1. //
  2. // Groupe E
  3. //
  4. // AS Roma/Bayern Munich (1-7)

Le Bayern atomise la Roma

Les hommes de Pep Guardiola sont allés fesser la Roma chez elle (7-1) avec un Robben des grands soirs, un Thomas Müller des grands soirs, un Götze des...

Modififié
44 147

AS Rome - B. Munich
(1-7)

Gervinho (64') pour AS Rome , A. Robben (8'), M. Götze (23'), Lewandowski (24'), A. Robben (30'), T. Müller (36'), F. Ribéry (77'), X. Shaqiri (79') pour Bayern Munich.


Une correction. Une humiliation. Une leçon. La Roma a la tête qui tourne. Un gros, gros mal de crâne provoqué par une tornade bavaroise. 7-1. 5-0 après une demi-heure de jeu. Tiens, on a l'impression d'avoir déjà vécu ça... Oui oui, un certain Brésil - Allemagne demi-finale de Mondial 2014, avec quelques protagonistes en commun. De plus, les fessées de Ligue des champions, Pep Guardiola aime bien. Surtout quand on lui propose un outsider aux dents un peu trop longues. Après Manchester City l'an dernier, il s'est fait un plaisir de corriger la Roma de Rudi Garcia, qui commençait à se dire que, tiens, la première place du groupe, ça pourrait être pas mal. Le coach français va devoir revoir ses ambitions. Le Bayern et Guardiola lui ont donné une leçon mémorable, qui risque bien de marquer la saison côté romain. Bernat-Götze à gauche, Lahm-Robben à droite, tout cela est allé trop vite pour la Roma, incapable de réagir hormis pendant quelques minutes en début de seconde période. La Louve redescend sur terre : un huitième, ce sera déjà pas mal.

L'Allemagne qui appuie là où ça fait mal


C'est l'avantage d'avoir une équipe russe dans le groupe. Avant de démarrer leur match, staff du Roma et du Bayern savent qu'il y a eu nul entre le CSKA et Manchester City. Deux points seulement de distribués, de quoi se frotter les mains et se dire qu'il y a de quoi envisager sereinement le tour prochain. Moins de pression pour cette confrontation, c'est plus de spectacle en théorie. Garcia fait confiance à son 4-3-3 traditionnel avec les flèches Iturbe et Gervinho sur les côtés. Par contre, avec le forfait de dernière minute de Maicon, il doit aligner deux Grecs derrière, Manolas et Torosidis. Mais il ne faut pas croire, la fissure ne vient pas de là. Sur le côté droit, Robben crochète Ashley Cole à la dixième minute pour frapper petit filet opposé. L'Anglais est à côté de la plaque, comme sur la photo d'avant-saison, et face au Batave des grands soirs, ça ne pardonne pas.

Dommage pour la Roma qui avait décidé de se faire respecter chez elle, mettant le genou de Thomas Müller en sang dès la première minute. Mais quand le Bayern veut dérouler, il déroule. Guardiola, avec son 3-6-1, sait appuyer là où ça fait mal. Les Bavarois combinent à tout va devant, la défense romaine a le tournis. Sur une talonnade de Müller à la 20e, Götze frappe à terre à l'entrée de la surface. 2-0. Lewandowski arrive lancé dans la surface pour reprendre de la tête à bout portant un centre de Bernat deux minutes plus tard. 3-0. Cinq minutes passent et c'est Robben qui se fait oublier dans le dos de Cole pour croiser une nouvelle frappe que De Sanctis ne peut que détourner dans son but. 4-0. Et comme quand ça veut pas, ça veut pas, Manolas concède un penalty pour une main sur un tacle à terre. C'est cruel, mais ce n'est pas le problème de Müller qui transforme la sentence dans le petit filet. 5-0. Et le fantôme de Brésil-Allemagne qui plane sur l'Olimpico.

Un banc qui a les crocs


À la mi-temps, Rudi Garcia tente de corriger le tir. Comme de toute façon c'est mort, il préserve Totti et renforce son milieu avec Florenzi, pour mieux lancer Gervinho et Iturbe dans la profondeur. La Roma dévoile un peu de dignité, mais pour l'honneur, il faut composer avec un Neuer qui ne veut rien entendre. Le portier réalise d'ailleurs la parade de l'année sur une reprise à bout portant de Gervinho. Un truc ahurissant. L'ancien joueur de Lille finit tout de même par gagner un duel sur un bon centre de Nainggolan qui lui permet de mettre un coup de bandeau. 5-1. Mais le Bayern a aussi un banc. Ribéry, qui est entré peu après l'heure de jeu, réussit un lob de qualité sur son premier ballon important. Deux minutes plus tard, ce sont les deux autres entrants, Rafinha et Shaqiri, qui s'illustrent. Le premier frappe fort de loin, le second surgit et place une mine sous la barre au moment où De Sanctis relâche. Ça fait donc 7-1. Comme Brésil-Allemagne, donc. Comme Manchester United-Roma, aussi. Quand l'histoire n'est pas dans votre camp, hein...

