1. //
  2. // 8e de finale retour
  3. // Bayern/Arsenal (1-1)

Le Bayern s'en contentera

C'est un Bayern Munich à deux têtes qui a affronté Arsenal ce mardi soir. Impressionnants au pressing en première période, les Bavarois ont lâché du lest en seconde et ont concédé un match nul 1-1 sur leur pelouse de l'Allianz Arena. Pas assez efficaces lors du premier acte, les hommes de Pep Guardiola se qualifient sans surprise pour les quarts de finale de la C1.

Modififié
7 106

B. Munich - Arsenal
(1-1)
Schweinsteiger (55') pour Bayern Munich , L. Podolski (57') pour Arsenal.


Il crie, il gesticule, il râle. Non, Pep Guardiola n'imite pas Luis Fernandez, il se prend simplement la tête. Du genre à ne pas aimer faire bien quand il peut faire mieux, le technicien espagnol subit autant la prestation de ses ouailles que les joueurs d'Arsenal. Pourtant, ce mardi soir, ses joueurs se rendent d'abord la tâche facile. C'est vrai qu'en possédant la balle 75% du temps comme ils l'ont fait lors de cette première période, les Bavarois ont de fortes chances de voir le tour suivant. Mais s'ils sont meilleurs au pressing que lors de leur déplacement à l'Emirates, les coéquipiers de Mario Götze sont largement moins brillants dans la dernière passe et à la finition. Résultat des courses : la mise à mort de la bête blessée londonienne a pris du temps. Trop de temps. Dominateurs muets puis bavards contrariés, les Allemands devront se contenter d'un match nul 1-1 qui les envoie en quart de finale de la Ligue des champions.

Arsenal sous l'eau

C'est un quart d'heure qui a duré une éternité. Une fin de rencard réussi ? Non, juste un grand moment de souffrance. Un ballet intense lors duquel onze petits rats de l'opéra de Londres cavalent après une sphère. Venus en terre bavaroise avec des envies d'exploits, les joueurs d'Arsène Wenger prennent la réalité en pleine face dès le coup d'envoi. En face, ni pitié, ni compassion : la machine de guerre n'éprouve aucun sentiment. Peu concernés par le score du match aller, les hommes de Guardiola confisquent le ballon. Une très belle adaptation de la maxime : « La meilleure défense c'est l'attaque » , mais également de «  dominer n'est pas gagner » . Sur le flanc gauche, Ribéry et Alaba rendent fou Bacary Sagna, mais le latéral autrichien manque trop souvent de précision dans l'avant-dernier geste. Les Londoniens, eux, ne survivent que grâce à l'assistance respiratoire offerte par Oxlade-Chamberlain, dont les deux courses folles ont constitué les seuls bons moments anglais d'un premier acte pauvre en occasions franches. Javi Martínez, bien servi par Robben sur coup franc, essaye bien de tromper Fabianski, mais son but est logiquement refusé pour une position de hors-jeu. Au milieu de terrain, ces architectes de Thiago, Lahm et Götze n'en finissent plus de dessiner des triangles, de redoubler les passes et de donner des solutions à Robben et Ribéry, mais rien n'y fait. Ni Alaba, ni Mandžukić, ni Götze ne parviennent à ouvrir le score. Au moment où l'arbitre renvoie tout le monde aux vestiaires, Manuel Neuer compte 14 passes à son actif. C'est plus que n'importe quel joueur d'Arsenal.

Le Bayern humain

L'avantage pour les joueurs d'Arsenal, à 45 minutes d'une élimination en huitième de finale de Ligue des champions, c'est que la donne est simple : deux buts ou la mort. L'inconvénient pour les hommes de Wenger, c'est justement la mort. Positionné un peu plus haut au retour des vestiaires, le bloc anglais se fait sanctionner de manière quasi immédiate. Sur son côté gauche, Franck Ribéry fait danser la lambada à Bacary Sagna avant de servir parfaitement Schweinsteiger. Dans la surface de réparation comme sur son canapé, l'Allemand contrôle tranquillement et ajuste Fabianski pour donner l'avantage aux siens. Une bonne occasion d'être énervé et de partir à l'abordage pour les Gunners. Maître canonnier, Lukas Podolski presse Philipp Lahm, le pousse dans le dos, s'en fout totalement et balance une sacoche avec toute la haine du monde dans le but d'un Neuer logiquement impuissant. Face à autant de violence, l'arbitre ne bronche pas et valide cette égalisation improbable. C'est le début d'une période horrible pour un Arsenal plus séduisant, qui va y croire tout en assistant, de temps en temps, à une parade des Munichois qui invite à ne pas trop rêver. Certes, il y a cette relance loupée de Neuer dans les pieds de Cazorla. Certes, les Gunners ont l'impression d'enfin respirer. Certes, le Bayern Munich aperçu en seconde période a presque semblé humain. Tellement humain que comme à l'aller, les Bavarois loupent un péno - provoqué par Koscielny - en toute fin de rencontre. Cette fois, c'est Thomas Müller qui s'y colle et qui voit sa balle repoussée par Fabianski faire la toupie sur la ligne sans passer derrière celle-ci. Non, Pep Guardiola n'a pas fini de s'en agacer.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Bon, elle commence quand cette Champions League ?
Mandzukic l'enfoiré ce qu'il loupe
Pichichi del Kinito Niveau : District
Fuck comment c est possible de sortir le résumé alors que ca vient de siffler !
Koscielny et les fautes idiotes, une grande histoire..

