En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Course au titre

Le Barça roi d’Espagne, le Real second couteau

Sans grosse surprise, le FC Barcelone remporte la 24e Liga de son histoire et assure ainsi sa propre succession. Un temps devant au classement général, le Real Madrid va devoir ronger son frein pour obtenir un titre cette saison.

Modififié

Grenade CF 0-3 FC Barcelone

Buts : Luis Suárez (21e, 38e, 85e) pour le Barça

Deportivo La Corogne 0-2 Real Madrid

Buts : Cristiano Ronaldo (7e, 26e) pour le Real

Les dix dates du sacre du Barça

La situation est la même, seules les années changent : en 2010 déjà, le FC Barcelone possédait un point d’avance sur son éternel rival madrilène et devait s’imposer contre Valladolid à la maison pour s’adjuger un nouveau sacre en championnat. Le résultat final était sans appel, 4-0. Les appels, Luis Suárez les connaît comme sa poche. Sur la droite, sur la gauche, en avant, en retrait, El Pistolero est partout, tout le temps. Mais la surface reste son jardin préféré. Cette griffe pour l’art de la finition, Luisito la prouve à la 38e minute de jeu sur le terrain de Grenade, déjà désamorcée. Dani Alves s’arrache sur un long ballon et centre en retrait en bout de course. En bon visionnaire, la course de Suárez est fluide, sa tête imparable. Le Barça mène déjà au score, et ce 39e but de Suárez en championnat vient annihiler tout espoir de final rêvé pour le Real Madrid. Grenade ne peut pas remonter deux buts d’écart contre cet ogre-là. L’explosion de joie catalane devient une bombe à retardement.

Des chichis pour le Pichichi


L’accolade amicale entre Ricardo Costa et Gerard Piqué est une fausse courtoisie. Dans l’Estadio de Carmenés, la tension reste belle et bien palpable, même si Grenade est assurée de son maintien. Cette pression du résultat, c’est le FC Barcelone qui la possède. Et Piqué, prêt à adresser une caresse à son homologue portugais, manque de cimenter la victoire des siens dès le début du match. Un corner, une déviation subtile de Mascherano au second poteau, et Shakiro appuie sa tête aux six mètres. D’un habile réflexe, Andrés Fernandez dévie le cuir et prouve que les Grenadins veulent la jouer façon gredins. La lutte continue, et le Real amplifie le suspense. Depuis le point de penalty, Karim Benzema foire sa reprise, mais Cristiano est présent sur la trajectoire pour passer en mode Super Saiyan et mettre le Real devant au tableau d’affichage du Raizor (7e). Le Real est devant, la couronne change de propriétaire. Stupeur.

Au courant de l’évolution du score depuis la cité de Gaudi, les socios du Barça commencent à ronger leurs ongles. Le Barça est freiné, le métronome Sergio Busquets prend même un carton jaune après une faute sur Youssef El-Arabi. Quelque chose doit changer. Une ouverture de Messi pour Neymar ? Sauvé in extremis par la défense locale. Une frappe à l’entrée de la surface de Don Andrés ? Sans risque pour l’autre Andrés. Une fois de plus, le Barça va s’en remettre à son savoir-faire : une action construite depuis une aile, et la conclusion d’un avion de chasse. Luis Suárez pousse le centre de Jordi Alba au fond du cageot et remet les Culés sur le trône d’Espagne (21e). L’ordre est à nouveau établi, mais CR7 veut faire du chiffre. Après une charge irrégulière de Bale dans la surface, le trente-sixième caramel du Siete 2.0 laisse la Maison-Blanche prendre le large (26e). Gêné par le poteau dans la foulée, Cricri passe en furie, son Real doit être sur le toit de l’Espagne. Maudit Suárez…



Les 40 de Suárez


Les deux grosses cylindrées à l’abri, Zinédine Zidane procède à des changements, avec les entrées de James Rodríguez et Isco, avant la finale de la Ligue des champions dans 15 jours. Tout le monde doit jouer le jeu, même si le cœur de Madrid garde un œil attentif sur Grenade. Les palpitations des Merengues s’accélèrent lorsque Fran Rico bute sur Marc-André ter Stegen avant l’heure de jeu. Il y avait moyen de redonner un peu de piment à ce dernier épisode de la saison, mais les Blaugrana préfèrent prendre le dessert prévu à la carte : délices d’Iniesta, sur son lit de Neymar. Du chaloupé à l’état pur. Du côté de La Corogne, l’étreinte des Blancos se desserre. Les jeux sont faits, rien ne va plus, et la roulette uruguayenne est bien plus à la mode que sa cousine russe. Servi par Neymar, Suárez inscrit un triplé symbolique pour son quarantième but en Liga (85e). Le Barça chope son sixième titre de champion d’Espagne en huit saisons. La fête peut commencer.



  • Résultats et classement de Liga
    Retrouvez toute l'actualité de la Liga



    Par Antoine Donnarieix
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    il y a 6 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 12 il y a 7 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85