Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe F
  3. // Bayern/Valence

Le Bayern en reconquête

Plus bas que terre après la défaite en finale de Ligue des champions, le Bayern Munich revient avec de solides arguments et un objectif affiché : soulever le trophée. Ça commence par la réception de Valence pour un remake de la finale 2001 qui avait souri aux Bavarois, qui espèrent secrètement pouvoir assouvir leur vengeance à Wembley en fin de saison.

Quand on organise une grosse soirée à domicile, on essaye généralement de rester un peu sobre, histoire de surveiller les invités tout foufous qui s’enjaillent et qui finissent par squatter toutes les pièces de la maison, que ce soit pour conclure ou pour vomir. Pendant ce temps, l’hôte prend sur lui, et se dit qu’il aura pas mal de ménage à faire le lendemain. C’est ainsi que l’on pourrait expliquer la déconvenue du Bayern la saison dernière en finale de Ligue des champions face à Chelsea. Ou pas. Plus sérieusement, les Bavarois ont raté la fin de l’exercice 11/12 dans les grandes largeurs. Si la mauvaise passe de l’Allemagne lors de l’Euro peut en partie s’expliquer par le fait que l’ossature, essentiellement bavaroise, était complètement lessivée, aussi bien physiquement que psychologiquement (cf. Müller, Schweinsteiger, Kroos et dans une moindre mesure, Lahm) par cette fin de saison simplement cauchemardesque, la coupure a fait du bien à un Bayern Munich qui a profité de son été pour se construire une équipe encore plus dingue que l’an dernier.

Un Bayern plus énervé que jamais

Pour l’Europe, il est un transfert au Bayern qui a éclipsé tous les autres : celui du Basque Javi Martínez, qui est arrivé en provenance de l’Athletic Bilbao contre un chèque de 40 millions d’euros. Javi Martínez, ok, c’est génial, il est polyvalent, mais ce n’est pas le seul nouveau visage du côté de la Säbener Strasse. Avant lui, Dante et Xherdan Shaqiri avaient donné leur parole au Bayern avant même la fin de saison. Le chevelu brésilien est venu renforcer un secteur défensif qui a souvent fait défaut dans les moments cruciaux, la petite bombe suisse est venu élever la concurrence sur les ailes, là où des Ribéry et Robben (voire Müller) auraient pu s’endormir sur leurs lauriers. La pression est également mise sur Mario Gómez, qui voit arriver la nouvelle hype Mario Mandžukić en provenance de Wolfsburg et le routinier Claudio Pizarro (que la concurrence n’effraie absolument pas, cf. son premier passage à Munich entre 2001 et 2007, où il a dû composer avec Élber, Santa Cruz, Zickler, Makaay, Guerrero et Podolski). Enfin, Tom Starke, gardien moyen qui pourrait être titulaire dans un tiers des clubs de Bundesliga, a donné son accord pour être le second de Manuel Neuer.

Ajoutons à cela la promotion de l’intéressant Emre Can, et l’on obtient un effectif où se crée déjà une émulation, un groupe où règne une concurrence saine (pour le moment), un groupe où tout le monde tire vers le haut pour atteindre les différents objectifs. Un signe fort a été envoyé à Dortmund après la victoire en Supercoupe. Et le Bayern n’entend pas relâcher la pression de suite. Il n’y a qu’à voir en championnat, où les Bavarois cherchent à écraser tout ce qui bouge. Prétendant à l’Europe, le pauvre VfB Stuttgart s’est fait démolir sans pitié 6-1 il y a une dizaine de jours. Six buts, cinq buteurs différents. C’est peu dire que tout le monde veut participer à la fête.

Vidéo

L’Europe, plus que jamais un objectif

Défoncer tout le monde à la maison, c’est bien. En faire de même à l’international, c’est mieux. Cette année encore, l’objectif affiché du Bayern (en plus de la reconquête du Meisterschale), c’est la Ligue des champions. On peut aisément imaginer le dépit d’un Uli Hoeness suite à la fête gâchée de l’an dernier, un truc « qui n’arrive qu'une fois dans la vie » , dixit le boss du Bayern. Néanmoins, Hoeness est conscient qu’il faut oublier cette déconvenue. Et si le club s’est autant renforcé cet été, ce n’est pas juste pour remporter une Coupe d’Allemagne. Le championnat serait une belle récompense, soulever une C1 le nirvana. Pour cela, rien de meilleur qu’une entrée en matière face à Valence, pour un joli remake de la finale de l’édition 2001. Une finale remportée par le Bayern. Le dernier trophée européen remporté par un club allemand. Surtout qu’il reste un objet de motivation : la finale à Wembley. Soit la meilleure façon de rendre sa pièce à l’Angleterre. Et profiter de la fête pour conclure.

Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 24
À lire ensuite
Ajax bat Dortmund, point