Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 23 Résultats Classements Options

Le baromètre des Bleus, épisode 3

Le 10 juin, l'équipe de France entame son Euro contre la Roumanie. D'ici là, il y a 23 places à prendre dans l'esprit du sélectionneur Didier Deschamps. Point étape à un peu plus de 4 mois du Championnat d'Europe.

Modififié

Gardiens : Lloris et Mandanda solides



  • Ils y seront :


    Hugo Lloris : prépondérant lors de la victoire de Tottenham à Crystal Palace (3-1), il trace sa route tranquillement. Rien à signaler.

    Steve Mandanda : le coup de la panne une fois, ça va, deux fois, c'est impardonnable. Alors contre Lyon, le numéro 2 des Bleus a sorti le grand jeu sur le terrain avant de faire également le nécessaire en dehors. Une accolade avec Mathieu Valbuena pour valoriser son esprit d'équipe, puis un « c'est mon job » pour commenter son énorme performance. Modeste et efficace.

  • Il devrait y être :


    Benoît Costil : changement d'entraîneur mais pas de statut à Rennes, avec une victoire et un clean sheet contre Ajaccio. Propre.

  • Il a encore une chance :


    Alphonse Areola : toujours titulaire à Villarreal, il continue sa progression. Si l'un des trois gardiens se blesse, il est prêt.


    Arrières gauche : Trémoulinas en embuscade ?



  • Il y sera :


    Patrice Évra : une performance solide et une nouvelle victoire avec la Juventus, il reste le vrai patron du couloir gauche chez les Bleus.

  • En ballottage favorable :


    Lucas Digne : la mauvaise série de la Roma s'est poursuivie contre la Juventus (0-1) et lui a de nouveau été titularisé dans un rôle de latéral offensif gauche. La double confrontation contre le Real Madrid en Ligue des champions sera cruciale pour prouver qu'il a les épaules en vue de l'Euro.



  • Ils ont encore une chance :


    Layvin Kurzawa : les semaines se suivent et se ressemblent avec des titularisations en coupes et des chauffages de banc en Ligue 1. Si rien ne change, même Benoît Trémoulinas aura plus de chances que lui d'aller à l'Euro. Si ce n'est déjà le cas.

    Benoît Trémoulinas : à nouveau titulaire dans une défense qui a tenu à 10 contre 11 pendant 30 minutes au Vicente-Calderón, cela situe le niveau actuel du Réunionnais. Et réduit la marge d'erreur de Digne.


    Arrières droits : le chrono tourne pour la Buche



  • Il y sera :


    Bacary Sagna : du temps de jeu contre West Ham, cela suffit à conforter l'ancien joueur d'Auxerre et d'Arsenal comme le titulaire en puissance à droite de notre défense. Mais si Kurzawa se recycle arrière droit ?

  • En ballottage favorable :


    Christophe Jallet : encore titulaire face à Marseille, et encore une fois solide à défaut d'avoir énormément apporté offensivement, surtout en première période. Mais au vu de la situation de ses concurrents directs, cela suffit amplement pour le moment.

  • Doit changer la donne :


    Mathieu Debuchy : le temps passe passe passe, beaucoup de choses ont changé. Sauf sa situation personnelle et son pourcentage de chances d'aller à l'Euro.



    Arrières centraux : cela pousse derrière Mangala



  • Ils y seront :


    Raphaël Varane : auteur d'une prestation propre sur la pelouse du Betis Séville, il n'y a aucun suspense le concernant.

    Laurent Koscielny : pris en défaut sur le but de Diego Costa, l'ancien des Merlus a pour le reste livré une bonne copie ce week-end. Et aurait même pu sonner la révolte avec quelques montées et appels intéressants en fin de match.

    Mamadou Sakho : une victoire pour Liverpool mais quatre buts pour sa défense dont deux sur lesquels l'ancien Parisien n'est pas irréprochable. Totem d'immunité France-Ukraine, point barre.

  • En ballottage favorable :


    Eliaquim Mangala : absent sur blessure contre West Ham, c'est Nicolas Otamendi qui a affiché ses limites défensives. Les pro-Mangala peuvent donc bosser sur la théorie d'un problème collectif et non individuel pour expliquer les difficultés chroniques des charnières citizens.

  • Ils n'y seront pas et cela les frustre :


    Kurt Zouma : une nouvelle fois titulaire et avec un clean sheet contre Arsenal, le joueur formé par Saint-Étienne est en train de marquer des points.



    Aymeric Laporte : buteur contre Eibar, il a encore aligné une prestation convaincante alors qu'il n'a que 21 ans. Ce serait dommage de ne pas le voir au moins une fois avant l'Euro, et injuste de ne pas l'intégrer au groupe France au plus tard après le tournoi.

  • Ils n'y seront pas sauf revirement :


    Adil Rami : solide avec Séville sur la pelouse de l'Atlético Madrid, l'ancien Lillois a forcément marqué des points. Reste à savoir si Deschamps les compte toujours.


    Jérémy Mathieu : c'est lorsqu'il a remplacé Thomas Vermaelen que le Barça a commencé à se reprendre défensivement. La preuve que le joueur formé à Sochaux est toujours une référence en défense. Avec l'avantage d'être expérimenté et de pouvoir dépanner arrière gauche, un profil utile pour une phase finale.


    Milieux de terrains : encore une chance pour Kanté ?



  • Ils y seront :


    Paul Pogba : une passe décisive contre la Roma et une nouvelle coupe de cheveux assumée dans la foulée. Mais même s'il se mettait une plume comme Coluche, Didier Deschamps le prendrait par pragmatisme.

