1. //
  2. // 26e journée
  3. // Real Madrid / Barcelone

Le Barça peut-il vraiment se passer d’un (bon) entraîneur ?

Simple coup de mou pour certains, crise systémique pour d’autres, les deux revers essuyés par le Barça en une semaine ont quoi qu’il en soit rappelé à beaucoup que les Barcelonais, eux aussi, pouvaient déjouer. Et si la cause de ces maux actuels se situait du côté du banc de touche ?

Modififié
0 16
Deux défaites cinglantes, deux défaites similaires. Face au Milan AC et au Real Madrid, le FC Barcelone n’a pas trouvé la solution. Son habituelle possession de balle, d’habitude diablement efficace, est restée stérile, et sa défense a cédé face à la rapidité des contres adverses. Alors bien sûr, il est difficile de porter un jugement définitif en ne se basant que sur deux matchs. Et puis on trouverait ça presque rassurant qu’une équipe éblouissante depuis le début de la saison retrouve une certaine humanité. Mais le problème, c’est que cette défaillance est arrivée au pire moment puisqu’elle a mis fin au parcours de l’équipe en Coupe du Roi et qu’elle a largement hypothéqué son futur en Ligue des champions. Comme par hasard, cette mauvaise période survient au moment où le siège d’entraîneur est semi-vacant. De là à dégager un lien de cause à effet, il n’y a qu’un pas…

Un entraîneur ou une simple nounou ?

Le jeu développé par Barcelone, c’est une philosophie du football. Tous les joueurs de l’équipe partagent cette philosophie, qu’ils y aient été initiés dès leur jeunesse en étant formés à la Masia ou qu’ils aient dû s’y adapter. Autour de cette philosophie et grâce au travail acharné de Pep Guardiola, un groupe fort s’est construit, uni autour des mêmes principes et des mêmes valeurs. Finalement, en voyant ce groupe jouer et gagner ensemble année après année, beaucoup pensaient et pensent encore qu’il a atteint une telle maturité qu’il peut finalement s’autogérer et que la question de l’entraîneur devient secondaire. Joaquín Caparrós, vieux baroudeur des bancs de la péninsule, abonde dans ce sens : « Dans un club comme le Barça, l’entraîneur n’a finalement qu’un rôle assez réduit. Le onze de départ est déjà constitué et les joueurs savent déjà comment ils doivent jouer. » Finalement, n’importe qui pourrait entraîner l’équipe, puisque l’équipe n’a pas vraiment besoin d’entraîneur.

Cette idée a également été portée par la direction du club catalan lorsque la question de la succession de Guardiola s’est posée. Sandro Rosell a alors privilégié la solution de la continuité en confiant le flambeau à Tito Vilanova, l’adjoint de Pep jusque-là. Par ce biais, les dirigeants s’assuraient de la pérennité de la « philosophie Barça » et consacraient par là même l’importance du groupe. La stratégie a été payante, puisque les Culés ont survolé la première partie de la saison. Lorsque Vilanova a su qu’il devait provisoirement abandonner ses fonctions pour se soigner, Rosell et sa bande ont machinalement mis en place le même procédé en faisant appel à Jordi Roura, l’adjoint de Tito, sans se préoccuper des compétences du bonhomme. De toute façon, puisque Xavi, Puyol et consorts pouvaient faire tourner la boutique, la question des compétences du coach était secondaire. À ce moment, le plus important était de préserver la valeur morale de la marque Barça en montrant — comme dans le cas Abidal — que « l’humain  » était primordial.

« Plus qu’un leader technique, il manque un leader charismatique  »

Aujourd’hui, la situation dans laquelle se situe le Barça est confuse. Vilanova demeure l’entraîneur reconnu — même s’il ne devrait pas revenir avant encore un bon mois­ — et continue à plus ou moins gérer les affaires de l’équipe de New-York où il se soigne. Roura de son côté, bien qu’officiellement entraîneur aux yeux de la Ligue, affirme n’être qu’un simple relai et ne revendique aucune autonomie. En clair, le Barça est actuellement entraîné par un homme qui crie haut et fort qu’il n’est pas l’entraîneur du Barça. Étrange situation. En partant de ce constat, la mauvaise passe actuelle des Catalans peut trouver une autre explication. Ne manque-t-il pas quelqu’un pour impulser des changements, pour motiver l’équipe, pour donner des grandes orientations et pour, lorsqu’il y a quelque chose qui coince, comme contre Milan ou le Real, prendre des décisions fortes ? C’est en tout cas ce que pense Christian Gourcuff : « C’est lors de ces rencontres décisives que le rôle de meneur d’hommes de l’entraîneur est capital. En ce moment, plus qu’un leader technique, c’est un leader charismatique qu’il manque au Barça. »

