1. //
  2. //
  3. // Schalke/Bayern (1-3)

Le Bayern, au petit trot, avance encore

Dans un match âpre et intense, du moins en première mi-temps, le Bayern continue sa marche en avant sans se retourner et sans laisser de miettes. Schalke n'a pu que subir la loi des Munichois, qui jouaient pourtant au ralenti cet après-midi (1-3).

Modififié
249 6

FC Schalke 04 1-3 Bayern Munich

Buts : Meyer (18e) pour les Knappen // Alaba (9e), Martinez (70e), Müller (92e) pour les Rekordmeister

Quand tout le monde s'endort, quand rien ne se passe sur le terrain et que les joueurs paraissent aussi ennuyés que les spectateurs, après une longue heure de jeu, il suffit d'un rien pour relancer un match de foot. Il suffit d'un but. C'est bien de là qu'il y a du plaisir dans le football. C'est bien de là qu'il y a la plus grande force, la plus redoutable du Bayern : même dans les matchs les plus difficiles, les plus compliqués à gérer et à gagner, le club le plus titré d'Allemagne trouve ce petit truc qui permet d'engranger trois points et de mettre un coup de plus au moral de ses concurrents. En un centre, à la suite d'une longue phase de jeu en apparence stérile, Martinez apparaît par miracle devant les cages de Fährmann et marque le but décisif qui signe la poursuite de l'incroyable série du Bayern. En treize journées, les Bavarois n'ont toujours pas perdu.

Nul en déséquilibre


Sans surprise, le Bayern prend dès l'entame du match les devants. En véritable maître incontestable de la Bundesliga, comme s'il était à la maison, le Rekordmeister monopolise autant le ballon que l'espace. Schalke n'a d'autres choix que d'attendre devant sa surface en espérant que ça tienne au mieux, tant dans le jeu – face aux coups de rein de Robben et Douglas Costa – que sur coups de pied arrêtés – heureusement souvent mal négociés. Seulement, à entasser des jambes devant le but, il finit toujours par y en avoir une qui a un geste malheureux. Sur une tentative à distance du meilleur Autrichien du monde, David Alaba, Leon Goretzka dévie et donne une drôle de trajectoire à la balle, ce qui ne donne aucune chance à Ralf Fährmann. Cela ne fait que dix minutes que Rouges et Bleus s'affrontent sous la pluie, et l'issue semble déjà bien entérinée. La rouste est en route, les Knappen n'ont aucune chance de s'en sortir à ce rythme.

Et pourtant... sur une folle sortie de balle de Leroy Sané, et sur un contre favorable chanceux, Max Meyer est décalé côté gauche. Le meneur de jeu des Königblauen s'oriente dans l'axe et essaye de constater si Manuel Neuer n'est pas endormi. En une action, Schalke vient de prendre espoir. Et continuera de garder la foi dans son schéma de jeu pourtant frileux : une ligne de 7 ou 8 derrière pour ne laisser aucun espace aux Bavarois, un marquage individuel de Matip pour empêcher Lewandowski de faire ce qu'il fait le mieux et un maximum de vitesse en contre grâce à Sané et Meyer. Parfois, sur ces phases de transition, les décisions sont mauvaises, comme Goretzka qui tente une frappe au lieu de jouer collectif. Mais en soi, Schalke est presque plus dangereux qu'un Bayern en panne d'idées et laisse entrevoir une deuxième mi-temps passionnante, à l'issue incertaine.

