1. //
  2. //
  3. // Bayern-Gladbach (2-0)

Le Bayern se fait Gladbach sans forcer

Grâce à des buts de Vidal et Douglas Costa, le FC Bayern Munich bat tranquillement un Borussia Mönchengladbach toujours aussi à la peine à l'extérieur cette saison. Les hommes de Carlo Ancelotti continuent à faire la course en tête de la Bundesliga.

Modififié
294 6

FC Bayern Munich 2-0 Borussia Mönchengladbach

Buts : Vidal (16e) et Costa (31e) pour le Bayern

Douglas Costa n'utilise pas son pied droit uniquement pour monter dans le bus. Il marque également des buts avec. Enfin, pour ça, il a fallu qu'Oscar Wendt se troue juste avant, histoire de permettre au Brésilien de fusiller Yann Sommer et de permettre au FC Bayern Munich de faire le break. Un but à l'image de la rencontre, en somme : invaincu en championnat depuis la contre-performance face à Mayence en mars dernier (1-2 à l'Allianz Arena), le Rekordmeister n'a pas eu besoin de forcer pour porter sa série à dix-huit rencontres sans défaite et rester en tête du championnat, avec au moins deux points d'avance à l'issue de cette huitième journée (si Leipzig venait à gagner face au Werder Brême demain).

Des Poulains dépassés


Pourtant, avant la rencontre, le Borussia Mönchengladbach avait le profil parfait de l'empêcheur de tourner en rond. En effet, voilà plus de deux ans et demi que le FCB n'avait pas goûté à la victoire face au BMG. Sans doute parce que Lucien Favre, puis André Schubert sont toujours parvenus à motiver leurs joueurs pour cette confrontation, sans doute également parce que les deux coachs avaient fini par comprendre comment mettre en échec les plans de Pep Guardiola. Pour cela, encore faut-il avoir des joueurs capables de faire déjouer l'adversaire. Et en l'absence des trublions Ibrahima Traoré et Thorgan Hazard, la rencontre s'annonçait compliquée d'avance pour les Poulains. Dominé d'entrée, le BMG a passé son temps à courir après la chique. Les Bavarois ont toujours eu un temps d'avance, à l'image de ce coup du sombrero (suivi d'une frappe dans le petit filet) signé Rafinha sur Jannik Vestergaard, qui facture quand même 1,99m (8e).

L'Amérique du Sud à la fête


Non, le Borussia Mönchengladbach n'y est pas. Mais alors absolument pas. Quelques minutes après son show, Rafinha délivre un centre parfait pour la tête d'Arturo Vidal qui, laissé libre par l'arrière-garde tout de vert vêtue, ne se prive pas pour punir Yann Sommer (16e). Un quart d'heure plus tard, Douglas Costa double la mise suite à un nouveau trou d'air de la part du BMG. Un second but logique, mais qui ne fait même pas lever les foules. Il faut dire que Gladbach fait particulièrement de la peine à voir, notamment à l'extérieur, avec une seule victoire lors des quatorze dernières parties loin de ses bases. Les Poulains se font marcher dessus, et la réaction ne finira par venir qu'en seconde période, quand André Schubert décide de passer d'un schéma en 4-4-2 à un... 5-4-1. Bien que défensive, cette solution permettra au BMG d'être un peu plus blindé sur les ailes. Ce qui fait beaucoup de bien aux Poulains, puisque c'est comme ça qu'André Hahn se créera la plus belle action du match côté visiteurs, sa volée finissant malheureusement pour lui sur le poteau de Manuel Neuer (70e). Hormis une frappe de Renato Sanches et un coup franc sympa signé David Alaba dans les arrêts de jeu, la fin de la rencontre se jouera sur un faux rythme, les deux équipes semblant vouloir en finir le plus vite possible, histoire de passer à autre chose. Enfin, surtout Gladbach.


  • Résultats et classement de Bundesliga
    Retrouvez toute l'actualité de la Bundesliga

    Par Ali Farhat
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

    Dragged down by the stone Niveau : Loisir
    Un Bayern à l'ancienne avec les dédoublements sur l'aile enfin retrouvés comme à la belle époque.
    Si Ancelotti réussit le retour aux vieilles recettes, y a de très bonnes chances pour la C1.
    Faut juste se débarrasser des mauvais réflexes acquis ces dernières années.
    C'est vrai que c'était assez plaisant à regarder mais il a croquer pas mal d'occases ton Robben. Ça presse haut, ça joue direct et ça va vite, quelques fois j'avais l'impression de revoir le Bayern de Jupp.
    Dragged down by the stone Niveau : Loisir
    En effet mais il a été pas mal, quand même.
    A la base des 2 buts dont le sublime dédoublement sur le second.
    Presque comme meneur de jeu, rôle qui lui irait très bien contrairement aux idées reçues.
    Pas mal mais il peut mieux faire, notamment dans la finition. Sur le second but, c'est plus à mettre sur le crédit de Alaba qui a eu une activité incessante sur le couloir et l'ingéniosité de Costa, qui, rien que sur le contrôle a complètement mis le défenseur dans le vent.

    Robben en 10? Je crois pas que c'est adapté au style du Bayern. Quitte à le replacer dans l'axe autant le mettre en 9,5 comme lors de la dernière coupe du monde.

    Sinon j'ai également aimé le match de Alonzo, il en prend plein la gueule quand l'équipe est un peu moins bien et je trouve souvent que les critiques sont pas toujours méritées. Je comprends pas pourquoi la presse cherche en a faire son bouc émissaire.
    Ok il passe à côté de certains matchs, comme tous ses coéquipiers d'ailleurs, mais le tenir responsable de tous les maux c'est un peu fort de café je trouve.
    Dragged down by the stone Niveau : Loisir
    Regarde mieux, la passe pour Alaba est sublime.
    Bah hier, sur plusieurs phases, il a endossé ce rôle là, il a d'ailleurs initié toutes les attaques du Bayern.
    Pas son meilleur match mais dans l'intelligence de jeu, il a été énorme.
    Bien sûr qu'il peut faire mieux mais bon, le mec n'a pas joué pendant 2 ans, il sort un match de oufs contre le PSV et hier, il est franchement pas mal comme tu dis.
    Moi aussi, bien aimé le match de Alonso mais à très haut niveau, je ne sais pas s'il peut toujours et c'est pas lui faire injure que de dire ça.
    Ca devrait être un remplaçant de luxe, un peu comme Carrick à MU.
    Oui c'est vrai qu'il a pas beaucoup joué et que sur les deux derniers matchs il a été très influent notamment contre le PSV où il a donné le tournis a toute la défense adverse. Mais hier, il voulait y aller de son but et ça l'a pas trop réussi même si dans l'organisation du jeu, je l'ai senti très concerné.

    Et rayon des satisfactions, il faut aussi noter le très bon match de Costa et de Rafinha qui alternaient jusqu'ici le moyen et le quelconque.

    Pour Xabi, c'est tout à fait légitime de se poser des questions sur son impact lors des grands matchs, mais j'ai souvenir du retour contre l'Atletico où à lui seul, il a tenu le milieu et gardé son rang tout au long de la rencontre.
    C'est un peu comme Pirlo, son problème majeur, c'est quand on lui colle un adversaire en permanence sur lui, il a du mal à se sortir du pressing et ça se ressent sur la performance collective du Bayern du fait de son rôle.
    Ce serait bien, comme tu dis, de pas le faire démarrer tous les matchs et de le garder au frais pour les matchs à enjeux.
    A terme ça peut être une solution parce que je ne vois pas dans l'effectif bavarois un joueur de son profil.
    4 réponses à ce commentaire.
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    294 6