1. //
  2. //
  3. // Real Madrid – FC Barcelone (0-4)

Le Barça humilie le Real à Bernabéu

L’antre madridista n’est pas près d’oublier : corrigé, humilié ou encore dépassé par le FC Barcelone, le Real Madrid encaisse un revers qui fera date (0-4). Côté blaugrana, ce succès, marqué par la classe d’Iniesta, permet d’envisager la suite de la saison avec des ambitions de triplé.

Modififié
10k 105

Real Madrid 0-4 FC Barcelone

Buts : Suárez (11e et 74e), Neymar (39e), Iniesta (53e) pour le Barça

Le contraste est saisissant. Un peu plus d’un an après avoir débuté sous la liquette blaugrana, Luis Suárez retrouve le Santiago Bernabéu avec des crocs aiguisés et des jambes de feu. Un changement qui se fait sentir dès le onzième tour de cadran lorsque, décalée plein axe par Sergi Roberto, la pointe uruguayenne fait trembler les filets d’un extérieur tout en puissance. Cette ouverture porte le sceau du Pistolero, auteur de son dixième pion de l’exercice en Liga, puis de son onzième, mais aussi du tiki-taka catalan, car elle intervient après pas moins d’une trentaine de passes. Surtout, elle permet aux Blaugrana de matérialiser leur franche domination des débats. Des débats qui se concluent sur un score sans appel de 0-4 et qui appellent une lourde remise en question du Real Madrid. Désormais distancés de six longueurs par des Catalans en gestion, les Merengues s’apprêtent à vivre des lendemains difficiles. Rafa Benítez, tancé par une grande partie de la presse, Florentino Pérez, dont la démission a squatté tous les chants du Bernabéu, et Gareth Bale, inutile autant qu’invisible, cristallisent les critiques de la nébuleuse madridista. Du côté de Luis Enrique, les voyant sont au vert fluo, en atteste la forme resplendissante d’Iniesta.

Iniesta, plus puissant qu’une moto


L’agitation autour du Santiago Bernabéu ne se limite pas aux milliers d’agents de sécurité et de policiers entourant l’enceinte merengue. Même si l’émotion rejaillit sur chaque faciès lorsque la minute de silence plonge l’ancien Chamartin dans un silence accompagné de la Marseillaise au piano, l’attente autour de ce Clásico retrouve ses droits sitôt le coup d’envoi. Quatorze secondes suffisent ainsi à Sergio Ramos, toujours en délicatesse avec son épaule et son jeu, pour se prendre le bec avec son cauchemar de l’après-midi, aka Luis Suárez. Suit alors une longue période de possession barcelonaise, fructueuse grâce à l’inévitable uruguayen.

Le Bernabéu, tout heureux de retrouver une équipe résolument offensive, se noie à l’unisson de ses poulains. Déboussolés par l’absence de la sentinelle Casemiro, les Merengues délaissent des espaces béants entre leurs centraux et leurs milieux. Une aubaine pour les manieurs catalans emmenés par un Iniesta de gala. Maître du tempo, le capitaine azulgrana, que les Clásico rendent « comme une moto  » , enchaîne transversales millimétrées, petits ponts destructeurs et talonnades humiliantes. Ce, jusqu’à un service exquis pour Neymar dans l’espace, ponctué par un but du break des plus légitimes tant les opportunités barcelonaises sont légion.

Quolibets merengues et ovation d’Andrés


Mouchoirs blancs en main et «  Florentino démission » aux lèvres, les aficionados madridista raccompagnent leur onze par des sifflets nourris. Leur retour sur le pré se fait lui dans une indifférence glaciale, en témoignent les deux tentatives de Marcelo et James à peine saluées par quelques applaudissements. Car l’antre blanche ne le sait que trop bien, la différence de niveau, abyssale, appelle de nouveaux pions blaugrana. Une hypothèse qui se transforme en certitude quand Neymar, digne héritier de Ronaldinho, rend la pareille à Iniesta d’un décalage en talonnade. La frappe du capitaine, limpide et en pleine lucarne, rend au tableau d’affichage des airs de correction méritée.

L'entrée, avant l’heure de jeu, de Messi après plus de deux mois sans compétition fait ainsi parcourir un frisson dans toute l’échine du Bernabéu. Une peur qui, après une parade miracle de Bravo sur Ronaldo, prend la forme d’un quatrième pion humiliant, tant par la solitude du Pistolero que par la passe décisive de Jordi Alba, positionné en numéro neuf. Dans l’attente du coup de sifflet final, le Santiago Bernabéu, au bord de la dépression, offre une ovation classieuse à Don Andrés, puis à Isco, exclu. Florentino Pérez, lui, en subit les foudres.

Par Robin Delorme, au Santiago Bernabéu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Iniesta, quand on est un Boss, on reste un Boss.
Bonsoir,

LUIS SUAREZ !!!!!!!!!!!

Au revoir
Suarez quel bonheur de le voir épanoui au Barça, il fait partie des grands, très grands...
Iniesta et Busquets ont fait de Modric, Kroos, et James leurs choses.
Le Barça a fait du Real sa chose. Jouissif.

