1. //
  2. // Groupe F
  3. // Bayern/Valence (2-1)

Le Bayern assure l’essentiel

Ultra dominateur, puis gêné en deuxième mi-temps par Valence après la sortie d’un très bon Ribéry, le Bayern Munich s’est finalement logiquement imposé sur sa pelouse (2-1). Rami a été expulsé, et Mandžukić a manqué un pénalty en fin de match.

Modififié
0 7
Bayern Munich - Valence CF : 2-1
Buts : Schweinsteiger (38e) et Kroos (76e) pour le Bayern. Valdez (90+1e) pour les Chés


Une bonne vieille finale pour commencer. Onze ans après les tirs au but de San Siro, Bavarois et Valenciens se retrouvaient en Ligue des champions, à l’Allianz Arena cette fois-ci. Titulaire à l’époque, Mauricio Pellegrino est aujourd’hui sur le banc d’un FC Valence qui, contrairement à son rival, n’a plus la prétention de viser la finale de la compétition. À la quête d’un titre qui lui échappe depuis cette belle soirée italienne, le Bayern Munich a réussi son entrée dans la compétition, face à son plus sérieux adversaire du groupe (2-1).

Ribéry dans tous les bons coups

Valence sort son maillot aux couleurs régionales et son onze type, avec ses deux latéraux tout neufs, Cissokho à gauche et João Pereira à droite. Après avoir plutôt bien tenu Cristiano Ronaldo et Alexis Sánchez en Liga, le Portugais doit se coltiner Ribéry. Salaud, le calendrier. Deux minutes de jeu, et l’ancien Marseillais lui cale déjà son double coup de rein, sans que Kroos n’en profite. Les locaux évoluent avec Pizarro en pointe, le Péruvien ayant été préféré à Mandžukić. Logiquement, le Bayern domine, mais galère pour s’approcher de la surface. Du coup, Schweinsteiger et Kroos tentent le coup de la lourde frappe lointaine, sans succès. Ça circule bien côté allemand, Valence ne sort pas de son camp. Lahm joue ailier gauche et Neuer ne touche pas le ballon. Robben est enfin trouvé côté droit, il se met sur son pied gauche et tente sa spéciale, contrée par Cissokho. Les Espagnols s’autorisent finalement une sortie et se font punir par un contre fatal. Ribéry, très bon, remonte le terrain à 200 à l’heure, sert Robben qui décale Schweiny, pour l’ouverture du score, pile au bon moment (1-0, 38e). 66% de possession, 9 tirs à 0, il n’y a pas photo entre les deux équipes à la mi-temps.

La lucarne de Kroos

À la reprise, Francky, toujours gêné par sa cuisse gauche, laisse sa place à Müller. Les visiteurs cherchent la réaction. Tino Costa, sur coup franc puis de loin, permet à Neuer de participer aux débats. La doublette Solado-Jonas, en revanche, ne voit rien venir. De l’autre côté du rectangle vert, Kroos s’écroule dans la surface, avant de lâcher un missile du gauche des 20 mètres, claqué par Diego Alves. Le match est plus équilibré, Valence est plus agressif, joue plus haut et perd une belle occasion d’égaliser sur un contre bien mené par Feghouli. L’ancien Grenoblois commence à se faire menaçant. Lancé dans la profondeur, il passe devant Dante et l’envoie au sol, mais voit son tir contré en corner par Boateng. Sans Ribéry, les Allemands sont moins pressants, d’autant que Robben est assez discret à gauche. Sauf qu’avec cette armada offensive, ils peuvent faire la différence n’importe quand. La preuve avec Kroos, qui profite d’un ballon perdu par Feghouli pour aller chercher la lucarne de Diego Alves (2-0, 77e). Encore une fois au bon moment. La fin de match est un peu fofolle, avec la réduction du score de Nelson Valdez (2-1, 90e), suivie de l’expulsion de Rami pour un accrochage sur Robben dans la surface. Pénalty, curieusement laissé par le Néerlandais, et non transformé par Mandžukić. Avec la victoire, l’essentiel est assuré pour le Bayern Munich. La seule bonne nouvelle de la soirée lilloise.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Encore un qui n'a pas vu le match!
Pauvre Valence, on aurait cru des enfants
Bayern incroya ble de maitrise sauf en fin de match, on a pas vu Valence jusqu'a l'occasion de Feghouli et Ribery a été bon sans plus mais le jeu penchait coté Robben qui a fait la misére a Rami et Cyssoko .
le Bayern, s'il devient réaliste est archi archi impressionnant!
Autre chose émergence d'un trés très grand joueur, Tony Kroos
Mouais Kroos est capable de très belles choses, puis de faire de la *merde au match d'après. Encore trop inconstant pour faire partie des "tout bons". A mon avis
Mais là, il les enchaine depuis le début de saison
En tout cas, en ce début de saison , le Bayern joue sur une autre planete.
Le seul hic, c'est la qualitédes avant-centres qui, plus est, ont tous le même profil
RahXephon Niveau : CFA
Victoire méritée des Bavarois, mais je ne les ai pas trouvés "incroyables de sérénité"... Quand on est serein à ce point, on ne laisse pas l'équipe (faible) d'en face pousser un peu (trop) puis réduire le score.
je n'aime pas la censure, je te plussoie ruud
Sinon Lahm jouait à droite hier et non à gauche où il y avait Badstuber...
@RaphXenon, ah si le Bayern a été très serein... ils ont joué plus bas quand Valence c'est mis à presser plus haut, et ce avant de jouer en contre...
Le Bayern est une équipe qui sait aussi maitriser son adversaire en l’empêchant d'avancer.

Après la réduction du score est assez bête dans les arrêts de jeu, et tout de suite après il y a un corner, et juste après un penalty (limite).

PS: même Oli Kahn pense pareil que le journaliste de So Foot, et pourtant il est le premier à se montrer critique.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Messi sauve le Barça
0 7