Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e journée
  3. // Bayer Munich/Dortmund (5-1)

Le Bayern écrase le Borussia et le suspense avec

En écrasant le BvB (5-1), les Bavarois s'offrent déjà une large avance en tête du championnat, sept sur les vaincus du jour, huit sur Schalke. Surtout, ils ont montré dans le jeu le fossé qui les sépare du commun des mortels.

Modififié

Bayern Munich 5 - 1 Borussia Dortmund

Buts : Müller (25e et 35e sp), Lewandowski (46e et 58e) et Götze (66e) pour le Bayern // Aubameyang (36e) pour le Borussia

La confrontation était alléchante. Elle n'a été indécise qu'avant le premier but, et pendant un bref moment après la réduction du score du BvB. Le reste du temps, on a vu le rouleau-compresseur bavarois dans ses œuvres. Une équipe dont on ne sait pas qui la battra. Müller a commencé par un doublé en deux frappes, Lewandowski l'a imité en deuxième période, Götze a complété la séance de torture. Derrière, Boateng a donné des leçons d'ouverture à Hummels. Et Guardiola a renvoyé à ses études Tuchel, dont la défense remaniée a proprement explosé. L'Oktoberfest a bien lieu du côté de Munich. 8 journées, 8 victoires, 24 points, +24, avec 28 buts inscrits, 4 encaissés. Les meilleurs buteurs du championnat sont Robert, 12 pions, et Thomas, 10. Voilà.

Une demi-heure d'observation


Après les embrassades de rigueur, le début de match est l'occasion de vérifier quelques données tactiques. Le Bayern fait dans le classique, avec un Lahm arrière droit qui monte au milieu avec Xabi Alonso, passant ainsi à trois éléments derrière. La seule demi-surprise, c'est la titularisation de Götze et non de Vidal, sans doute pour profiter de l'effet vengeance. Côté BvB, le forfait de Schmelzer, touché jeudi en Ligue Europa, a entraîné un véritable effet domino. Piszczek se retrouve à gauche, Sokratis décale à droite pour boucher Douglas Costa, l'arme offensive numéro un du Bayern, et Bender prend place aux côtés d'Hummels pour mettre des têtes. L'absence de Ginter, en pleine forme, interroge quelque peu. Tuchel a aussi choisi d'aligner Castro au milieu de terrain pour gêner la construction espagnole. Du coup, comme souvent ces derniers temps, le Bayern tente de passer par les côtés, trouvant souvent Bender sur le chemin de ses centres, alors que le Borussia cherche rapidement la profondeur, misant sur la vitesse de PEA et consorts. Deux plans qui se neutralisent dans un premier temps, même si Aubam' est poussé par Alaba en position de dernier défenseur, qui ne récolte qu'un jaune dans l'histoire. Sinon, c'est beaucoup d'engagement et une possession logiquement à l'avantage du Bayern, pendant qu'Alaba colle bien PEA.

Müller et au bon endroit


Évidemment, cela ne pouvait durer qu'un temps. Le danger commence par Douglas Costa. En pleine domination stérile, le Brésilien enrhume Sokratis et met par deux fois Bürki à l'épreuve. Pourtant, c'est à son propre jeu que le Bayern finit par prendre son dauphin. À la relance, Boateng voit le mauvais alignement de la défense et alerte directement Müller. Un grand pont aérien pour éliminer Bürki sorti en catastrophe, un petit tour, une frappe du gauche dans le but vide. Le mal est fait. À peine quelques minutes plus tard, Thiago crochète Miki dans la surface, un petit coup sur le genou, penalty logique. Müller ne tremble pas et crie très fort. Deux frappes, deux buts. Mais le BvB compte aussi dans ses rangs un buteur d'exception, ne vous déplaise. Centre parfait de Castro, PEA surgit au deuxième poteau pour la pousser au fond. L'envie a changé de camp, à l'image d'un Papa justifiant son nom dans les pieds de Costa. Las, le Bayern remet vite le pied sur le ballon.

Les ex visent dans le cœur


Alors, au retour des vestiaires, on espère que Dortmund va tout faire pour revenir. Faux. Nouveau ballon long de Boateng, Lewandowski feinte le lob sur Bürki, achève à bout portant. Tuchel a bien compris que la défense ne l'emmènerait nulle part, alors il tente l'attaque : Kagawa et Castro cèdent leur place à Reus et Januzaj. Pourtant, c'est le Bayern qui passe tout près du quatrième. Müller se joue de Bürki à droite, donne en retrait à Lewandowski, qui donne à son tour à Götze. Solidaire, Mario rate l'immanquable et tire au-dessus. Alors il se rattrape sur un contre, avec un centre brossé parfait, que Lewandowski reprend instantanément. On s'en doute, c'est au fond. La démonstration continue, avec Götze à la conclusion d'une action parfaitement construite et une défense apathique au possible. Un véritable carnage. Reus essaye certes tant bien que mal de briller. Peine perdue. Le Bayern gère tranquillement. Avec encore tout de même quelques frissons dans la surface du Borussia, grâce notamment à un Coman entré en jeu plein d'envie. Mission accomplie.

Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 23
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi
À lire ensuite
Caen file sur le podium