Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 4e journée
  3. // Gr.F
  4. // Bayern/Arsenal (5-1)

Le Bayern Munich sort l'Arsenal

Grâce à une folle première mi-temps où il a inscrit trois buts, le Bayern a explosé un Arsenal inoffensif et incapable de lutter contre un collectif allemand en feu. L'équipe de Guardiola est quasiment qualifiée, au contraire des Gunners, derniers de la poule.

Modififié

Bayern Munich 5-1 Arsenal

Buts : Lewandowski (10e), Müller (29e, 89e), Alaba (44e) et Robben (55e) pour les Bavarois // Giroud (69e) pour les Gunners

« Toi la star du haut de ta vague / Descends vers nous, tu verras mieux / On vient te chanter la ballade / La ballade des gens heureux / On vient te chanter la ballade / La ballade des gens heureux. » La chanson de Gérard Lenorman a beau avoir 40 ans, elle ne fait pas son âge. Elle n'a même jamais été autant d'actualité. Car ce mercredi soir, elle semblait destinée aux Anglais d'Arsenal. Terreurs de Premier League en compagnie des deux Manchester, les Gunners n'ont eu d'autres choix que d'observer la promenade des joueurs du Bayern Munich. Dominés, asphyxiés, les hommes d'Arsène Wenger ont subi une véritable démonstration. Et le coach français a pu voir l'écart qui séparait le niveau de jeu de son équipe à celle de Guardiola. Le tableau d'affichage et les chiffres confirment l'impression du terrain : trois buts à rien à la pause, cinq à un à l'issue des 90 minutes, une possession largement en faveur des Allemands et aucun suspense. Logiquement, Munich est pratiquement qualifié après cette gifle administrée à Arsenal, dernier du groupe et pour qui ce sera très compliqué d'arracher la deuxième place.

Munich choisit la solution offensive


Comme à son habitude, le Bayern se présente avec une compo ultra offensive (que ne renierait pas Poelevoorde) et un quatuor Müller-Costa-Coman-Lewandowski, dans une sorte de 4-2-4 où le Français prend la place de Robben. Côté anglais, Campbell est titulaire pour la troisième fois d'affilée sur le côté droit. Deux changements sont à noter en défense : Debuchy remplace Bellerín, blessé, et Koscielny démarre sur le banc au profit de Paulista. Étonnant, quand on connaît la vitesse et le goût du duel du Français. Surtout lorsqu'on rencontre une équipe qui a l'habitude de tenir le ballon, de dominer territorialement son adversaire et d'exercer une pression constante.

Si Arsenal sait relancer et jouer vite et juste quand il touche la quille – ce qui reste rare –, Munich a la capacité de garder la balle et de trouver la faille à n'importe quel moment. Alors que les Gunners ne paraissent pas véritablement inquiétés, ils commettent l'erreur de laisser du temps à Alcántara. Dix minutes après le coup d'envoi, le milieu de terrain ne se fait pas prier et balance un caramel à son attaquant allemand. Lewandowski, à la limite du hors-jeu, convertit. Comme depuis le début de la saison. On sait comme il est difficile de défier les équipes de Guardiola, surtout quand ses hommes exercent un pressing aussi haut sur le terrain. Du coup, Özil tente la carte roublardise en utilisant son coude pour égaliser. C'était sans compter sur les yeux de l'arbitre, qui pète le kiff de l'Allemand en refusant le but. La suite est une succession de vagues rouges. Costa est chaud, Coman se fait plaisir, alors que les latéraux Lahm et Alaba multiplient les appels dans leur couloir respectif. C'est d'ailleurs sur une accélération du premier que Müller double la mise sur une partie de billard, son troisième but en quatre matchs de C1 cette année. Malgré les multiples sauvetages de Čech, le portier s'incline une nouvelle fois juste avant la mi-temps sur un chef-d'œuvre d'Alaba. Les Anglais comprennent alors que Munich est injouable dans son Allianz Arena et retournent au vestiaire la tête basse.

On prend (presque) les mêmes et on recommence


Au retour des vestiaires, le scénario est identique : Munich monopolise le cuir et fait flipper les fans d'Arsenal à chaque offensive. Les Gunners, eux, ont bien pigé que cette soirée n'était pas pour eux. Du coup, les partenaires de Giroud jouent désormais pour limiter les dégâts. Rien à faire : Robben, à peine entré à la place de Coman, plante le quatrième pion sur son premier ballon grâce aux omniprésents Alaba et Costa. Le Hollandais, qui veut retrouver rapidement sa place dans le onze, défend comme un acharné et devient le principal allumeur de mèches avec – évidemment – Douglas Costa. Mais après ce nouveau but, les Allemands se détendent et laissent un peu d'espaces, qu'exploite magnifiquement Giroud, avec un enchaînement contrôle-volée de toute beauté qui termine dans les filets de Neuer. Pas de quoi s'inquiéter pour Guardiola, qui fait tourner en sortant Lewandowski pour Vidal. La suite ? Robben et Müller s'amusent et manquent le doublé par deux fois, ses collègues font circuler la balle, et les supporters en redemandent. Pas de problème : Douglas Costa accélère et sert Müller, pour offrir le score pastis aux fans. Munich s'arrête et peut passer à la bière. La leçon est suffisante et pas vraiment surprenante : il y a bien une classe d'écart entre la meilleure équipe européenne et les cadors de Premier League.

Retrouvez notre gros dossier sur le Bayern Munich dans le numéro 131 de SO FOOT en kiosque ce jeudi

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 22:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
il y a 8 heures Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 43 il y a 12 heures Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 il y a 13 heures La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain Hier à 09:26 Tex est en Russie pour la Coupe du monde ! (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 28: L'Angleterre encore à la peine, la diète de Fekir et des « blagues » japonaises