Lorsque l’opposition est faible, même avec Roura sur le banc, Messi et ses potes s’éclatent — Cordoue, Osasuna et Getafe s’en souviennent encore —, mais c’est lorsque le doute s’installe et que la belle mécanique se grippe que l’absence d’un véritable entraîneur se fait sentir. « Quand ça va mal, le rôle de l’entraîneur est de trouver les mots pour galvaniser les joueurs, pour trouver l’étincelle et provoquer un déclic, poursuit Gourcuff. Il faut parfois aussi pousser une bonne gueulante. Je pense que Roura n’a, au sein du vestiaire barcelonais, ni la crédibilité, ni la légitimité pour s’imposer. » Alors que Guardiola se distinguait par ses choix osés (on se rappelle notamment de la défense à trois) et par sa volonté constante de faire confiance aux jeunes, Vilanova et surtout Roura ne tentent rien et ne bouleversent jamais les habitudes, que cela soit au niveau tactique ou au niveau de la composition d’équipe. Guardiola jouissait sans doute d’une aura plus forte qui lui permettait de prendre ce genre de décisions. Cette époque est révolue et aujourd’hui, au moins jusqu’au retour de Vilanova, le groupe barcelonais évolue sans leader sur le banc. Voyons s’il pourra s’en sortir tout seul.

Par Pablo Garcia-Fons
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Marek Hamsik Niveau : National
Roura bien qui rira le dernier.
KillerCroc Niveau : CFA
j'ai Rourement vu une situation aussi cocasse, toute équipe à besoin d'un entraîneur, qui bien plus qu'un tacticien, est aussi le meneur de la meute. Chose que Roura n'est pas, que Vilanova n'est pas, et que Puyol, Xavi ou Messi ne sont pas en mesure de faire.
Pas mal la légende sur J-P Castaldi.
GrafenWalder Pils Niveau : Loisir
Que Xavi enfile son plus beau costume debout devant le banc et laisse sa place à Fabregas sur le terrain, et puis on en parle plus !
declaubianco Niveau : CFA2
GrafenWalder Pils,
Xavi a un Fabregas dans chaque pied .
leopold-saroyan Niveau : Ligue 1
Note : 1
Une question que l'on se pose aussi est qui dans ce club a les coronèsses pour intimer à xavi, puyol, piqué par exemple de rester sur le banc compte tenu de leur rendement.

Sans doute y a t-il un blocage à ce niveau vu la ferveur avec laquelle xavi veut être de toutes les batailles y compris la CDM au brésil..bref qui pour tenir tête aux cadres de l'équipe ?
Message posté par declaubianco
GrafenWalder Pils,
Xavi a un Fabregas dans chaque pied .


Pas pratique pour marcher
declaubianco Niveau : CFA2
Eths,
D'où le fait que ses prestations (xavi) en pâtissent.
(Par contre, faudra me dire comment on fait un smiley).
C'est évident qu'il leur faut un entraîneur. Mais là, je me marre en me souvenant de tous les mecs (y compris des joueurs... Ibra ?) qui disaient que le Barça tournait tout seul, juste pour retirer du mérite à Guardiola. Avec lui, on était sûr qu'il y aurait une réaction après une mauvaise perf' (ou même une mauvaise mi-temps).

Sinon, Xavi revenait de blessure contre Milan. Ça fait 4 ans que les gens disent qu'il est mort et qu'il est vieux et ces mêmes personnes sont celles qui vont se branler* sur Giggs. Xavi est dieu. Il fait moins d'assist, il récupère moins de ballon mais il contrôle complètement le rythme des matchs, comme il l'a toujours fait. Et ça, Fabregas, aussi bon puisse-il être (et il l'est des fois) le fera jamais, et peut-être personne d'autre non plus d'ailleurs.

