En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 3e journée
  3. // Ce qu'il faut retenir

Le Barça n'attend pas

En inscrivant un doublé, Cristiano Ronaldo a enfin lancé sa saison et celle du Real Madrid. Pour le reste, Messi n’a pas été décisif, Valence n’a pas été ridicule et les trois européens ont bouclé une belle semaine.

Cristiano Ronaldo a tout fait ce week-end. Un doublé (du gauche tant qu’à faire) pour débrider la machine madrilène, pas de célébration de ses buts, un coup sur le genou, une sortie peu après l’heure de jeu et une déclaration fracassante aussitôt le match terminé. « Je suis triste pour une raison professionnelle, le club sait pourquoi, je ne peux pas en dire plus. » Badaboum. Décidément, ce début de saison n’est pas des plus tranquilles au sein de la Maison Blanche. Sur le terrain, par contre, ça va mieux, malgré le mécontentement de Mourinho, qui attend plus d’ « ambition » et d’ « intensité » de la part de ses joueurs. Peut-être, mais force est de constater que le Real Madrid a maitrisé son sujet pour sa première victoire en championnat, face à Grenade (68% de possession, 8 tirs cadrés à 0). Avec comme principale source de satisfaction les bons débuts de Modric, titularisé en soutien de Benzema. L’attaquant français, lui, n’a toujours pas ouvert son compteur. Présent dans l’animation offensive, précis techniquement, il lui manque ce but-déclic pour lancer définitivement sa saison. Bon, il en a quand même offert un, à Higuain qui plus est, le troisième en trois matchs pour l’Argentin, tous dans les 5 mètres 50.

Barça moyen, mais Barça efficace

En hommage à la tristesse de son éternel rival, Messi lui a accordé 90 minutes de silence (un seul tir cadré, 13 ballons perdus). Après quatre buts en deux matchs, le numéro 10 du Barça n’a pas régalé le Camp Nou comme il a pourtant l’habitude de le faire lors du choc de cette 3ème journée, face à Valence. L’Argentin a souvent mal dosé ses passes, s’est rarement mis en position favorable, s’est empêtré dans la défense et chose rare, il n’a pas été décisif, aussi parce que Fabregas a gâché son seul caviar de la rencontre. Cela n’a pas empêché le FC Barcelone de prendre les trois points, Adriano se rattrapant de sa demi-heure complètement ratée contre le Real en envoyant une superbe frappe enveloppée dans la lucarne de Diego Alves. Et du droit, s’il vous plait. Les Catalans ne jouent pas très bien (par manque de rythme, selon Vilanova), mais ils prennent les points et sont désormais seuls leaders de la Liga.

Valence traverse l’orage

Avec deux petits points, le FC Valence est lui 17ème du championnat. Et pourtant, son début de saison est en partie réussi. Pourquoi réussi ? Parce qu’après trois journées, la bande à Pellegrino s’est déjà rendue au Bernabeu et au Camp Nou, et qu’elle n’y a pas été ridicule. Dominé mais solide, Valence a tenu tête aux deux cadors du championnat. Hier soir, même le brave Cissokho (qui suppléait Mathieu) a contenu la fougue d’un Pedro redevenu presque indiscutable dans le onze catalan. Très peu à l’aise avec le ballon, Soldado et les siens ont répondu par une énorme densité physique, étouffant les créateurs barcelonais. Derrière, la charnière Rami-Victor Ruiz a remporté presque tous ses duels (3 fautes commises, 4 ballons perdus et 13 récupérés à eux deux), l’Espagnol passant même à quelques centimètres de l’égalisation en toute fin de match. Place désormais à la Ligue des champions et à des adversaires moins coriaces en Liga. En attendant les retours de blessure de Banega et Sergio Canales, deux potentiels titulaires.


Les européens sur leur nuage

Ils étaient trois, Bilbao, Levante et Malaga, à en terminer avec les tours préliminaires de C1 et de C3 en milieu de semaine. Tous se sont qualifiés pour les phases de poules, et tous ont gagné ce week-end sur les pelouses espagnoles. Preuve que jouer l’Europe n’est pas forcément un handicap, malgré les effectifs limités des trois clubs concernés. On s’attendait à un Levante fatigué après ses premières joutes européennes, il n’en a rien été. Bousculés en première période par un bon Espanyol Barcelone, les Granotes ont renversé la situation en deuxième mi-temps, allant même chercher la victoire dans les arrêts de jeu, à 10 contre 11. Chapeau. Idem pour Malaga, enfin renforcé avec les arrivées de Saviola (qui a joué une mi-temps) et de Santa Cruz, vainqueur au physique à Saragosse après avoir décroché la première qualification pour la C1 de son histoire à Athènes. Bilbao, enfin, toujours sans Llorente (blessé cette fois-ci), est allé chercher ses trois premiers points dans les vingt dernières minutes de son match face à Valladolid, trois jours après son déplacement en Finlande.


Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 15:30 OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! 1 il y a 2 heures Les retrouvailles entre Patrice Évra et les fans de Liverpool 11
il y a 5 heures Le but le plus absurde de l'année en deuxième division allemande 16 il y a 6 heures Les lumières s'éteignent en Argentine 10
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:19 Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24
À lire ensuite
Cette fois, c'est parti