Munir qui enlève la balle de la manita à Piqué, putain lynchez le. Au moins il aurait pu la mettre.
Sans un Munir au pied carré l'addition aurait pu être encore plus salé.Malgré le score faut pas oublier la grosse performance de Claudio Bravo
Tu sors la Manita à cause de Munir pis tu replies les 4 doigts des bords et tu leur mets bien dans le Fion...

Un grand merki à la BBC et leur inénarrable entraîneur!

Un grand un grand bravo à Bravo, Iniesta, Rakitic, Neymar y Suarez!

Messi ne rechute pas fait une paire de belles ouvertures et c'est pas plus que je n'en demandais
Quelle prestation ...

Neymar et Suarez ont souillé le Real tout le match. Danilo pas au niveau pour ce genre de matches, Ramos comme d'hab mauvais dans les gros matches. Comme les commentateurs anglais disaient sur le crochet de Suarez si y'avait pas eu 0-3 il prenait un deuxième jaune + pénalty. Le tout ajouté à son jaune habituel et son superbe placement sur le deuxième but.

Mention à Bravo pour son match de porc et à Benitez pour son superbe coaching : remplacer Marcelo par Carvajal et laisser Danilo sur le terrain c'était très bien vu pour nous permettre d'accroître le score.

Sinon je ne veux plus jamais revoir Munir avec le maillot de la A. Son niveau technique est affligeant et ce merdeux vole le but de la manita à Piqué à la fin.
Priapiss Ciselé Niveau : District
Benitez est au football ce que Skrillex est à l'opéra ...
Putain si Piqué avait mis le but de la Manita y aurait eu 85 000 personnes qu'auraient fermé leur gueule !

Putain, on va tous légitimement se branler sur Iniesta, mais ce que fait Roberto en ce début de saison c'est carrément abusé. L'an passé personne ne le voulait, il était le joueur servant a compléter l'effectif, mais là il est un candidat crédible à la titularisation quasi systématique tant que Rakitic retrouvera son niveau (ou en attendant Turan).

VISCA EL BARCA !!!
Donnie_Brasco Niveau : CFA2
Quand ca veut pas, ca rentre pas. Des occasions a n'en plus finir.
Felicitations aux cules.
The Lunatic is on the grass Niveau : CFA
Ramos et Marcelo, respectivement meilleur défenseur central et meilleur latéral gauche au monde, ils se prennent dans leur carrière:
2-6,0-5,0-4 en jouant au Real contre le Barça, 1-5 en sélection pour l'un, 1-7 pour l'autre.
C'est dékà arrivé à Maldini, Baresi, Barzagli, Chiellini...etc?
A noter l'excellent match de Bravo. Incroyable ce soir, il préserve le clean sheet et tue le suspense.
Quel pied!!!!

Ya plus de mots pour Iniesta...
Halalalal Madrid ... équipe de guignol que j'ai bon de les voir se planter comme ça une équipe qui n'a plus gagné grand chose ces dernieres années et vient la ramener tout le temps et alors peut on encore parler du 5ieme meilleur joueur du monde aka cricri ??? il etait ou ? et gueule de singe ? il etait ou ???

0-4 boumm et pas de - cette fois ci pour cacher mon commentaire putain quelle soirée de dingue !!!!!

https://instagram.com/p/-J1bVYBpY9/


Bisous
Suarez qui choisit le moyen le plus dur pour marquer, Neymar qui signe sa deuxième place au ballon d'or, Iniesta en Big Boss ( metal gear )..

Le comble pour Madrid aura été que l'entrée de Messi à affaibli le Barça pendant un petit temps, et cette dernière demi heure jouée en marchant.

Plaisir Boordel. ( votre censure ne m'arrêtera pas. )
En tout cas, si Ter Stegen sort pas de grosses presta sur les derniers match de poules de LDC, y'a de bonne chance qu'il cire le banc à partir des 8èmes
Milan_forza18 Niveau : CFA
Varane définitivement mega surcoter ce type est un imposteur au pays du real!
C'est bon? sans vouloir sa demission immediate (jurisprudence Istanbul de merde) on peut le dire now que Benitez n'a pas le niveau pour le Real sans etre traité de raciste anti-gros? C'etait deja limite contre le psg, on a sorti (moi le premier) le "pragmastisme" et le "realisme" d'un grand club mais LA!
Okay grand Neymar (ton pote qui s'est fait peter la cheville parce qu'il aime dribbler tout le monde), Suarez est un monstre, depuis quand Bravo est aussi fort? contre un tres petit Real. Mais sortir James le seul qui creait du danger, Danilo préféré a Carjaval et c'était peut etre LE match où il fallait mettre Casemiro (mais bon on le lui a tellement reproché qu'il l'a sorti du 11 pour LE match, bien la preuve qu'il n'a pas de couilles), c'est d'une logique qui me depasse...et en plus il est gros!
7 points de retard, la saison est encore longue mais en Liga ca fait beaucoup!

P.s: Avec l'exil de Pirlo et l'intermittence de Pastore, Iniesta est sans doute le plus beau joueur en activité!
Et s'il vous plait arrangez ce bug pour les accents c'est chiant de dechiffrer
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
10k 105