Le plus beau palmarès du football européen de l'Histoire avec un rôle capital au Barça et avec la Roja, n'oubliez jamais ça. On peut pas parler le foutre sur le banc comme n'importe quel autre joueur.
Spikelee92 Niveau : CFA2
Déjà pour les anti barca qui parle de dopage et que l'equipe est tellement huile que même jean fernandez reussirait voilà vous avez votre reponse.
Oui je pense sincerement que roura est coupable:
J'accuse roura de rester silencieux sur le banc quand l'equipe a besoin de sentir son coach derrière eux.
J'accuse roura d'aligner fabregas et pique et pedro malgre leurs prestations plus que moyenne depuis plusieurs match
J'accuse roura de toujours attendre avant de faire des changement et souvent inadaptes.
J'accuse roura par son manque de charisme
J'accuse roura de ne pas avoir les cojones de reconnaitre qu'il n'est pas l'homme de la situation.
J'accuse roura d'avoir serrer la main de jose les yeux rempli d'admiration après la raclee subie.
J'accuse la direction de son manque de reactivite face a une situation qui devient delicate en ldc.
J'accuse le cancer de s'en etre pris a notre entraineur au pire moment (même si y'a pas de bon moment)
JeVousColleDesMoins1
Vilanova gère depuis NY? Genre le mec est en congé maladie mais continue a bosser pr le club ? Ca prouve effectivement toute la confiance que l'on accorde à l'interimaire (et/ou les capacités de l’intérimaire à prendre ses propres décisions).
En tout cas bravo à la direction du Barça responsable selon moi de cette situation.
Note : 1
Ce qui devait arriver arriva. Le Barça sous estime ses adversaires en refusant de réagir tactiquement et de s'adapter aux difficultés. Ajouter à cela l'absence de leader, et une équipe intrinsèquement plus faible (Pas de 9 et Fabregas qui est un boulet plus qu'autre chose).
Je sais que pour pas mal c'est un blasphème mais lorsque Vilanova a pris la place de Guardiola j'ai considéré que c'était une amélioration.

Il y a quelque chose, une sorte de x factor, en Vilanova qu'il n'y a pas chez Guardiola. Ce mec a une flamme et son moteur ne s'arrête jamais. La rechute de son cancer a fait énormément de mal à l'équipe, et ce n'est pas non plus un hasard si la méforme de l'année dernière était survenue lorsqu'il était absent à cause de son cancer la première fois.

Roura n'est responsable de rien, et personne ne peut rien lui reprocher. Il est là comme adjoint et c'est normal qu'il ne cherche pas à jouer le rôle de Tito, allant même jusqu'à ne pas s'asseoir à la place réservée à Tito qu'il laisse libre.

L'unique responsable de cette situation est Sandro Rosell, aka l'unique catalan sans couilles actuellement. Ce mec est une abomination.
Roura est une pipe, c'est clair, mais l'equipe de Villanova a ecrase le championnat a sur-domine le championnat avec les memes joueurs, meme compo.
A un moment donne, les mecs sont tellement pas habitues a rencontrer une oppposition qu'ils savent plus quoi faire quand ya milan ou le real en face. Leur systeme archi-stereotype et ya aucune remise en question. Le danger ne vient que de Messi, le deuxieme buteur, Villa est a 6buts il me semble.
L'equipe d'en face, pour peu qu'elle sache lire le jeu du Barca, mets 3 joueurs sur Messi, joue agressif, et Basta. C'est la diff avec l'epoque Eto'o-Henry, le danger venait de partout,avec bcp plus de profondeur et de vitesse dans le jeu. plus aujourd'hui

Deuxieme remarque, je trouve aussi qu'il y a un manque de leadership, de couilles tt simplement dans cette equipe, il manque un Xavi alonso, un Ramos, un mec de temperament dans cette equipe.
Quand je les vois sortir du match contre le Real quasi pas enerve, ca me rend fou...

Enfin, ya le pb Cesc Fabregas, pas vraiment attaquant, pas vraiment milieu, qui pour moi a pourri l'equipe. Enfin....
Bon week end a tous
Roura est une pipe, c'est clair, mais l'equipe de Villanova a ecrase le championnat a sur-domine le championnat avec les memes joueurs, meme compo.
A un moment donne, les mecs sont tellement pas habitues a rencontrer une oppposition qu'ils savent plus quoi faire quand ya milan ou le real en face. Leur systeme archi-stereotype et ya aucune remise en question. Le danger ne vient que de Messi, le deuxieme buteur, Villa est a 6buts il me semble.
L'equipe d'en face, pour peu qu'elle sache lire le jeu du Barca, mets 3 joueurs sur Messi, joue agressif, et Basta. C'est la diff avec l'epoque Eto'o-Henry, le danger venait de partout,avec bcp plus de profondeur et de vitesse dans le jeu. plus aujourd'hui

Deuxieme remarque, je trouve aussi qu'il y a un manque de leadership, de couilles tt simplement dans cette equipe, il manque un Xavi alonso, un Ramos, un mec de temperament dans cette equipe.
Quand je les vois sortir du match contre le Real quasi pas enerve, ca me rend fou...

Enfin, ya le pb Cesc Fabregas, pas vraiment attaquant, pas vraiment milieu, qui pour moi a pourri l'equipe. Enfin....
Bon week end a tous
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 16