Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts de Finale
  3. // OM/Bayern (0-2)

Le Bayern enfonce l'OM

Pas de miracle au Vélodrome. Le Bayern, supérieur, a dominé un OM cohérent, mais trop limité dans son expression collective (0-2). Andrade n'a pas tenu le choc.

Modififié
Olympique de Marseille - Bayern Munich : 0-2
Buts : Gomez (44e) et Robben (69e) pour Munich.

Quand ça veut pas, ça veut pas. L'OM, qui restait sur sept défaites et un nul, toutes compétitions confondues, semblait pourtant maîtriser son sujet. Qui dit maîtrise n'induit pas domination. Simplement, le 4-2-3-1 de Deschamps bloquait efficacement un Bayern aux individualités trop peu inspirées pour véritablement torturer l'arrière-garde phocéenne, menée par un duo axial Nkoulou-Fanni. Pendant 44 minutes, l'OM neutralise le Bayern, se crée même davantage d'occasions nettes, sur coup de pied arrêté et en contre, mais cède sur une erreur du pauvre Andrade.

L'action fatale trouve sa source dans le camp du Bayern, quand une tentative de débordement de Valbuena est contrée par Lahm ... de la main. S'en suit un contre laser : le latéral allemand transmet illico à Ribéry, qui trouve Robben de l'autre côté de la ligne médiane, qui trouve, à son tour, Gomez dans la profondeur. La frappe aux vingt mètres de l'avant-centre passe sous Andrade, aux mains insuffisamment fermes. Le public marseillais avait voulu se rassurer et donner confiance à l'habituel troisième gardien en acclamant chacun de ses dégagements aux poings, mais l'absence de Mandanda n'a pas eu pour seule conséquence le passage du brassard autour du bras de Valbuena.

L'OM pourra ruminer longtemps cette ouverture du score au pire des moments. La liste des regrets pourrait aussi inclure ce poteau extérieur trouvé par Rémy en début de match. Longtemps annoncé douteux, et finalement titulaire, l'ex Niçois, esseulé au deuxième poteau, ne parvenait cependant pas à rabattre dans le but allemand sa demi-volée, consécutive au renvoi de Neuer d'une puissante tête de Fanni. Au repos, Bayern et Marseille ont tous deux tiré trois fois aux buts, mais le gardien allemand n'est, lui, pas sevré de match officiel depuis janvier 2011, comme son homologue phocéen.

Une-deux d'école entre Robben et Müller

Avec son trident Ayew-Valbuena-Amalfitano, placé derrière Rémy, l'OM est loin d'offrir un récital, mais signe une copie digne, grâce à la la qualité individuelle de ses éléments offensifs alliée à un quadrillage pointilleux du terrain. Reste que le Bayern boxe bien dans une autre catégorie, et met K.O les Phocéens dès la 69e minute. D'un une-deux d'école, Robben et Muller se jouent de l'arrière-garde marseillaise. Le Hollandais réceptionne le service du jeune Allemand d'un contrôle pot de colle avant d'ouvrir son pied de manière adéquate devant Andrade. On connaît dès à présent l'affiche de l'une des demies : elle opposera le Real Madrid au Bayern.

Avant ce deuxième but, synonyme, sauf cataclysme, d'élimination du dernier club français présent sur la scène continentale, l'OM ne s'est créé qu'une demi-opportunité, quand Rémy n'était pas loin de mettre à profit une couverture déficiente de Badstuber. La fin de match sera marquée avant tout par une autre victoire allemande, celle des tribunes. Face à des supporters marseillais devenus muets, la horde débarquée de Bavière se fait plaisir, allant jusque scander le nom de Ribéry, sifflé par les Phocéens. Comme en 1993, Marseille verra bien Munich. Mais le déplacement n'aura qu'une saveur insipide.


Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 56 minutes Paulo Bento débarqué de son club chinois il y a 2 heures Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 2
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Nesta éteint Messi