Une telle capacité à disparaître dans les grands rendez vous et il sera titulaire au mondial...

Grrrr!
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Le pressing du Bayern est vraiment impressionnant. C'est peut-être le vrai point commun entre le FC Barcelone de Guardiola et le Bayern actuel. Mais pour jouer ainsi, il faut un effectif très fourni: c'est très éprouvant physiquement pour le onze-type, d'autant plus que Munich a l'ambition d'aller au bout de trois compétitions différentes. Guardiola ne pourrait pas se permettre de miser sur ses choix tactiques préférentiels dans tous les clubs. C'est une caractéristique qu'il partage avec Laurent Blanc: tout allait sur des roulettes quand ses Girondins n'étaient cantonnés qu'à la sphère domestique (triplé Trophée des Champions/Championnat/Coupe de la Ligue lors de la saison 2008-2009, où ils avaient été éliminés très tôt en Coupe de l'UEFA). Mais ils s'étaient littéralement effondrés lorsqu'ils avaient du jouer de front les compétitions nationales et la Ligue des Champions. Depuis qu'il dispose d'un effectif exceptionnel, les choix tactiques de Laurent Blanc sont à nouveau couronnés de succès. C'est bête à dire, mais Guardiola et Blanc semblent taillés pour ne coacher que des grands clubs. Le Bayern et le PSG paraissent injouables actuellement...

Sauf pour le Chelsea de Mourinho.
MindTheGap Niveau : CFA
La malédiction SoFoot frappe encore, Müller porte plainte mec!
Le Kos' qui voulait quitter la compet' avec son petit penalty provoqué ! Il est vraiment fort ce gars !
Ozil s'est désesperant... Et la touche Guardiola aussi !!! Pauvre Bayern... :/
floyd pink Niveau : CFA
Donc on a toujours pas résolu le problème de la nationalité de Alaba, quel gachis... un échange avec Koscielny? c'est pas le même poste mais on s'en fout non ?
Non sérieux ce mec est monstrueux, il sait tout faire
Realsymphony Niveau : CFA
les mecs du bayern ils avaient meme pas envie d courir , alors que du coté d arsenal ils ne pouvaient juste pas faire mieux , surtout au debut de la rencontre
HS : milan putain* ....
Message posté par Lefleau75
Koscielny et les fautes idiotes, une grande histoire..

Une telle capacité à disparaître dans les grands rendez vous et il sera titulaire au mondial...

Grrrr!


Koscielny titulaire au mondial? Tu rigoles ou quoi? Varane, Sakho, Mangala c'est devant lui
Sérieux la Kos' c'est plus possible, le mec dès qu'il y a de la pression il pète les plombs ou fait des fautes stupides... ça fait un moment que l'on ne peut plus mettre ça sur le compte de la jeunesse pour lui
Je sais pas si vous avez remarqué, mais Cazorla est souvent décevant dans les grands matchs. Quand il faut jouer sous pression, etc.

D'ailleurs, j'ai remarqué la même chose chez Gir... nan j'déconne.
J'ai adoré voir ce ballon qui tournait devant la ligne sur le péno, ça a semblé super long ça m'a rappelé Olive et Tom.. Instant nostalgie
Swann plus rapide qu'une fusée.

Tout se fait à la seconde prêt..

T'es un 10 Swann!
nyakichan Niveau : CFA2
On prend Alaba et on donne Evra à l'Autriche, la bas j'suis sur qu'il n'y verrais que du feu. Sinon Guardiola est malin, il a vu que sur So Foot un article encensé Muller, du coup il ne le fait jouer que 7 minutes !
Le penau arreté à la fin, c'est juste histoire de dire comme chaque année: "ça aurait été différent sans le rouge à l'allée".
floyd pink Niveau : CFA
Message posté par gomu


Koscielny titulaire au mondial? Tu rigoles ou quoi? Varane, Sakho, Mangala c'est devant lui


J'ai peur pour toi que la Desch ne soit pas de ton avis
Rarement vu des nuls aussi nul !!

Arsenal aucune envie ,aucune motivation , c'est a se demandé si Wenger a tenu un discourt avant et à la mis-temps du match !

Sinon Robben quel joueur !!
Ce plongeon de Robben à la 50ème... Mais que les arbitres lui foutent systématiquement un carton dés qu'il tombe pendant une saison ça le calmera.
En plus paye le contexte quoi, ils ont gagné 2-0 à l'extérieur, c'est la meilleure équipe du monde, ils jouent chez eux, il a un talent de ouf mais faut qu'il pourrisse le jeu.
Bien content que le péno qu'il a fini par avoir a été arrêté.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
7 106