1. //
  2. // Gr.H
  3. // Milan/Barcelone (2-3)

Le Barça pille San Siro

Au terme de ce qui restera certainement comme le plus beau match de ces phases de poule, le Barça décroche une victoire de prestige sur la pelouse du Milan AC (2-3). Les Catalans s'assurent la première place du groupe H. Mais qu'on se le dise : ce Milan là sera un sacré poison pour quiconque osera s'y frotter.

Modififié
0 49
Parait-il qu'il s'agissait d'un match sans enjeu. Une rencontre entre seigneurs, entre ténors qui se respectent, et qui n'ont aucune intention de se faire du mal. Preuve de cette cordialité, ce midi, les dirigeants barcelonais sont allés déjeuner avec Adriano Galliani, l'administrateur délégué du Milan AC. Alors, ce Milan-Barcelone, sur le rythme d'un amical estival? Non. Pas le moins du monde. Le choc du groupe H, entre le champion d'Italie et le champion d'Espagne, a tenu toutes ses promesses. De l'intensité, des buts, des parades, de l'action, des cartons, de l'engagement. Un vrai match de Ligue des Champions, comme on les aime. Pendant 90 minutes, les deux formations ont oublié qu'elles étaient déjà qualifiées pour les huitièmes de finale, et n'avaient qu'une idée en tête : gagner. Et à ce petit jeu, c'est le Barça qui a été le plus malin. Ou le plus talentueux, selon le point de vue que l'on adopte. Les Catalans ont mérité leur victoire (2-3), malgré un très bon Milan AC, capable de revenir deux fois au score. La troupe blaugrana rompt ainsi la malédiction de San Siro, une enceinte qui leur était hostile depuis 2006, et s'assure la première place du groupe. Pas forcément un avantage flagrant, sachant que Manchester United ou Chelsea peuvent terminer deuxièmes de leur poule. Mais bon, pour le prestige, cela fait toujours du bien. Même si le Milan d'Allegri a prouvé ce soir qu'il aura des arguments à faire valoir dans cette compétition. Par contre, l'histoire ne dit pas si, à la fin de la rencontre, Guardiola et Zlatan se sont serré la main dans les couloirs. Pas grave, Ibra le racontera dans le tome II de son autobiographie.

Amuse-bouches et biscottes

Pas de round d'observation. Dès les premières minutes, les rossoneri ont un objectif : rappeler aux Catalans que lors de leur dernière venue dans ce stade, ils en avaient pris trois. Tous à l'abordage. Sauf que contre le Barça, cela ne marche pas vraiment comme ça. Si les premières minutes sont effectivement milanaises, les joueurs de Guardiola n'en ont besoin que d'une pour débloquer la situation. Seydou "Ngijol" Keita centre fort devant le but, et Van Bommel, pour ne pas laisser la joie du but à Xavi (qui était hors-jeu, cela dit en passant), propulse le ballon dans ses propres filets. L'antithèse de la générosité. Dès lors, le match est lancé. Milan passe la seconde, et Robinho trouve bon, en guise d'amuse-bouche, d'envoyer le ballon dans les tribunes de San Siro à un mètre cinquante du but vide. Bien vu, l'imitation de Torres. Heureusement, le public n'a pas le temps de traiter le Brésilien de tous les noms. Soixante secondes plus tard, Seedorf distille une merveille de passe à Ibra, qui foire son tir, mais marque quand même. Une belle rivincita, pour celui qui a quitté Barcelone lorsqu'il a commencé à sentir qu'il « devenait un type bien » .

Cela va d'un but à l'autre. Quasiment dans la minute qui suit, Abate réalise un véritable miracle, en déviant un tir de Messi sur la barre. Le défenseur rossonero se répète quelques minutes plus tard, en anticipant, à nouveau le double (triple) Ballon d'Or. Malheureusement, ses coéquipiers ne sont pas aussi habiles. Aquilani, lui, préfère balancer Xavi en pleine surface. Pénalty? Non pour tout San Siro. Oui pour l'arbitre. Et un carton jaune pour Nesta. Mais, c'est Aquilani qui a fait la faute, non? Oui, mais c'est Nesta qui prend sa biscotte. Une biscotte que reçoit aussi Messi. Le petit fourbe s'arrête avant de transformer son pénalty. Il est donc puni d'un carton jaune. Oui, Messi peut prendre un jaune. Mais pas deux. A sa deuxième tentative, le numéro 10 barcelonais catapulte le ballon au fond des filets. 2-1. Et presque 3-1. Abbiati sauve les meubles sur un tir à bout portant de Villa. Puis encore, sur un autre de Messi. La dernière occasion de cette première période folle arrive sur la tête de Thiago Silva qui, pour une question de centimètres, aurait pu refaire le coup du match aller. Mi-temps. Il fait froid. Tout le monde va prendre un thé chaud.

