1. //
  2. // Copenhague/Barcelone (1-1)

Le Barça stoppé par un iceberg

L'affiche n'était pas la plus clinquante, mais il s'agissait bien d'un duel au sommet entre les deux premières équipes du Groupe D. Le Barça s'en sort sans dommage, et Copenhague confirme tout le bien qu'on commençait à penser de lui.

Modififié
0 15
Après des hibernations plus ou moins prolongées, la Coupe d'Europe a régulièrement révélé de solides et séduisants collectifs scandinaves, sortant de l'anonymat, comme la végétation devant la fonte des glaces au printemps. Pas des ensembles imparables, mais des machines à contrarier, physiquement saignantes et équipées d'un juste nécessaire technique. Il y eut Malmö (finaliste de la C1 en 1979)? l'IFK Goteborg (deux fois vainqueur de l'UEFA en 82 et 87), Brondby (demi-finale UEFA en 1991) et plus récemment Rosenborg (quart de finaliste de Ligue des Champions). Devant le déclin du championnat hollandais, et en s'arrangeant un peu avec la géographie, on pourrait aussi classer le PSV Eindhoven de Guus Hiddink, demi-finaliste de la Champion's 2005, dans cette catégorie.

Avec 14 points d'avance après 14 journées, le FC Copenhague survole son championnat et a confirmé ce mardi soir qu'il avait l'étoffe d'un européen. Après la belle résistance livrée au Camp Nou (2-0), les Scandinaves se sont à nouveau refusés à complexer face à l'épouvantail catalan. Dès la deuxième minute, Puyol est à terre, sonné dans un duel, et Victor Valdes voit le Brésilien Claudemir frapper l'équerre de son but dans la foulée. Cela pouvait sentir la surchauffe et l'explosion qui l'accompagnerait. Mais la belle utilisation de la largeur des Danois, leur alternance bien sentie et imprévisible entre jeu long et court, leur maîtrise technique au milieu, comme leur refus de céder à la fatalité devant les talents des Messi, Iniesta, Xavi et Villa, pouvait aussi laisser augurer d'une partie accrochée. 

C'est la deuxième option qui l'emportera et accouchera d'une belle opposition de style(s), intense à souhait. Une fois le ballon mis à terre par les Catalans, les Danois souffrent, mais les Blaugranas ne peuvent imposer leur traditionnelle hégémonie dans la possession de balle. La faute à un pressing scandinave parfaitement orchestré et à un sang-froid qui ne les quittera pas tout au long de la partie. A la 10e minute, le Sénégalais N'Doye part au charbon sur une longue ouverture. Dans son duel aérien avec Puyol, un élément extérieur s'invite : le genou de Victor Valdés, sorti sans mesure à l'extérieur de sa surface. KO pour l'attaquant, panique des partenaires, mais on n'en est toutefois pas à ranimer les fantômes de France-Allemagne 82 et de Schumacher-Battiston, d'autant que Ndoye revient rapidement au jeu. Pour la cohérence de la décision arbitrale, le parallèle est toutefois permis. Coup-franc sifflé en faveur du Barça et Valdés vierge d'avertissement.

Des Danois niveau Liga


D'un doublé, Messi avait emporté la décision à l'aller. Même scénario au retour, où la Pulga profite d'un contrôle hasardeux de Villa et d'une relance de la tête toute aussi aléatoire d'un défenseur danois pour récupérer la gonfle à 10 mètres du but du FC Copenhague et placer sans trop y penser sa frappe petit filet opposé (31e). Le Barça est qualifié pour les huitièmes de finale. Un constat valable 60 secondes. Car Gronkjaer, qui ne fait pas ses 33 ans, déboule sur son côté gauche, Alves anticipe mal d'un tacle glissé présomptueux, Valdès ne maîtrise pas le centre mais ne l'écarte pas non plus en corner et Claudemir en profite au deuxième poteau.

