Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Matchs du jour
  1. //
  2. // Atletico/Barcelone (1-2)

Le Barça n’est pas mort

Approximatif, voir besogneux, le Barça s’est tout de même imposé 2-1 face à l’Atletico Madrid. Un succès qui leur permet de rester à dix longueurs du Real. Et de montrer, s’il le fallait encore, qu’un champion ne meurt jamais. Ou seulement les armes à la main.

Modififié
Atletico Madrid – FC Barcelona: 1-2

Buts: Falcao (48’) pour l’Atletico ; Alves (36’) et Messi (82’) pour Barcelone

C’était soir de fête à Madrid. Le Vicente Calderon s’était mis sur son 31 pour accueillir le sans doute futur-ex champion d’Espagne. Après une belle journée ensoleillée comme la capitale ibérique les aime, 54 000 aficionados se sont agglutinés dans le chaudron de l’Atletico. En guise d’accueille, les Catalans ont le droit au désormais traditionnel « Puta Barça, puta Catalanuya » . L’ambiance est électrique, les tifos somptueux. Pourtant, les 22 acteurs ne sont qu’à l’échauffement… Après un petit quart d’heure à trottiner, la bande à Carles rentre au vestiaire. 90 minutes plus tard et un 2-1 au tableau d’affichage, le Barça a montré qu’il ne voulait pas troquer sa couronne. Les Colchoneros l'ont de travers, le voisin de Bernabeu aussi.

Un petit Messi décisif

A l’aller, l’Atletico Madrid était reparti du Camp Nou avec une manita dans les valises. Depuis, les temps ont changé. Manzano s’est fait virer, Simeone a débarqué. Et l’Atletico se veut beaucoup plus solide (aucune défaite pour le coach argentin depuis son arrivée). Le début de match en est la parfaite illustration. La chique ne quitte pas les pieds Blaugranas. Mais la domination est stérile: les Colchoneros ne voient pas le cuir, Courtois non plus. Bon signe...

Dans leur entreprise de démolition du jeu catalan, la bande à Gabi peut également compter sur une aide inattendue. Après, une dernière sortie majuscule (quadruplé face à Valence), la Pulga rate tout ce qu’elle tente. Ou presque. Conduite de balle approximative, passes ratées, manque de jus… Et pour couronner le tout, un golazo refusé (7’) pour une main, et un carton jaune dans l’escarcelle. A force de persévérance et pas moins de 80 % de possession, le verrou madrilène va tout de même finir par sauter. Décalage de Messi (pas triple Ballon d’Or pour rien) pour le Cesc qui trouve au deuxième poteau Alves (36’). 1-0 à la mi-temps et pas grand chose à se mettre sous la dent.

Un public sompteux


Au retour des vestiaires, mieux ne valait pas traîner à la buvette. Après avoir fait un footing durant le premier acte, Falcao se décide enfin à voir la couleur du ballon. Un ballon qu’il catapulte dans les cages d’un Valdes réduit au simple rang de spectateur. Un corner fuyant, un cafouillage, et pour finir le pied du goleador colombien (48’). 1-1, tout est à refaire pour le Barça. Revigorés par cette égalisation, les Colchoneros ne se cantonnent plus qu’à défendre. Les Koke et Arda Turan donnent le tournis à la défense catalane, le chaos est dans l’air.

Mais à croire qu’un champion ne meurt jamais. Blessés dans leur orgueil, et accessoirement à 12 longueurs du Real, les ouailles du Pep font parler leur caractère (13 trophées sur 16 en deux ans, ça laisse des traces). Sur un coup franc excentré, alors que Courtois place son mur, la « petite puce » la joue filou et envoie un missile dans les cages du Belge (82’) pour son 27ème but de la saison. Malin, diront les uns, pervers pour d’autres, quoi qu’il en soit le Barça reprend l’avantage. L’Atletico a beau pousser en fin de rencontre, Victor Valdes se mue en sauveur. Et le Barça repousse un peu plus l’échéance du changement de couronne. Côté matelassier, les 54 000 supporters se la jouent finalement grande classe et offrent une standing-ovation à leur équipe. Clap de fin, la fête était belle.


Par Robin Delorme, à Vicente Calderon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



mardi 19 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Hier à 14:15 Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 44
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi
Hier à 10:41 Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 Hier à 09:41 La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain mardi 19 juin Tex est en Russie pour la Coupe du monde ! (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 28: L'Angleterre encore à la peine, la diète de Fekir et des « blagues » japonaises