Boateng et Messi, deux joyaux

Allegri a compris. Robinho a été le joueur le plus affligeant des 45 premières minutes. Du coup, dès le début du deuxième acte, c'est Pato qui prend sa place sur le front de l'attaque. Mais lors des premières minutes, ce sont les visiteurs qui font le spectacle. Profitant des problèmes de stabilité de Nesta, Fabregas et Messi se baladent dans l'arrière garde rossonera. Il s'en faut d'un rien pour que "le petit chétif" n'inscrive le troisième but des siens. Solidaire envers son coéquipier, Villa rate à son tour le cadre quelques secondes plus tard. En revanche, cadrer ses frappes, c'est un concept bien connu de Kevin-Prince Boateng. A la 54ème minute, le Ghanéen s'offre le but de la soirée : contrôle aérien, talonnade pour lui-même histoire d'éliminer Abidal, et frappe sèche au premier poteau. Golazo. Milan revient au score. Encore. Et s'ils nous faisaient le coup du "je renverse la situation en cinq minutes"? Ce serait fou.

Oui. Mais peut-être pas aussi fou que le joyau de Lionel Messi. Pas un but, non. Une passe. Lumineuse, géniale, subtile. Xavi ne peut pas refuser une telle offrande, et trompe Abbiati. Milan, 2, Barça, 3. Le moment choisi par Nesta pour se faire un claquage à la cuisse. Le fameux. L'ancien capitaine de la Lazio est remplacé par Bonera. Le nouvel arrivant est vite mis dans le bain, puisque sur sa première intervention (foirée), le portier milanais est obligé de réaliser un nouveau miracle sur sa ligne de but. Le rythme est toujours aussi élevé. Et le chrono tourne. Tourne. Tourne encore. Milan tente d'attaquer, mais les jambes, dans le dernier quart d'heure, commencent à être lourdes. Pato chipe un ballon qu'Aquilani se serait fait un plaisir de bombarder. Trop gourmand, monsieur Barbara. Les derniers instants sont teintés de rouge et de noir. Milan y va au courage pour décrocher le nul. Puyol se jette pour freiner un tir de Nocerino. C'est le dernier frisson. La victoire est espagnole. Les Milanais s'inclinent, la tête haute. Ils seront là, bien là, en février prochain. Le Barça aussi. Mais ça, ce n'est une surprise pour personne.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

feodalorer Niveau : DHR
"parait-il que" euuuh, ca se dit pas, on dit "il parait que" ou parait il,"
Concernant le match, trichrie, arbitre corrompu qui donne un peno imaginaire et a rkintroduit le hors-jeu de position!
Corruptio. Des arbitre+ dopage=Barca
un peu d'accord pour l'arbitre, penalty inventé... mais bon
Vraiment de mauvaise foi monsieur feodalorer ce fut un beau match.
Puis le dopage n'existe pas en italie c'est ca ??
Encore que c'était un match pour la première place du groupe..c'est pas une finale non plus. On a vu des matchs plus importants faussés par l'arbitrage, dernière demi-finale de C1 par exemple. même équipe et même arbitre d'ailleurs...
Par contre pour le péno je dis pas...
Xeneize31 Niveau : DHR
Feodalorer = super mauvaise foi. Ton Arbitre+dopage = Barça, n'a aucun intérêt, mais c'est une réaction d'un nouvel aigri, car tu m'excuseras mais le Barça quoi que tu en dises à largement mérité sa victoire...seule la mauvaise fois ou la non connaissance du football pourrait venir contredire ça!
@Xeneize31: ben ta connaissance pour le football a l'air d'inclure les peno imaginaires et les hors-jeu.
on préfère rester non connaisseur alors.
Rumpelstiltskin Niveau : Loisir
Soir les frustrés.

Et le pénalty sur Cesc... encore un coup du FC UEFA?

Au revoir les frustés.
bon pr les gens ki chipotte sur ce match je leur ke vs ny connaissez rien au foot.
sinn sur le penalty xavi se fait desequilibré deux fois par les mains du defenseur sur son dos,xavi na jamais simulé un penalty...
et pr finir il est bien larticle
Quel arbitrage de M*rde.

Barcelone joue (très) bien mais il y en a encore qui diront qu'ils ne sont pas favorisés. Répugnant.