⇒ Résultats et classements de la Ligue des champions

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ce n'est peut-être pas politiquement correct. Mais en tant que fan de la Juve, des clubs italiens en général quand il s'agit d'Europe mais alors pas du tout de cette Roma là , je n'ai qu'une chose à dire : VI SIETE FATTI SFRAGNA ER CULO
Putain Guardiola t'abuses ! La Roma quoi ! :O
floyd pink Niveau : CFA
le pire c est que quand on voit le match, ça aurait pu finir à 10-1 avec toutes le occasions.
Mais en plus, quand tu sais que Schweinsteiger, Javi Martinez, Tiago et Ribéry sont pas là...
Note : 12
L'imposture De Sanctis à nouveau révélée ce soir, je me souviens de tous ces points qu'il a fait perdre à Naples, ce mec est vraiment une pipe, même si evidemment on peut pas tout mettre sur lui ce soir il faut quand même le signaler.
Bon bah le Brésil a sa nouvelle capitale... Rome.
floyd pink Niveau : CFA
J'ai bien peur que Rudi ai perdu beaucoup beaucoup de crédibilité ce soir. En plus avec ces déclarations avant le match...
la berlinoise est douce en avril
La décadence de la Série A, niée par certains est pourtant flagrante.

La deuxieme meilleure équipe italienne qui s'en prend 7 par le champion d'Allemagne ça me parait être un marqueur suffisant, qui s'ajoute aux mauvaises perfs des dernières années, aux deux seuls qualifiés de cette saison etc...

La Serie A, la ligue 1 du riche, un championnat de deuxieme zone, triste quand on repense à la flamboyance des 90's.
Romansochaux Niveau : CFA
Note : 13
Les allemands ne savent pas s'arrêter.
Message posté par tranceup
Ce n'est peut-être pas politiquement correct. Mais en tant que fan de la Juve, des clubs italiens en général quand il s'agit d'Europe mais alors pas du tout de cette Roma là , je n'ai qu'une chose à dire : VI SIETE FATTI SFRAGNA ER CULO


Mais quel bidon... si la seule chose que t'aies à dire, c'est une phrase en Italien, tu sais où te la mettre...
Robben tu n'est pas le meilleur ( CR7 oblige ) mais tu es fort ! Mon zizi a essayé de monter mais quand il a vu ton ignoble calvitie il s'est aussitôt rendormie !!
Triste pour la Roma, si content pour De Sanctis
NikkoFromLyon Niveau : CFA
Le second de Série A...
ToxikCheese Niveau : Loisir
LOL !!!


Neuer ce gardien Cheaté qui joue avec une GAME GENIE dans son slip !


La parade sur la frappe à bout portant (sur le CF de Pjanic pas le poteau) de Gervinho c'est du jamais vu !!
DocteurHappy Niveau : CFA
Le Bayern a pratiquement joué en marchant , les romains n'ont mis aucun impact , les mecs se replacent au ralentit , un match horrible de la défense .

PS : un résumé du match Shalke SCP svp , un scandale ce penalty , les arbitres de " surface " sont même pas capable de différencier une main d'une joue ...
C'est à ce moment là qu'on a envie de relire l'interview de De Sanctis d'il y a quelques jours... Ou bien réécouter les dernières conférences de Garcia... ou d'écouter Totti nous dire que c'est à cause du système. Un bon bain d'humilité pour cette équipe et ces joueurs prétentieux, qui n'ont rien gagné, et qui se sont permis de s'auto proclamer les meilleurs depuis quelques semaines.
Message posté par floyd pink
le pire c est que quand on voit le match, ça aurait pu finir à 10-1 avec toutes le occasions.
Mais en plus, quand tu sais que Schweinsteiger, Javi Martinez, Tiago et Ribéry sont pas là...



qui met le sixième alors ?
Anfield_Road Niveau : Ligue 1
Y'a pas à dire le retourné de Bernard Mendy a vraiment provoqué un cataclysme sur la planète foot.
Note : 2
j'ai bien aimé les vingt premières minutes de la seconde mi-temps romaine. avec un poil de réussite et sans un grand Neuer (cette parade encore... cosmique) ils peuvent en mettre trois, pas compris la ligne si haute de Munich face à un Gervinho très remuant (il part trois fois seul au but, pour un poteau, un but et un hors-jeu alors qu'il part de son camp).
Putain la branlé, espérons que ça va faire revenir sur terre Rudi Garcia, ses joueurs et les tifosi du club

Et aussi qu'ils se taisent et ne trouve pas d'excuse pour chaque défaite comme à leurs habitude parce que oui les gars oui les gars une main dans la surface c'est penalty même en Europe...

Les tifosi au stade était tout de même admirable ils ont soutenue jusqu'au bout l'équipe, certain supporter devrait prendre exemple



sinon gervinho est hors jeu sur son but http://tinyurl.com/nbsooko
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
44 147