En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 15e journée

Le Bayern a les faveurs de l'automne

Ce week-end, le Bayern Munich a plié la phase aller de Bundesliga. Pendant ce temps, Dortmund perd encore, la plupart des équipes se neutralisent, et Hoffenheim fait la bonne affaire. Le tout ponctué de buts, de stades pleins et de gestes dingues.

Modififié
  • L'équipe du week-end

    Le Werder n'a pas gagné, est toujours dans une situation aussi compliquée au classement, coincé dans le mauvais wagon derrière le Borussia Dortmund, mais mérite le titre d'équipe du week-end. En arrachant un point dans un match spectaculaire (3-3), il a prouvé qu'il était bel et bien de retour grâce à son nouvel entraîneur Skripnik. Finies les saisons à vivoter en Bundesliga sans éclats. Les Brêmois sont prêts à se battre, et éventuellement mourir les armes à la main, grâce à leurs talents et leur culot. Pour faire face à Hanovre, Skripnik a fait un pari gagnant : titulariser le jeune Lorenzen, buteur d'une belle frappe à l'heure de jeu. Son remplaçant, le meilleur buteur du dernier championnat d'Europe U19, Davie Selke, égalise lui dans les dernières secondes. Avec ses petits jeunes et avec Zlatko Junuzović pour les coups francs, le Werder assure des matchs spectaculaires (victoire 4-0, défaite 5-2 et match nul 3-3) en ce moment. « En tant qu'entraîneur, on ne trouve pas ça si plaisant » , avoue Skripnik, mais c'est le Werder qu'on aime, le Werder incontrôlable.


  • L'homme du week-end

    Roberto Firmino est le meilleur Brésilien au monde actuellement. Le milieu offensif d'Hoffenheim régale chaque week-end un peu plus pour porter les siens toujours un peu plus haut. Son rôle est facilité par la présence de Volland, Elyounoussi et Anthony Modeste. Mais le dynamiteur, c'est lui. Contre Francfort, il a multiplié les ouvertures impeccables en direction de Volland et Elyounousi. Cerise sur le gâteau, il est suffisamment prompt dans la surface adverse pour reprendre un ballon qui traîne et marquer le but de la victoire 3-2 à trois minutes de la fin. Constant en championnat, enfin récompensé par des sélections avec la Seleção, Roberto n'est plus un minot.

  • L'image du week-end

    Les joueurs de Dortmund et Jürgen Klopp devant les fans du Borussia Dortmund présents à Berlin, pendant de longues minutes, après une défaite 1-0. Ils sont toujours là, malgré les temps plutôt durs.


  • Le geste du week-end

    Van der Vaart savait où Darida allait tirer son penalty. Il indique le bon endroit à son gardien, Drobný, qui repousse la tentative du Tchèque après une minute de jeu. « Je ne sais pas si Drobo a choisi ce côté par rapport à ça, mais bon, ça a été efficace... » , analyse Rafa.


  • Vous avez manqué Leverkusen-Mönchengladbach (et vous n'auriez pas dû)

    Pour le début de dimanche après-midi, la Bundesliga a résonné au son de l'Europe. C'est un duel d'Européens et de prétendants à une nouvelle aventure européenne entre deux des plus belles équipes à voir jouer en Bundesliga : le Bayer de Schmidt et son pressing étouffant face aux contres express des hommes de Lucien Favre. Loin d'être épuisées par les qualifications obtenues en milieu de semaine, les deux équipes ont livré un match dynamique, intense, vivant et incertain. Leverkusen prend rapidement le meilleur, s'installe dans le camp adverse, mais s'expose à la vitesse de Patrick Herrmann. Il faut finalement un geste de génie pour ouvrir le score : Çalhanoğlu, encore lui, lobe merveilleusement bien Sommer. Brouwers égalise avant la pause en reprenant un corner du droit. Le spectacle continue, mais sans réussite de chaque côté. Les Fohlen et le Werkself restent donc main dans la main, avec 6 victoires et 3 défaites, pour une différence de but de +7.


