1. //
  2. // 8e de finale
  3. // FC Barcelone/Manchester City

Le Barça, stop ou encore ?

Si le Barça est selon les chiffres et l'histoire déjà en quart de finale de la C1 après sa victoire 2-0 à l'extérieur à l'aller, nombreux sont encore ceux à penser que Manchester City peut renverser la situation au Camp Nou. Pourquoi ? Parce que le FC Barcelone présente tous les symptômes d'un club plus malade que jamais (sur ces dernières années, bien sûr). Diagnostic médical.

Modififié
4 47
« C'est un manque de respect de payer 99 millions pour un joueur. » Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis que Tata Martino a adressé sa première pique contre le Real Madrid. En critiquant le transfert de Bale dès son arrivée chez les Blaugrana, Martino s'était mis tout le monde dans la poche avec une démagogie de bon ton, un sourire charmeur et des polos vert pistache dégueulasses. Le Barça était alors ravi de sa trouvaille argentine, venue remplacer un Vilanova affaibli et critiqué malgré le titre en Liga. Zubizarreta, le directeur sportif du club, en était convaincu : Tata, apôtre de Bielsa à l'image de Guardiola, était l'homme capable de relancer un Barça traumatisé par le Bayern Munich en Ligue des champions malgré son inexpérience du football européen et espagnol. Ancelotti, lui aussi novice en Liga, mais abonné depuis longtemps au plus haut niveau, était plus dubitatif sur la capacité de son homologue blaugrana à diriger en Europe. Une pensée qu'il avait d'ailleurs rendue publique pour mieux défendre la politique de transfert de la Maison Blanche : « Ça ne m'étonne pas que Martino ait critiqué le transfert de Bale : il ne comprend pas comment fonctionne le football européen. » Huit mois après l'arrivée de Martino à « Can Barça » , il semble que l'ancien coach du PSG avait raison. Alors que la saison n'est pas encore terminée et que le Barça est encore en lice sur tous les tableaux, l'Argentin semble déjà avoir épuisé tout le crédit qui était le sien. Pire, il se profile même comme le fossoyeur d'un cycle qui n'avait connu jusqu'à présent que des succès et des éloges. Mais ça, c'était avant.

Avant que le vrai prix du Brésilien Neymar, supérieur à celui de Bale, ne fasse passer Martino pour un idiot. Avant que Rosell, l'homme qui avait redonné vie au Barça en signant Ronaldinho, ne présente sa démission du club à cause de l'ex-star de Santos. Avant que le fisc espagnol ne s'intéresse aux comptes du Barça et à celui de sa star Messi. Avant que Puyol, le capitaine emblématique du club, n'annonce son départ sans attendre la fin de saison. Avant, aussi, que des rumeurs de départ de la Pulga vers Manchester City ou le PSG soient véritablement prises au sérieux par les dirigeants du club. La Pulga, vexée de ne pas se voir proposer une revalorisation salariale de la part de ses dirigeants, songerait pour la première fois de sa carrière à quitter son club formateur. Selon un proche de Messi, son ami Lavezzi ferait même le forcing pour le convaincre de le rejoindre au Camp des Loges la saison prochaine. Jusqu'à présent, Messi avait toujours catégoriquement balayé une telle idée. Plus maintenant. Le fait que les relents gastriques sans explications médicales de l'Argentin fassent plus parler que ses prestations sont symptomatiques d'un malaise ambiant.

L'auto-gestion comme solution ?

Capable du meilleur en Champions league et du pire en Liga, les Barcelonais manquent cruellement de continuité dans leur jeu. Ce manque de consistance s'explique en grande partie par le turn-over incompréhensible de Martino. C'est simple, depuis le début de saison, l'Argentin n'a jamais aligné le même onze type. Le manque d'automatismes explique sans doute la déliquescence du jeu blaugrana au fil des matchs de Liga. Mais pas seulement. Si en début de saison, Martino insistait auprès de ses joueurs pour qu'ils jouent long ( « je leur ai mentionné Marquez et même Koeman qui faisait ça il y a 20 ans au Camp Nou » ), il semble désormais revenu, à force de se faire critiquer, à une formule qui a fait ses preuves par le passé : le tiki-taka. Là encore, ce retour aux sources est mitigé tant les Barcelonais semblent avoir perdu toute notion de mobilité ; l'un des piliers du toque. Il y a quelques semaines, le Rayo Vallecano s'est même offert le luxe d'avoir une meilleure possession de balle que les Catalans, chose qui n'était plus arrivée depuis 315 matchs et une victoire du Real Madrid sur le Barça au Bernabéu. Malgré la fin d'une série qui veut dire beaucoup, le Barça l'avait alors emporté par 4-0, mais sans la manière. Les défaites contre Valence, la Real Sociedad et Valladolid n'ont fait que confirmer l'absence de boussole dans le jeu barcelonais. Le début du chaos actuel.

