1. // Coupe du Roi
  2. // Barcelone/Valence (2-0)

Le Barça ne crache pas dans la Coupe

Supérieur, le Barca s’est qualifié pour la finale de la Coupe du Roi en dominant Valence (2-0), privé de Soldado. Les Catalans ont dominé la rencontre mais sont restés sous la menace des hommes d’Emery jusqu’au dernier quart d’heure, et l’expulsion de Feghouli. Ils retrouveront l’Athletic Bilbao en finale, pour la huitième fois de l'histoire de la Coupe.

Modififié
14 18
Isolés en Liga, Valence et Barcelone étaient plus que jamais concentrés sur la Coupe sur le plan national. En championnat, les Valencians s’emmerdent à leur troisième place, et les Catalans commencent à perdre de vue le Real Madrid. Alors pour garnir leur palmarès, rendre encore un peu plus excitante cette fin de saison et s’offrir une finale alléchante contre l’Athletic Bilbao, ni l’un ni l’autre ne cracherait sur cette Coupe du Roi. Après le match nul à Mestalla (1-1), le Barca partait logiquement favori à domicile. D’autant qu’Emery devait faire sans son meilleur buteur, Roberto Soldado, grippé. Alors, pourquoi y croire ? Parce que par deux fois cette saison, Valence a tenu la dragée haute aux Catalans. Parce que le club che est sorti vainqueur des quatre dernières confrontations aller-retour entre les deux équipes, en Coupe (98-99, 07-08), Supercoupe (99-00) et Ligue des champions (99-00). Parce que Valence a cette capacité à élever le niveau face aux poids lourds. Et parce que le Barca connait un début d’année délicat.

Défense à la rue

«  Barca, Barca, Barca » . L’hymne retentit, c’est parti au Camp Nou. Dans le onze du Pep, Thiago et Cuenca remplacent les deux éclopés, Busquets et Pedro. A droite, Puyol, l’homme fort du moment, est préféré à Dani Alves, Mascherano prenant place aux côtés de Piqué dans l’axe. Valence rentre mieux dans son match. Première tentative de Mathieu, du droit, c’est foiré. Feghouli, du gauche, non plus. Les visiteurs harcèlent l’équipe de Guardiola, qui n’arrive pas à poser le ballon. Quart d’heure de jeu, longue ouverture de Messi dans le dos de la défense, Fabregas est à la conclusion. 1-0. Diego Alves est aussi bon sur les pénaltys qu’il est mauvais dans les sorties. Dans la foulée, bonne passe pourrie de Rami au milieu de terrain, mais Messi, puis Cuenca, manquent le break. Victor Ruiz s’y met à son tour et offre un face-à-face à Fabregas, qui ne conclut pas. Le Barca ne contrôle pas tout, mais il est plus précis, plus concentré, plus dangereux. Rami n’y est pas du tout, il fait plus de passes aux Catalans qu’à ses coéquipiers. Miguel, solidaire, fournit, lui, les ramasseurs de balle. Ça donne une défense sacrément à la rue. Fabregas, en net progrès ce soir par rapport à ses dernières sorties, bute encore sur Alves. Le FC Valence est coupé en deux. L’équipe presse, mais à contretemps, multipliant les fautes. On en reste à 1-0 à la mi-temps, et vu la performance défensive, ça aurait pu être pire.

Feghouli voit rouge

Le vestiaire visiteur a dû résonner. Valence repart comme il avait commencé, agressif et dangereux. Jordi Alba, formé au Barça, abuse de la vitesse de pointe de Puyol pour réchauffer la queue de cheval de Pinto. Aduriz, lui, tente une première fois sa chance de la tête, puis s’échappe dans le dos de Puyol, mais il oublie le ballon. Soldado manque terriblement aux siens. Frustré par le match aller, Messi a la dalle. Sa frappe, contrée par Rami, rebondit sur la barre. Puis l’Argentin, d’une accélération, se faufile entre trois défenseurs, mais Alves détourne du pied. Vient le festival Pinto. Une première sortie catastrophique devant Aduriz, et Mascherano sauve sur sa ligne. Une deuxième sortie immonde sur corner, sans conséquence. Le Barça s’offre un sacré challenge : gagner la Coupe sans gardien de but. Victor Ruiz conserve la dynamique de la première mi-temps, et donne une nouvelle balle de but à Messi, qui la joue trop facile. Ça y est, le Barca a pris l’ascendant, Valence est asphyxié. Les Catalans déroulent, mais restent sous la menace. Sur un corner repris par Jonas, Pinto sort la parade de la soirée. Juste pour les mauvaises langues. C’était la dernière chance de Valence. On entre dans le dernier quart d’heure, et vient le coup de grâce: Feghouli est expulsé pour un deuxième carton jaune un poil sévère. A dix, ça devient très compliqué. C’est Xavi, sur un contre, qui met définitivement terme au suspense. Messi-Alexis-Fabregas-Xavi. Ca va trop vite, 2-0. Score final. Le Pep exulte. Le Real, Valence, et maintenant Bilbao. Cette Coupe du Roi, elle se mérite.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"Puis l’Argentin, d’une accélération, se faufile entre trois défenseurs, mais Alves détourne du pied."

