire même l'homme de cette Hinrunde. Car inscrire cinq buts en neuf minutes face au vice-champion d'Allemagne, ce n'est pas donné à tout le monde. Et quels buts ! De la frappe de loin, de la volée, et même un ciseau. Au vu de ses qualités techniques, physiques et mentales, Robert Lewandowski est probablement ce qui se fait de mieux en matière de numéro 9 en ce moment. Allez, donnez-lui le trophée du meilleur joueur de la saison, et on n'en parle plus. Et n'oubliez pas de le cloner.


Vous avez raté Hanovre 96-VfB Stuttgart (et vous n'auriez pas dû)

Depuis plusieurs saisons, les Souabes se morfondent dans les profondeurs du classement. Et au vu de leur départ dans cet exercice (six défaites lors de leurs six premières sorties), d'aucuns les condamnaient à l'avance. Mais le VfB a sa fierté : celle d'un club à l'histoire riche, celle d'un club quintuple champion d'Allemagne et trois fois vainqueur de la coupe. Du coup, au cours de ce déplacement à Hanovre, il fallait absolument quelque chose, d'autant plus que le VfB a normalement une équipe taillée pour atteindre une place européenne. Bien entendu, les choses ont mal commencé pour Stuttgart, avec ce but encaissé dès la 14e minute (un but signé Kenan Karaman). Alors le VfB s'est fait violence, et a réagi : le jeune Timo Werner a donné le ballon de l'égalisation à Christian Gentner (16e), avant de la mettre au fond tout seul comme un grand quelques minutes plus tard (18e). En fin de rencontre, Alexandru Maxim scellera le sort de la rencontre en marquant dans le but vide. Il faut dire que Zieler n'est qu'une autre victime de la maladie qui touche actuellement les gardiens de la Nationalmannschaft, la fameuse « je sors de mes cages, mais je ne sais pas où je vais  » . Une maladie qui a également touché Marc-André ter Stegen et Kevin Trapp ; au final, seul Manuel Neuer arrive à la contenir.

Le boulet de la semaine : Tobias Welz

Visiblement, Tobias Welz ne laissera de bons souvenirs ni à Thomas Tuchel ni à Markus Gisdol. Le coach du BvB est devenu fou après que l'arbitre de Hoffenheim-Dortmund a oublié de siffler un penalty aux Schwarzgelben pour une faute de main évidente de Jeremy Toljan à la 59e minute. Quant à Markus Gisdol, il a été renvoyé en tribunes pour avoir contesté une décision et touché l'arbitre assistant. D'où sa fureur à l'issue de la rencontre : « Quand Pep Guardiola touche dix fois l'arbitre, prend le juge de ligne dans ses bras ou encore attrape le bras de Bibiana Steinhaus et lui murmure quelque chose à l'oreille, bref, quoi qu'il se passe, on ne réagit pas. [...] Il y a deux poids, deux mesures. » Voilà : le Bayern est en tête de la Bundesliga, c'est de nouveau toute l'Allemagne contre le Bayern. Bref, tout est rentré dans l'ordre.

Le but de la semaine : Michael Gregoritsch

Bien que la frappe soit légèrement détournée, le coup franc de Michael Gregoritsch (HSV) est bien joli. Ce but met fin à l'invincibilité de Ramazan Özcan, qui encaisse son premier but après 446 minutes de jeu. Par ailleurs, Hambourg n'a pas pris de but depuis trois matchs. Ce qui n'était pas arrivé depuis huit ans.

Bien sûr qu'on vous remet les buts de Robert Lewandowski. On ne s'en lasse pas. Surtout cette volée acrobatique..


L'image de la semaine


Après l'effort, le réconfort. Et un bon Maß de l'Oktoberfest.

Viktor Skripnik a dit :

«  Bienvenue dans la lutte contre la relégation. » Nouvelle défaite du Werder Brême cette saison, malgré l'ouverture du score d'Aron Johansson et la 100e entrée en jeu de Claudio Pizarro. Le Werder est 13e, mais a quand même trois points d'avance sur son premier poursuivant. Tout est relatif.

L'analyse définitive

Ça y est, le Bayern est champion. Merci au Borussia Dortmund d'avoir essayé de mettre un peu de piment et de suspense dans le championnat, mais là, c'est fini. La Ruhr va se casser la figure, la Bavière va continuer de marcher sur l'Allemagne, Robert Lewandowski va claquer des quintuplés à ne plus savoir où les mettre et le Rekordmeister sera finalement sacré en février. Trop bien la Bundesliga.

La stat inutile

Cela faisait 1419 minutes que Vedad Ibišević n'avait pas marqué de but, soit 25 matchs. Une série noire qui a pris fin face à Cologne, avec un doublé s'il vous plaît.

Et sinon...

Dans la même matrice que Vedad, Sandro Wagner (Darmstadt 98) n'avait pas connu la joie du buteur depuis 24 parties. Une série noire qui a pris fin contre le Werder, avec un doublé s'il vous plaît.
Grâce à son « African connection » (Matip et Sané), Schalke 04 bat Francfort 2-0. L'Eintracht qui n'a toujours pas gagné à Gelsenkirchen au cours de ce XXIe siècle.
Chicharito Hernandez est toujours vivant. Le Mexicain a inscrit le seul pion du match entre le Bayer Leverkusen et Mayence (1-0).
Karl-Heinz Rummenigge fête ses 60 ans aujourd'hui. Il a remporté 41 trophées en tant que joueur et fonctionnaire. Ne lui manque que la Coupe du monde.

⇒ Résultats et classement de Bundesliga

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi
À lire ensuite
En 9 minutes, on peut...