En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 3e journée
  3. // Bayern Munich/Leverkusen (3-0)

Le Bayern sans pitié pour Leverkusen

Le Bayern est impitoyable. Grâce à sa nouvelle pépite Douglas Costa et un Müller toujours aussi efficace, les hommes de Guardiola gagnent 3-0 et envoient un message clair à la concurrence : ce sont eux qui dictent le rythme en Bundesliga.

Modififié

Bayern Munich 3-0 Bayer Leverkusen

Buts : Müller (26e, 60e), Robben (71e) pour le Bayern

Le contrôle orienté est un art délicat, doux, soyeux et primordial dans le football. Douglas Costa, le nouvel empêcheur de tourner en rond du Bayern, connaît cette leçon à la perfection. Quand un ballon envoyé 40 mètres plus loin vient jusqu'à lui, il ne cherche pas à l'arrêter dans ses pieds. Il emmène ce ballon dans une danse, débute sa valse sans attendre son partenaire Hilbert et gagne ainsi un ou deux pas d'avance. Dès lors, la différence est faite, sans même avoir à dribbler. Müller, au centre, ajuste Leno et ouvre le score. Quelques minutes plus tard, devant le but, mais toujours sans contrôle, ce sont les montants qui empêchent Costa de briller. Mais l'esprit est là : jouer vite et juste, dans le timing et sans attendre, pour être devant tout le monde.

Un Bayern intraitable


À l'annonce des compos, ce n'est pourtant pas la ligne offensive et l'ailier gauche qui attirent l'attention : en défense, les trois hommes choisis par Pep Guardiola ne sont pas des centraux de formation. Lahm, Alaba et Bernat doivent se charger de couvrir Manuel Neuer du danger Kießling. En phase de relance, Xabi Alonso redescend au niveau d'Alaba pour offrir une alternative au pied gauche de l'Autrichien et se sortir du pressing étouffant du Bayer. Car le Werkself est haut en début de match, très haut sur le terrain.

À cause de cela, le Bayern est obligé d'employer un jeu très direct, en cherchant au plus vite Robben et Douglas Costa, multipliant donc des pertes de balle relativement rapides. En conséquence, le match n'est pas mauvais, mais peut-être pas ce qu'il y a de plus agréable à regarder, entre des phases de jeu hachées et quelques beaux tacles en retard récompensés par M. Meyer de quatre cartons jaunes. Sauf que... Sur une phase de pressing que le Bayer est surpris dans son petit jeu. Alonso allonge parfaitement en direction de Costa, la suite est connue...

Un Bayer amorphe


La solution Costa mise en route à gauche, les Munichois s'amusent et se jouent des difficultés de leurs adversaires. Les ballons longs arrivent enfin à destination, la vitesse des ailiers fait le reste. Surtout, le pressing baisse nettement d'un ton, il est plus lâche... Leverkusen a pris un coup derrière la tête et peine à trouver des raisons d'exister. Il n'y a bien que les coups de pied arrêtés, avec Çalhanoğlu en guise de fracasseur de barres transversales, qui maintiennent une once de suspense. Tant que Robben ne parvient pas à imiter son alter-ego brésilien... ou se contente de vouloir obtenir un penalty de façon douteuse, avec un seul but d'écart, un retour n'est pas impossible.

Au retour des vestiaires, le temps d'une action, le Bayer aurait d'ailleurs pu inverser la tendance du match. Entré en jeu, Julian Brandt se met en évidence par une passe intelligente pour Kießling. Malheureusement, en face, l'homme robot Neuer ne craint rien et gagne son duel sans sourciller. L'action a le mérite de donner du cœur à l'ouvrage aux deux équipes, qui laissent des espaces. Sauf que les espaces profitent tout d'abord aux locaux, et c'est bien un coup de pied arrêté qui change la donne, mais dans l'autre sens : sur un coup franc tiré haut devant le but, Hilbert poussote Vidal. Müller est sans pitié au penalty, et les espoirs sont réduits à néant. Schmidt sort son artificier Çalhanoğlu. L'heure est au repos pour Leverkusen. Le troisième but de Robben (sur un penalty concédé encore une fois par Hilbert) ou l'occasion manquée de Lewandowski ne sont que des anecdotes de fin de match. Le Bayern continue comme la saison passée : jouer juste, et avancer sans attendre les autres. Pour être devant tout le monde, très tôt.

Par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 6
Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 22 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mercredi 17 janvier 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 mercredi 17 janvier Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7