En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Coupe d'Allemagne
  2. // 2e tour
  3. // Wolfsburg/Bayern Munich (1-3)

Le Bayern danse avec les Loups

Ce choc du second tour de la Coupe d'Allemagne n'en était finalement un que sur le papier. Sur le terrain, le match n'aura pas vraiment eu lieu, la faute à un Bayern trop fort, tout simplement (3-1).

Modififié

VfL Wolfsburg 1-3 Bayern Munich

Buts : Schürrle (92e) pour Wolfsburg / Douglas Costa (15e), Müller (20e, 34e) pour le Bayern

L'action est parfaite. Superbement servi sur le côté gauche, Coman fixe son défenseur avant de décaler Alaba qui a déjà commencé son débordement dans le dos du Français. Le ballon est subtilement dosé, et le défenseur autrichien n'a pas besoin de contrôler pour adresser un centre millimétré à destination de Thomas Müller qui, en bon buteur, a déjà préparé son geste. Tout en équilibre, l'homme aux chaussettes baissées arme alors une reprise de volée dont la pureté n'a d'égale que l'efficacité. Dans ses cages, Benaglio tente bien de plonger, en vain. Tout était trop parfait. Müller peut brandir le poing et laisser exploser sa joie ultra démonstrative, le Bayern vient vraisemblablement d'assurer sa qualification. Car si on ne joue que la 34e minute de jeu, on vient déjà d'assister au troisième but bavarois. Une véritable démonstration.

La mi-temps parfaite


Le tenant du titre face au principal prétendant. Ce match du second tour de la Coupe d'Allemagne avait tout pour être alléchant. Une finale avant l'heure, en quelque sorte. Mais malgré l'adversaire de poids qui se présente face à lui, le Bayern ne tarde pas à donner dans la leçon de football. Les locaux n'ont pas le temps de toucher le ballon que déjà, Benaglio doit s'interposer devant Thomas Müller. Cinq minutes de jeu, et on commence à sentir que la soirée s'annonce longue pour les Loups. Une sensation qui se confirme dix minutes plus tard lorsque Douglas Costa déclenche une praline du gauche qui vient se loger sous la barre d'un Benaglio bien impuissant.

Et la souffrance des hommes de Dieter Hecking ne s'arrête pas là, puisque Müller enfonce le clou peu de temps après en ouvrant parfaitement son pied sur une passe en retrait d'Alaba. Wolfsburg ne touche pas une bille face à des Bavarois qui enchaînent les offensives et qui finissent même par porter le coup de grâce sur la superbe volée de l'intenable Thomas Müller. La partition munichoise frise la perfection, les hommes de Guardiola terminant même cette première période avec 73% de possession. Du côté de Wolfsburg, on aimerait sûrement que le cauchemar s'arrête là.

Wolfsburg, pour l'honneur


Mais malheureusement pour eux, il faut bien revenir sur la pelouse pour essayer de limiter les dégâts sur les 45 minutes restantes. Courageux, Caligiuri tente bien de sonner la révolte des siens d'entrée de jeu, mais sa frappe croisée du droit fuit le cadre de Neuer pour quelques centimètres. Tout juste une piqûre de rappel pour les Munichois qui reprennent immédiatement leur marche en avant. Comme en première période, les passes redoublent entre les joueurs tout de rouge vêtus, le Bayern s'amusant à mettre en place une sorte de toro géant.

Peu généreux, les visiteurs ne laissent même pas quelques miettes à leurs adversaires qui doivent se contenter de courir après le ballon, sans jamais parvenir à mettre le pied dessus. Et lorsque, presque par miracle, Caligiuri parvient à se présenter devant Neuer, il voit sa frappe repoussée par le mur de Munich. Les minutes défilent, le Bayern se contente de gérer tout en assurant le spectacle comme sur cette magnifique louche d'Alcántara à destination de Robben qui ne parvient pas à cadrer sa demi-volée. Le match est plié, et la réduction du score de Schürrle dans la dernière minute du temps additionnel ne restera qu'anecdotique. Les hommes de Dieter Hecking n'ont même pas de regrets à avoir, ce Bayern-là était juste beaucoup trop fort.

Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 8
il y a 3 heures Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 24 il y a 5 heures Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 47 Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 59