    Blaise Matuidi : trois passes décisives contre Angers, histoire de peaufiner ses statistiques. Le tout sans faire la moindre faute de goût capillaire.

    Yohan Cabaye : depuis qu'il est revenu de blessure, il a enchaîné trois défaites avec Crystal Palace, la dernière en date contre Tottenham. Pas terrible pour la confiance alors que son statut de titulaire est déjà clairement remis en cause chez les Bleus.

    Lassana Diarra : sans lui, l'OM a décroché une qualification en Coupe de France et un match nul intéressant à Lyon. S'il revient avec le même niveau qu'en 2015 et que Didier Deschamps n'organise pas une randonnée en montagne pendant la préparation, il sera titulaire pendant l'Euro.

    Moussa Sissoko : un mec intelligent qui préfère rester à Newcastle jusqu'à juin histoire de ne pas foutre en l'air ses chances d'être à l'Euro. Naples attendra.

  • Il devrait y être :


    Morgan Schneiderlin : il a perdu contre son ancien club ce week-end en n'étant pas exempt de tout reproche sur le but de la défaite. Attention car un certain milieu de Leicester est techniquement sélectionnable et particulièrement en forme depuis le début de saison.


  • Ils ont encore une chance (si un mec se pète) :


    N'Golo Kanté : Gary Lineker a parlé de lui comme de l'une des meilleures signatures de la saison. Et vu la saison que réalise Leicester, cela donne du poids à sa candidature. Il risque d'attendre la prochaine liste avec attention.



    Geoffrey Kondogbia : barré par Felipe Melo et Brozović à l'Inter Milan, cela en dit long sur ses possibilités de contester Pogba et Matuidi.

    Adrien Rabiot : un peu comme Layvin Kurzawa, il y a peut-être une ouverture comme arrière droit.


    Attaquants : le président a(urait) parlé



  • Ils y seront :


    Antoine Griezmann : muet contre Séville, mais pas de quoi s'affoler pour l'attaquant français le plus performant de la saison avec Benzema.

    Anthony Martial : un sale week-end face à Southampton. Mais bon, dans le marasme actuel des Red Devils, il est quand même l'une des rares satisfactions.

    Olivier Giroud : Arsène Wenger lui a préféré la vitesse de Theo Walcott après l'expulsion de Per Mertesacker contre Chelsea. Qu'il se console, Deschamps n'aura visiblement pas à choisir entre lui et Benzema.


  • Il devrait y être, mais ne doit pas s'y voir trop tôt


    Mathieu Valbuena : de retour contre l'OM, on l'a vu remuant et disponible à défaut d'être efficace. Et sans un superbe arrêt de Steve Mandanda, il aurait inscrit un superbe but. Enfin digérée la sextape ?

  • Ils vont batailler :


    Nabil Fekir : rien de nouveau pour le plus célèbre blessé lyonnais.

    André-Pierre Gignac : les intestins en souffrance ce week-end, il a assisté impuissant au match nul des Tigres à Monterrey (2-2).

    Alexandre Lacazette : il a perdu un duel devant Mandanda avant de manquer de présence et d'efficacité sur le reste de la partie, il a sûrement brûlé sa dernière cartouche.

    Hatem Ben Arfa : encore un but à la Messi contre Lorient. Reste plus qu'à faire la même chose en Ligue des champions, ce qui est plus difficile vu que Nice n'y est pas qualifiée.


    Kingsley Coman : Pep Guardiola a préféré mettre Arjen Robben sur le banc afin de confier son animation offensive à Coman et Douglas Costa contre Hambourg. Et sans avoir été parfait, le Français a encore démontré qu'il avait du feu dans les pieds.

    Paul-Georges Ntep : une heure de jeu contre Ajaccio mais pas suffisamment de poids pour influer le cours du match, le Rennais est clairement en retard dans la course à l'Euro.

    Kevin Gameiro : buteur en Coupe du Roi en milieu de semaine, muet contre l'Atlético Madrid ce week-end, il continue de faire le nécessaire, au cas où.

  • Leur cas dépasse le sport :


    Dimitri Payet : sa trajectoire en Angleterre ressemble à celle d'Éric Cantona deux décennies plus tôt. Mais cela ne suffit pas jusqu'à présent pour convaincre Didier Deschamps. Peut-être que sa nouvelle prestation aboutie contre Manchester City, l'un des cadors de Premier League, pourrait enfin faire pencher la balance. Histoire de mettre toutes les chances de son côté, qu'il pense aussi à envoyer ses vœux au sélectionneur. Techniquement c'est recevable jusqu'au 31 et cela ne coûte rien. Ou un timbre, au pire.

    Karim Benzema : encore buteur pour arracher le point du nul pour le Real Madrid, l'attaquant va visiblement devoir composer avec la défiance du président, qui selon le Parisien, a indiqué qu'il ne méritait pas de porter le maillot bleu. Une lueur d'espoir ? Il peut s'allier à Frédéric Thiriez, lui aussi visé par Mr Président.


    Par Nicolas Jucha
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
    Hier à 11:08 Rooney, héros de la 95e minute 17 Hier à 10:21 Record de buts en Ligue 1 pour une première journée 26 dimanche 12 août La célébration musclée de Jürgen Klopp 8 dimanche 12 août La plaque de Courtois saccagée au stade de l'Atlético 64 dimanche 12 août Le boulet de canon de Peterson qui assomme l'Ajax 1