Le cycle vertueux avait commencé en 2008 avec un Guardiola soucieux d'installer une méritocratie permettant de tirer l'équipe vers le haut (Ciao Ronaldinho et Deco, Busquets plutôt que Touré ou encore Pedro à la place d'Henry, etc). Pour faire perdurer les succès, le philosophe catalan avait tenté de titiller la fibre compétitrice de ses joueurs en leur proposant à chaque fois de nouveaux défis (Mascherano replacé en défense centrale, Messi dans l'axe, équipe avec 3 défenseurs dans le plus pur style de l'école hollandaise ou bien un Barça sans avant-centre, formule qui sera ensuite reprise par Del Bosque avec la Roja). Au départ de Pep, Mourinho et les problèmes de santé de Vilanova et Abidal furent les moteurs du groupe. Martino, pour sa part, n'a proposé aucun nouveau stimulus à ces joueurs. Paradoxalement, il leur a peut-être donné les clés de la guérison : l'autogestion. Pour mieux préserver l'essence du Mes. Pour combattre l'idée d'une fin de cycle. Aussi. Et surtout. Cela passe avant tout par une qualification contre Manchester City.

Par Ramon Jabugo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

AirForceOne Niveau : CFA2
On voit que le caractère de Messi et l'influence qu'il a sur les autres ! Tout le monde a peur d'un nain d'1m69 . Sandro Rosell a aidé à tuer l'identité Barcelone
Señor Gifle Niveau : CFA
Le plus gros dilemme que j'ai eu depuis longtemps, Nul ou Victoire de City pour mon Cote et Match.
Franchement, ce Barça m'intrigue. Autant ils réussissent à emporter, ou au moins ne pas perdre, les gros matchs (Real, Atletico, Man City), mais autant quand on en vient au fond de jeu, il faut reconnaître que ce n'est pas le grand Barça de 2008-2011.
Je pense qu'il paient cher la comparaison avec l'ancien Barça alors que, à mon avis, pour se relancer ils leur faut une nouvelle rupture, ce que le transfert de Neymar et le retour en force de Sanchez et Fabregas laissaient penser mais non, encore du toque inefficace car trop prévisible, trop stéréotypé et pas assez d'imagination dans le jeu.
Ajoutez à ça le fait que la défense, Piqué en tête, ne sert limite à rien (sauf dans les grands rendez vous encore une fois) et une instabilité de l'institution Barça avec Rosell qui démissione, Zubizarreta qui recrute aussi bien que mon petit frère sur FIFA 14 et là vous avez le coktail parfait pour que le FCB (qui jusque là réalisait une saison honorable) explose.
Ah oui, remettez Messi à droite, dès qu'il joue à droite, le Barça joue beaucoup mieux
Je connais des équipes en plus mauvaises positions que Barcelone.. 1/8 de ldc .. 3ième en Liga, final en Cdr contre le real .. je sais pas moi ? ok c'est plus le grand barca au 16 trophées en 5 ans mais voilà, encore une fois les gars la coupe du monde c'est dans 3 mois... maintenant il y a réellement un chantier a faire au niveau défense ca ne va pas tenir le coup très longtemps, je dirais meme ca ne tient plus le coup du tout !!! donc opop on prend la tirelire de 60M on recrute un put1 de défenseur a la tignass (puyol) et on recherche un nouveau métronome a la Xavi et on est reparti.. maintenant un petit article sur Manchester U, ou encore le grand Milan ... ?? qui eux sont vraiment dans la merde !!!? merci !
Scholes453 Niveau : CFA
Note : 5
Faudrait qu'on m'explique le délire ambiant qui ramene chaque souci du barca de pres ou de loin a Messi. Concretement, on entend des agents, des joueurs, des journalistes, des inconnus meme, plein de paroles et discours autour de lui, mais lui on l'entend pas. Donc oui, le mec n'a jamais été un grand bavard, mais est ce que la parole du principal interessé ne serait pas plus pertinente que les innombrables rumeurs venues d'espagne? Parce que le peu de fois ou il intervient, comme aujourd'hui dans une interview consacrée a La Masia ( allez voir sur mundodeportivo ), il n'a fait que des louanges envers son club et ses partenaires. Alors oui, son pere a l'air d'etre un sacré enculé et de diriger son fils par le bout du nez, mais ca m'a toujours irrité qu'on se fasse l'idée d'un mec avec les dires de millions de personnes autour de lui. Ca fait un baille qu'on sait tous que Messi n'est pas le sain qu'une certaine presse nous présentait il y a un certain temps, mais une sorte de messi bashing est né et s'amuse a le faire passer pour responsable de pres ou de loin de chaque probleme touchant le barca. Meme quand Neymar te sort des matchs pourris, chose qui arrive a chaque joueur sur terre, on va te dire que c'est a cause de la pression de Messi.
Scholes453 Niveau : CFA
Note : 1
Sinon si y'a bien une remarque principale que j'peux lui faire a Messi, c'est de lacher le frein a mains et de se mettre a jouer. Oui, on comprend qu'il veut arriver frais a la coupe du monde, peut etre le saint graal qu'il lui manque pour qu'enfin on arrete certaines comparaisons avec d'autres grand joueurs, mais il ne faut pas qu'il oublie que ce qui le fait manger et l'eleve au rang de star interplanétaire, c'est le Barca, et qu'il faut se donner a 100% pour le club. Je me trompe peut etre, mais c'est l'impression que j'ai.
Même discours qu'avant le match aller en somme
Perceval de Galles Niveau : Loisir
"Turn-over incompréhensible de Martino"