  • L'analyse définitive

    Alors voilà, le Bayern est champion d'automne dès la 15e journée. Avec 10 points d'avance, les Munichois n'ont même pas eu besoin d'attendre l'affrontement entre Paderborn et son dauphin Wolfsburg (1-1). Une place qui réjouit à peine Pep Guardiola : « Cela veut seulement dire qu'on a gagné plus de matchs. » Mais ce Bayern a surtout su gagner contre ses rivaux, sans jamais défaillir. Lorsque Paderborn, Hoffenheim ou Augsburg s'en viennent à affronter le Bayern au meilleur de leur forme, le FCB fait ce qu'il faut pour s'en débarrasser et creuser l'écart. Augsburg a tenu 60 minutes, pour en prendre 4 en douze minutes. Ainsi, avec une régularité exemplaire, Munich écrase le championnat, d'autant plus rapidement que ses concurrents se plantent : Wolfsburg est victime d'un gardien dans une forme XXL (Lukas Kruse côté Paderborn), le Bayer et Gladbach se neutralisent. Le Bayern va donc tranquillement plomber tout le monde jusqu'à ce que le titre soit officiellement assuré, faire tourner, perdre quelques matchs, souffler le printemps venu, en espérant garder la pêche pour la Ligue des champions. So 2014.

  • Klaus Allofs a souhaité de bonnes vacances à l'arbitre...

    « Joyeux Noël. Je ne pense pas qu'on va se revoir. » Le directeur sportif des Loups n'a pas franchement apprécié l'arbitrage de Manuel Gräfe pour Wolfsburg-Paderborn. Celui-ci a refusé un but de Bas Dost sans raison apparente et a accordé un penalty des deux côtés. Si le premier pour Wolfsburg n'aurait peut-être pas dû être sifflé – et a été raté par Perišić –, une deuxième faute de Meha aurait sans doute mérité une sanction. Pour Allofs, il n'y a qu'une explication possible : « Il s'est probablement dit que si nous n'allions pas le mettre, cela ne servait à rien de le siffler. »

  • La stat inutile : 5

    Comme le nombre de buts de Julian Schieber depuis le début de la saison et son arrivée au Hertha Berlin. C'est plus que Ciro Immobile et Adrián Ramos réunis (en championnat) depuis le début de la saison.

  • Et sinon...

    - Christian Streich a passé son 100e match sur le banc du SC Fribourg. Jonathan Schmid a joué pour la 100e fois sous ses couleurs. Mais les deux n'ont pas réussi mieux qu'un 0-0 contre Hambourg à domicile.

    - C'est la première fois de l'histoire de la Bundesliga qu'un club est 4 fois champion d'automne consécutivement. Et lorsque le Bayern l'est, il remporte ensuite le championnat dans 84,2 % des cas.
    - Un Bayern où se sent particulièrement bien Franck Ribéry. « Nous sommes comme un couple marié. »
    - Pour la deuxième fois de la saison, il y a eu plus de matchs nuls (5) que de victoires (4) sur une journée de Bundesliga.
    - Cologne a gagné pour la première fois depuis 21 ans à Gelsenkirchen... sans avoir tiré une seule fois en 1re mi-temps.
    - Ingolstadt est le Bayern de la 2. Bundesliga. Contre Kaisterlautern, le leader n'a pas fait de détail : victoire 2-0, tranquille.
    - Breno, libéré pour bonne conduite depuis un an, devrait quitter Munich dans les prochains jours. Il pourrait reprendre sa carrière à São Paulo.
    - Xizhe Zhang est chinois et il va rejoindre le VfL Wolfsburg cet hiver. Il devient ainsi le 10e joueur chinois à atterrir dans l'une des deux premières divisions allemandes.
    - On reprend mardi soir avec deux clubs historiques à la dérive, Hambourg contre Stuttgart, puis un appétissant Dortmund-Wolfsburg le mercredi à 20 h.

    ⇒ Résultats et classement de Bundesliga

    Par Côme Tessier
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
    Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40