Le début de seconde période annonce un retour à l'ordre naturel des choses. Volonté évidente du Barça de confisquer le ballon, mais ça ne tient pas cinq minutes. Les Danois se montreront les plus dangereux tout au long du second acte : contres plein de spontanéité, combinaisons léchées et un but sera même refusé à N'Doye pour avoir légèrement poussé Abidal dans le dos. Le Barça manquera de réaliser un petit hold-up, quand l'entrant Pedrito plaça une frappe admirable sur le poteau dans la dernière minute. Faire match nul contre un club danois confirmerait-il que les Blaugranas peinent à trouver leur rythme de croisière ? Se méfier des apparences, car le Barça, toujours leader de son groupe, n'a manifestement pas tout donné mardi soir, mais aussi car ce Copenhague vaut sans doute deux tiers des équipes de Liga. 



Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

arbitrage de mrd , colina au secours ou sont tes héritiers . pr un club esthétique quand il faut cassé les adversaires on se gène pas .
Remercions le bon dieu que ce ne soit pas le gardien danois qui est commis la faut sur Villa ou Messi, on aurais eu un scandale planétaire, une indignation et une avalanche de commentaires. on peut s'estimer heureux.
complètement d'accord. quand je pense encore au coup de crampons qu'avait mis ujfalusi à la pulga, je pense que certains auraient pleuré de rage ce soir. mais bon, le sénégalais est solide, c'est pas nouveau
Ce qui m'a le plus marqué, c'est la réaction de Mr Guardiola, invectivant son homologue danois, dont le nom m'échappe, à propos du jeu dur de son équipe...
ça manquerait pas un peu de fair-play et de reconnaitre que les valeurs viking ont joué avec leurs armes: pressing, physique, largeur; et de leur reconnaitre un certain mérite en les félicitant un tant soit peu? Le barça gagnera surement les prochaines confrontations entre ces deux équipes, et surtout se qualifiera pour le second tout alors que les danois ont joué l'exploit de leur vie, et surtout au niveau champion's league, ce qui risque pas forcément de se reproduire! Même si je leur souhaite.
Et il n'y avait rien d'humiliant au Barça de faire match nul contre cette belle équipe, alors Mr Guardiola, comme l'année dernière face à l'inter, si vous êtes vraiment un gentleman comme les médias vous décrivent, évitez cette attitude honteuse. Je comprends forcément la colère du coach danois en ne voyant pas les félicitations arriver mais plutôt des reproches!

Des "faux-beaux-joueurs" ces barcelonais?
Ouais c'est vrai ça, enfoirés de Blaugranas, salops de Catalans et enculés de Culés, pendons les sur la place publique ces chacals, Puyol sale hippie, et Valdes espèce de Schumacher on aura ta peau, à bas la Sangria et la San Miguel, Guardiola t'es qu'un beauf en costard et tu perd tes cheveux trop la honte ton comportement, t'es pas très très classe!

Non mais laissez béton les gars, ils vont flipper grave quand José leur bottera le cul ces gagne petit, bande de lopettes vous flippez devant "the special one", ahahah, on fait moins les malins là!
Le Barca ne sait pas perdre
La classe, Guardiola s'en fout. Ce qu'il veut, c'est gagner.

Hé, c'est de la haute compétition! C'est pas un tournoi de village!

Guardiola n'est ni un saint ni un enfant de coeur.
Je le répète une dernière fois, le Barça ce sont les méchants, ceux qui ont des grosses cojones. Souvenez-vous la baston en copa del rey 84 contre les basques !
Mais vous pouvez pas être des méchants joueurs et un méchant club, avec un gentil Unicef écrit sur un gentil maillot!
Un article qui fait plaisir en reconnaissant la valeur d'une "petite équipe".
Copenhagen a réussi son match en mettant une grande pression sur le Barça, mais aussi parce qu'ils ont joué au football. Leur deuxième but est refusé pour des raisons douteuses, mais ça n'enlève rien.
Quant au Barça et à Guardiola, ils ne savent pas perdre, mais ça on le savait déjà. Plus que perdre, c'est accepter que leur adversaire leur tienne tête, "joue aussi bien", ait des occasions qui semble insupportable pour eux. Accepter surtout que les équipes comme Copenhagen jouent le match de leur saison quand ils rencontrent le Barça, et qu'il faut pas conséquent s'adapter à l'intensité.

