Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 47 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 11e journée
  3. // Barcelone/Villarreal (3-0)

Le Barça malaxe Villarreal

Les Blaugrana ont attendu le second acte pour écraser le sous-marin jaune (3-0).

Modififié

FC Barcelone 3-0 Villarreal CF

Buts : Neymar (60', 85') et Luis Suárez (70') pour le Barça.

Longtemps problématique, l'absence de Lionel Messi pousse le Barça à se réinventer. Une mutation sans dénigrer la nature blaugrana qui passe, inévitablement, par les pieds de Neymar et le cerveau de Sergio Busquets, véritables ciments du jeu du Mes que depuis le 26 septembre dernier. Contre Villarreal, cette connexion débloque, une nouvelle fois, les débats en faveur des hommes de Luis Enrique. Suite à un premier acte disputé et équilibré, la sentinelle barcelonaise invente une passe laser qui, en plus d'éliminer la moitié des Amarillos, tombe dans les pieds du Brésilien.



Auteur de sa dixième banderille en Liga, puis de sa onzième sur un coup du sombrero, Neymar offre par là même un succès vital au Barça. Désormais aux commandes, en attendant le résultat des Merengues en terre andalouse, les Catalans peuvent se tourner vers le Clásico avec le sentiment du devoir accompli. Car plus que les deux pions du binôme sud-américain, ce Barça retrouve une réelle solidité défensive. Pour sûr, il enchaîne quatre rencontres sans encaisser le moindre but pour la première fois de l'exercice. Une nouvelle clean-sheet qui raconte les progrès de ces Blaugrana, en difficulté face à ce même Villarreal en février dernier.

Une succulente bataille pour la terre du milieu


Le Camp Nou s'en souvient encore. En l'espace de dix jours, le Submarino Amarillo se la joue insubmersible et pousse le Barça dans ses derniers retranchements. De ces deux épisodes, les Blaugrana s'en sortent par deux succès, presque homériques, qui les lancent plein fer en direction du triplé. Messi, dynamiteur des derniers affrontements, sur le flan, Villarreal retrouve l'antre des Culés sans le moindre complexe. Et presse haut, très haut. Ce positionnement étouffe un co-leader de Liga qui peine à relancer de son camp. Pour preuve, Claudio Bravo, sous pression dans sa surface, fait parler sa vista pour se sortir de la nasse des hommes de Marcelino.

Idem, la plus franche opportunité locale découle d'un contre express : suite à un corner, Jérémy Mathieu se lance dans un sprint tout terrain qu'il conclut par une lourde frappe aisément repoussée par Areola. Une occasion qui reste orpheline tant le combat du milieu de terrain aimante les débats. D'abord prenante et virile, cette bataille pour le contrôle du cuir en devient rugueuse et électrique. Tant mieux, puisque la qualité technique ne fait pas défaut et permet à Samu Castillejo, après un une-deux dans la surface, de mettre à l'épreuve le portier local. Rideau.

Busquets déroule, Neymar régale


Symbole de la frustration blaugrana, le second acte reprend par un florilège de biscottes. Suite aux premiers avertissements de Mathieu et d'Iniesta - la fin du monde est proche, Andrés a été averti pour protestation -, Luis Suárez et Neymar reçoivent dans la même minute leurs cartons. Un coup de chaud qui s'applique également aux pieds du Brésilien qui, d'un succulent extérieur, trouve au second poteau Dani Alves. Alphonse Areola veille au grain, et ce, jusqu'à l'heure de jeu lorsque Busquets trouve, d'une passe entre les lignes, l'omnipotent Auriverde. La sentinelle barcelonaise, justement, éclabousse le Camp Nou de sa vista et de sa classe. Aussi bien dans les petits espaces que lors d'ouvertures millimétrées, il se rend maître du milieu de terrain. Et souffle quand Jaume Costa fauche Munir en pleine surface. Grand seigneur, Neymar permet au Pistolero d'y aller de son but, son premier penalty sous la liquette azulgrana. Avec le break en poche, le leader barcelonais se contente de gérer. Une gestion qui se déroule sans encombre sous les chants du Camp Nou à la gloire de Lionel Messi. L'Argentin qui, depuis les tribunes, ne peut que se reconnaître dans le doublé de Neymar : servi par Suárez, il élimine d'un coup du sombrero son vis-à-vis avant de fusiller Areola. Du grand art pour un grand Barça.



Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 8 heures Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 10 il y a 8 heures Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 21

Le Kiosque SO PRESS