J'vais rien ajouter de plus, on se fait allumer ici quand on raconte ce qu'il se passe avec le FCB et les arbitres.
Rumpelstiltskin Niveau : Loisir
Ben allez, argumente un peu: on attend!

Si tu es capable de dire: "Il n'y a pas péno sur Xavi ni sur Cesc", vas-y! Faut assumer ses absurdités.
Xeneize31 Niveau : DHR
Achille, je juge sur ce que j'ai vu, et la victoire est largement mérité, pour le péno, il est peut etre litigieux, et encore, mais il aurait été dans l'autre sens, tu aurais été le premier à crier au scandale si il n'avait pas été sifflé, et pour le hors jeux, je vois pas de koi tu parles, vu que je ne pense pas qu'on puisse dire Van Bommel soit hors jeux lorsqu'il marque dans ces propres buts. Amis frustrés, amis de mauvaise foi, bonsoir!!!
Rumpel, ose dire que le FCB n'a jamais eu de pénos cadeau, ose dire que le FCB ne simule jamais, moi aussi j'attends.

On parle pénalty? Tu me parles de Fabregas. OK. Bizarre, je lis rien sur Robinho. Allez, va te palucher sur ta belle et grande victoire d'aujourd'hui.

Barcelone avait pas besoin de ça mais comme c'est déjà arrivé par le passé, ils ont encore reçu un coup de main de l'arbitre. Je ne fais que constater. Peace.
Hennessey Niveau : DHR
Beau match, Milan a été super bon je trouve. Ceux qui voient encore des problèmes d'arbitrage en faveur du barça prouvent bien qu'ils ressortent cette excuse à chaque match quelle qu'en soit la physionomie. Mais par contre c'est vrai que le match était haché, l'arbitre sifflait sur tous les contacts (et non, pas que pour le barça, quignols).
Miles Morales Niveau : DHR
Merci a toi Stark, le nanolatre, pour ce petit péno imaginaire qui t'aura permis d'offrir un but tout fait a ton idole Messito. Et comme tu lui a meme mis un petit carton pour le fun et le clin d'oeil, tu pourras le raconter a tes petits-enfants.

Sinon pour celui qui a raconte que Xavi ne simule jamais de péno, je lui repondrai qu'heureusement pour lui le ridicule ne tue pas...

Tout le monde savait que Stark avantagerait le Barça ce soir... et il l'a fait. CQFD.
@Xeneize31: Xavi est hors jeu sur le premier but, la passe est destiné a Xavi il ne touche pas le ballon mais il est collé a Van Bommel quand ce dernier marque son csc. Xavi tire profit de sa position d'hors jeu. Mais toi t'es un grand connaisseur donc normal que ça t'échappe.
le peno dont tu parle est non seulement litigieux mais ce qui est sur c'est que Robinho n'a pas du s'écrouler volontairement lui.. mais ça on en parle pas bien sur.
les barcelonais sont trop fort donc on les aide encore un peu.du déjà vu quoi...
Gros match de Milan, deux énormes erreurs d'arbitrage qui coûtent 2 buts à la même équipe.
Avec Pato à la place du fantome de Robinho et Gattuso/Flamini pour Aquilani ça aurait pu le faire dommage.
Aucune faute sur Fabregas Rumpleskin...
Xeneize31 Niveau : DHR
Diavolo, t'es comme ces milliers de supporters qui excuse la défaite de leur club, en préférant critiquer une éventuelle faute d'arbitrage plus tot que la prestation de sa propre équipe! Evidemment le Barça gagne tout sur son passage, grâce aux Arbitres, à la Fifa, à Platini, a Shakira et tellement d'autres, c'est un scandale, un complot planétaire!
Quand une équipe gagne tout, c'est tjrs parce qu'ils sont soit disant protégés, mais jamais pour la qualité de leur jeu, et contrairement quand une équipe ne gagne rien, c'est tjrs à cause des arbitres, mais jamais à cause de leur prestation, dans les deux cas c'est jamais la faute de l'équipe elle même! C'est fou ça quand même. Je trouve ce genre d'analyse et de réflection très, voir bcp trop réducteur, car totalement de mauvaise foi, mais j'avoue ça peut aider les supporters fanatiques à dormir!
Xavi n'a jamais simulé ? http://www.youtube.com/watch?v=BMEJnp9kyt0

Sinon, un article intéressant à ce sujet (qui ne remet pas en cause le barça pour une fois)
http://fautetactique.com/2011/08/28/oui … -pourquoi/
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Pep l’Italien
0 49