Triste réaction de Guardiola qui aurait au moins pu être un peu plus subtil après le match, d'autant que la sortie Shumachesque de Valdes ( qui n'est pourtant pas un type méchant ) aurait certainement provoqué un incident diplomatique avec le Danemark si les rôles étaient inversés.
Cabron 14, toi qui sais tout sur le Barça, connais-tu leurs arguments pour demander à l'UEFA la levée de la suspension du gardien à la coiffure la plus ridicule au monde ? Avoir des couilles c'est une chose mais ce sifflotage ressemble justement plus à l'attitude de la lopette ultime, non ?

Chuis aussi un monstre fan des catalans mais entre ça, des coups francs vite tirés et le logo de petzouille sur le maillot, ça commence à faire beaucoup. Je sais pas, comme si certains étaient un peu fébrile, quand penses-tu ? C'est pas du foutage de gueule, je fais appel à ton érudition.
Je comprends tout à fait la colère de Guardiola, parce qu'il n'a pas gagné. Ca rend fou de pas gagner quand l'équipe d'en face te rentre dedans. Mais moi je parle juste de ce coup de genou. C'est un truc de fils de pute, pas d'autre mot. Et quand on en parle, on voit que les deux plus grosses salopes catalanes jouent le cynisme. Au lieu d'avouer que là, Valdes aurait mérité le rouge. Ca prouve qu'on avait bien raison.

Et c'est pas parce qu'on est contre le comportement du Barça qu'on suce Mourinho. Selon moi Ferguson et Capello sont devant lui. Ah, et je supporte le VCF moi. La seule chose qui m'irrite chez le Barça ces dernières années c'est l'hypocrisie qu'il y a autour de ce club c'est tout. Au lieu de dire qu'ils ont des cojones etc, ils essaient de se la jouer gentils. Les seuls thugs qui l'assument c'est United.
Jimi, tu permets que je t'appelles jimi ?
Pour réponse je n'aurai qu'à te dire que se trimballer avec de si grosses cojones n'est pas toujours des plus évident.
Parfois, on se pose et on décharge notre agressivité. Notre logo unicef c'est pour les cons qui pensent qu'on est gentils. On est sévèrement burnés et ça se voit. Penche-toi sur notre histoire, tu verras. Et l'accueil qu'on a fait à figo le judas ? Le match contre sevilla joué à 00h05 parce que ce gros con de del nido ne voulait pas l'avancer au mardi ?
Rrrhhhhhhhhhhhhh !
Mais bon sang de bois, vous êtes de vrais durs alors, houlala, si c'est comme ça on va mettre femmes et enfants à l'abri. Si tu me le permets je vais (avec affection) verlaniser ton pseudo : Bronca 41 (Bronca, ça fait encore plus de bruit que contre Figo et le chiffre fait très 2ème guerre mondiale) , tu n'as pas répondu à ma principale interrogation existentielle : quel(s) argument(s) à la mords-moi-le-zob ont-ils développés pour défendre le divin chevelu devant l'UEFA ? N'aurait-il pas mieux valu l'envoyer au cours du soir de la bienséance ? Ou alors ça aussi (le sifflotage) c'était bien couillu ? J'y comprend plus rien, chuis pourtant pas plus con qu'un autre...
C'est pour cela que cette équipe restera à jamais dans ma mémoire, même dans la difficulté, la défaite, elle reste merveilleuse, déroutante, fidèle à son identité. une seule question me taraude l'esprit :Mais pourquoi suis je né à paris ?!!!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 15