Vous êtes sérieux d'écrire ça? Vous étiez les premiers (moi inclus) à vous tripoter le zizi à ce sujet: "ça se sentira au printemps 2014" que vous disiez.
Putain de retournements de vestes... Même s'ils sont maintenant à 4 points en Liga, et bien je continue à croire au turn-over. Matez le Bayern, Kroos et Muller sur le banc, et ça va pas trop mal pourtant.
Scholes453 Niveau : CFA
Note : 1
Message posté par Perceval de Galles
"Turn-over incompréhensible de Martino"

Vous êtes sérieux d'écrire ça? Vous étiez les premiers (moi inclus) à vous tripoter le zizi à ce sujet: "ça se sentira au printemps 2014" que vous disiez.
Putain de retournements de vestes... Même s'ils sont maintenant à 4 points en Liga, et bien je continue à croire au turn-over. Matez le Bayern, Kroos et Muller sur le banc, et ça va pas trop mal pourtant.


Tu m'as devancé. C'était les premiers a louer son turn over. J'suis le premier a le faire. Le petit hic, et ca arrive, c'est qu'il en a parfois abusé pour des matchs qui ne necessitaient pas un tel changement, exemple, le 11 affiché a san sebastian y'a quelques semaines contre la real sociedad.
Sérieusement il y'en a qui pensent raisonnablement que City va réussir à mettre au moins 3 buts au camp nou et se qualifier?

J'ai rien contre City mais je trouve qu'envisager une victoire au Camp nou c'est déjà couillu alors envisager en plus la qualif.c'est dément. Parce que bon les gars il y'a Messi de l'autre coté et ce type là malade ou pas tu peux être sur qu'il sera décisif au moins une fois dans le match.
manouille Niveau : DHR
Belle compilation de vos précédentes brèves.
Scholes453 Niveau : CFA
Note : 1
On ouvre les paris que Nasri ce soir nous sort un match énorme?
A vrai dire, je souhaiterais une défaite du Barça ce soir, mais à chaque fois qu'ils sont dos au mur ça part en sanction pour l'équipe en face. City ne fera pas défaut ce soir... Ils vont se qualifier tranquille!
Arthur-FAFI Niveau : DHR
Le Barça agaçait parce qu'il gagnait tout. On peut naturellement lui préférer le Real qui a un jeu plus direct. On peut aussi ne pas aimer le jeu de possession du Barça qui n'hésite pas à revenir dans son camp. Enfin, on peut ne pas aimer cette façon de se dire différent.