Punition au Martinez


Problème : la deuxième mi-temps repart sur des bases bien trop similaires, mais avec un Bayern contraint de marcher, incapable d'accélérer pour surprendre et dépasser les lignes bleues de la Veltins-Arena. En face, Leroy Sané n'a pas l'inspiration suffisante pour faire le coup de la première mi-temps. Le seul espoir de spectacle qui reste réside dans la pluie, qui provoque glissades et ballons qui dérapent... Et le terrible sang-froid des Munichois. Alors que le stade s'endort, Javi Martínez prend le dessus sur tout le monde et marque de la tête. Pour la deuxième fois de la rencontre, les hommes de Pep ont pris l'avantage et cette fois-ci, la leçon est retenue : pas de risques inutiles et essayer de profiter du coup de massue pour en planter un troisième et dernier. Seulement, Robben n'est pas aussi habile avec sa tête qu'avec ses jambes et le ballon s'envole loin au-dessus du cadre. Lewandowski ne rejoint pas Aubameyang au classement des buteurs à cause du poteau. Il faut attendre Müller, malin comme toujours, pour boucler ce qui était attendu avec un troisième but à la fin du temps additionnel. Imperturbable, le Bayern ne connaît pas la concurrence.


Par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Bon, vu que tout le monde s'en fout de ce match... Il neige à Ludwigsburg. Voilà.
Sinon Bayern pas 100% serein ce soir, la faute à une équipe de Schalke disciplinée. Enfin jusqu'à la merveille de centre de robben (jusque là très moyen, surtout sur le but de Meyer) et l'erreur de marquage d'höwedes. Tout le secteur offensif a peiné ce soir, seul Diego Costa créait du danger en permanence. Mais bon, Müller à planté son but syndical, en toute tranquillité.
Bref, le Bayern, c'est très fort. Et on s'en rend particulièrement compte quand ils sont "en dedans"
Message posté par DarkPass'
Bon, vu que tout le monde s'en fout de ce match... Il neige à Ludwigsburg. Voilà.
Sinon Bayern pas 100% serein ce soir, la faute à une équipe de Schalke disciplinée. Enfin jusqu'à la merveille de centre de robben (jusque là très moyen, surtout sur le but de Meyer) et l'erreur de marquage d'höwedes. Tout le secteur offensif a peiné ce soir, seul Diego Costa créait du danger en permanence. Mais bon, Müller à planté son but syndical, en toute tranquillité.
Bref, le Bayern, c'est très fort. Et on s'en rend particulièrement compte quand ils sont "en dedans"


Ya tellement personne sur cet article que j'ai le temps de me corriger 1h plus tard. "Douglas costa“ évidemment.
pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
Message posté par DarkPass'
Bon, vu que tout le monde s'en fout de ce match... Il neige à Ludwigsburg. Voilà.
Sinon Bayern pas 100% serein ce soir, la faute à une équipe de Schalke disciplinée. Enfin jusqu'à la merveille de centre de robben (jusque là très moyen, surtout sur le but de Meyer) et l'erreur de marquage d'höwedes. Tout le secteur offensif a peiné ce soir, seul Diego Costa créait du danger en permanence. Mais bon, Müller à planté son but syndical, en toute tranquillité.
Bref, le Bayern, c'est très fort. Et on s'en rend particulièrement compte quand ils sont "en dedans"


On était tous au classico je pense... bah sinon un match à Schalke comme ça juste après une trève internationale ça a tout du match piège et le Bayern s'en sort au final donc cool quoi
The Lunatic is on the grass Niveau : CFA
Non mais dieu, euh je veux dire Robben, c'est quoi ses stats cette saison?
Au moins, un but ou un assist à chaque fois, sans presque jamais accélérer
Message posté par DarkPass'
Ya tellement personne sur cet article que j'ai le temps de me corriger 1h plus tard. "Douglas costa“ évidemment.


No, Jef, t'es pas tout seul...
Ceci étant dit, je trouve chouette qu'il y ait des gens qui laissent des commentaires construits et intéressants sur de tels matches.
Sur l'année entière, Thomas Müller mérite le podium du BO. Il est à l'heure actuelle (et de très loin) le meilleur joueur en Europe : une ruse et une intelligence de jeu que d'autres (et même les supposés "meilleurs") n'ont pas.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
249 6