Si vous vous mettez à confondre les mains et les pieds à So Foot on ne va pas s'en sortir...
Stalin Rivas Niveau : DHR
Cette demie a ete reglee des le match aller ou l'arbitre a gracieusement 'oublie' d'expulser Pinto au bout de 20 minutes...
Sinon un Messito qui loupe encore tout et qui veut tout faire tout seul dans des slaloms ridicules et improductifs. Fabregas devient tout doucement le vrai meilleur joueur de cette equipe, il est au four et au moulin: defend, organise et marque. Et ça le nain hideux ne va pas l'accepter longtemps, il n'aime pas qu'on fasse de l'ombre a son petit corps de crevette... il a fait virer Ronaldinho, Eto'o, Ibra, a fait mettre au placard Villa... j'ai bien 'peur' que Fabregas gicle sous peu aussi.
Les puceaux Cuenca et Tello n'ont aucun talent, dans la droite lignee des Jeffren et autre Nolito... faut arreter de croire que la Masia sort des perles a profusion, c'est du pipeau mediatique ça!
Mais surtout Cuenca a deja reussi un exploit hallucinant: etre plus hideux que Messi!
J'me marre! Stalin, c'est pas de la provoc' : tu devrais postuler à As ou Marca pour les éditos, c'est top top!
ToreAndreFlo Niveau : District
Salut Milles Moralazéro, tu vas bien?
En tout cas, sa passe de 50 mètres pour son futur ennemi Fabregas, il l'a pas loupée...
nadjib fc barcelone Niveau : DHR
et dire que les pauvres (madrilain) parle que c'est la fin du barca maintenant on va gagner la coupe de votre roi et rendez vous en liga
waynerooney Niveau : CFA
Dommage dommage l'absence de Soldado.. On aura droit à une belle finale catalans vs basques, avec deux équipes qui jouent bien au ballon, et je ne serait pas étonné que Bilbao pose de gros problèmes aux dopés. A noter qu'il y a trois ans le barça l'avait emporté 4-1 contre cette même équipe de l'atletic en finale de cette coupe, qui aura certainement soif de revanche. Par contre la finale, elle se joue ou?
Waouh, Stalin Narcisse, tu dois être d'une beauté fatale! Attention de ne pas voir ton reflet dans l'eau, tu risquerais de te noyer...
Stalin le frusté Madriléne est de retour....Une vrai tâche ce type ...
Antarcticdonkey Niveau : Ligue 1
On ne sait pas encore où se jouera la finale... Il y a 4 possibilités : Mestalla, le Bernabéu, la Cartuja (Stade olympique de Séville) ou le Camp Nou!
on apprend de tres bonnes choses ici dans les commentaires alors SVP laisser les merdes s'auto-succer et donnez vos avis sur les articles.
un supp du real.
mais stp stallin n'arrete pas. c'est super de commencer la jrnée par tes comm.
bisou
trop marrant ce stalin rivas, avant il s'appelait ronaldo,
on peut penser ce qu'on veut mais on n'est pas obligé d'insulter ,mais je pense que le mieux est de ne jamais lui répondre car son but est de provoquer, si personne ne lui répond, il s'arrêtera et retournera jouer aux billes dans la cour de récré
nadjib fc barcelone Niveau : DHR
Le Barca s’offre un sacré challenge : gagner la Coupe sans gardien de but
Match pas mal, mais Valence a joué seulement 20 minutes, dommage que Soldado ait été absent...

Le barça a raté des occases, il aurait pu en mettre 4 ou 5 si Messi et Cesc avaient été plus affutés. Pour la première fois depuis plusieurs semaines, j'ai senti le barça au bon niveau, par exemple hier, ils pressaient comme ils savent le faire, ils récupéraient assez vite la balle, ils avaient déjà amélioré cet aspect (fondamental dans leur jeu) face à la sociedad, mais hier j'ai senti un saut qualitatif.
Par ailleurs, le retour de Xavi, Iniesta, le bon match de Thiago et Mascherano me donnent l'impression d'un retour de bonnes sensations et d'une possible fin du cercle vicieux des blessures, mais là c'est juste un feeling sans plus.
Dernier point, meilleur feeling aussi avec Messi, il a vendangé hier, mais contrairement aux matches à Villareal, Valence à l'aller, et face à la sociedad, il ne me semblait plus obsédé par le but, il a repris du plaisir au jeu, distribué de belles passes, et fait joujou avec Iniesta sur une belle combinaison http://www.youtube.com/watch?feature=up … j5Io&gl=US
Yeaaaah Ronaldo-aka-MilesMorales-aka-Sbiterman-aka-StalinRivas is back !!!

Pas trop tôt dis donc...

Tu avais disparu après l'énième déroute des tiens. Je te pensais perdu à jamais.

Welcome back indéfriché du football.
Feghouli est un peu stupide quand même, son second jaune (à mon sens totalement mérité) est profondément inutile, une grosse faut pareille à 70 mètres de sa propre cage, qui enlève les derniers espoirs de son équipe.
Je suis d'accord avec toi, Med, on note un vrai progrès dans le jeu par rapport aux derniers matchs. Fàbregas a fait son meilleur match en 2012, il a été omniprésent en première mi-temps. Le Barça, a encore une fois manqué d'efficacité mais Diego Alves est vraiment un excellent gardien notamment en un contre un.
Rappelons quand même que le Barça a joué sans 6 alors qu'il était qualifié au coup d'envoi! (Thiago, Xavi, Cesc au milieu de terrain!!) Et quant aux joueurs de la Masía, je trouve en effet que Cuenca est un peu en-dedans depuis la reprise de janvier, mais la qualité des jeunes est indéniable, et Tello est un joueur remarquable par sa vivacité et sa capacité à provoquer balle au pied. Et même ceux qui sont partis, comme Nolito au Benfica, font le bonheur de leur club actuel!
+1 nadjib
+2 gforez

+1med tien tiens cest pas la CL la semaine prochaine?? ce qui expliquerait le regain de forme ?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le patron, c'est la Juve
14 18