Mais, de là à parler de Fin de règne, d'un club malade, de crise...
Pour certains, c'est une façon de faire des titres avec du sensationnel et pour d'autres, les anti-Barça (ils en ont le droit), c'est un peu prendre ses désirs pour des réalités.

Je ne crois pas plus à la mort du Barça, qu'à celle qui était annoncée pour Arsenal en début de saison où celle de United actuellement, après la transition difficile avec le départ de Ferguson.

Ce sont les aléas de la compétition, il y a des périodes plus ou moins longues de moindres contre-performance mais les meilleurs reprennent leur rang.
Les grandes rivalités font l'intérêt du sport, le Real a besoin d'un grand Barça et réciproquement.
Il semble que So Foot puise son inspiration auprès des journaux catalans (notamment Sport), qui sont actuellement en train de s'acharner contre ce bon vieux Tata. Eux aussi louaient le turn-over. Mais là, ça déchante de tous les côtés ! On évoque De Boer comme entraîneur, par exemple, ou on fait dire aux proches de Tata des confidences comme quoi il ne se voit pas au Barça en fin de saison.

Moi ce qui m'effraie le plus dans tout ça, c'est la direction. A part Rossel, tout le monde est encore en place, malgré les scandales... Puis ça fait longtemps que l'on voit Puyol rouler sur la jante, et au lieu de ça, on pète la tirelire pour des attaquants.

Comble du comble : le Barça applique la même politique que Florentino Perez et ses galactiques, qui avait dégagé Makelele pour des noms plus ronflants (et des maillots à vendre) !
Ça va encore être un jeu de babale stérile à 40 mètres des buts
Arthur-FAFI Niveau : DHR
moindres performances
Quelle bouillie, ce papier... La fin des haricots a commencé lors de la dernière année de Pep. Et c'est une des raisons qui l'a poussé à quitter le club : après tant de titres remportés, le relâchement est inévitable, la pression sur le porteur de ballon, la sollicitation permanente du coéquipier, la volonté de se transcender..., éléments conjugués aux blessures, maladies, mauvaise gestion et guerres internes, expliquent en grande partie le déclin de cette équipe. On attend une nouvelle direction et un nouveau projet, mais pour cela, faudra un peu de cojones...
Fin de cycle c'est quand même difficile à dire quand une équipe (même si elle marque un peu le pas en championnat) est encore en course sur les 3 tableaux à la mi-mars. Par contre on peut parler de fin de cycle en défense (depuis plus d'un an en fait...)
Là où le Barça a une grosse carte à jouer (indépendamment des résultats de fin de saison) c'est avec les départs (Puyol, Valdès, peut-être Alvès) ; le club doit impérativement en profiter pour se renouveler d'abord en défense, assurer la relève de Valdès sur le long terme et préparer la succession de Xavi (la aussi sur le long terme) et Fabregas devrait être le choix numéro un quitte à avoir un temps d'adaptation à ce poste légèrement reculé.
Et surtout en profiter pour donner du temps de jeu xau jeunes qui en ont le potentiel : Sergi Roberto, peut-être Rafinha, Montoya et Bartra...d'abord pour éviter un nouveau cas Thiago Alcantara et pour leur permettre de progresser (Puyol n'était pas meilleur que Montoya ou Bartra à ses débuts mais il a progressé au fil des années).
La saison prochaine Messi devra impérativement devenir le leader de cette équipe, Guardiola à commencé à le préparer à cette situation en lui donnant les clés de l'attaque et une totale liberté, il doit maintenant passer un nouveau cap et adopter l'attitude d'un capitaine puisque Xavi ne sera pas non plus éternel (ça peut d'ailleurs être un défi qui peut permettre de remobiliser l'équipe et le collectif autant que le joueur lui-même).
Scholes453 Niveau : CFA
Note : 1
On parle souvent de Rosell et maintenant Bartomeu, de Vilanova l'an dernier, des joueurs ou de Martino quand on parle des problemes du barca, mais si y'en a bien un qui doit quitter le navire c'est Zubizarreta, aka la Quiche Lorraine du recrutement.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
4 47