1. //
  2. // 16e journée
  3. // FC Barcelone/Atlético Madrid (4-1)

Vainqueur 4 à 1 de son dauphin, le Barça continue son parcours de santé en Liga. Messi a encore inscrit un doublé et a éclipsé Falcao, beaucoup trop seul face à la puissance collective des Catalans.

Modififié
0 38
FC Barcelone - Atlético Madrid : 4-1
Buts : Adriano (36e), Busquets (45e) et Messi (57e, 87e) pour le Barça ; Falcao (31e) pour l’Atlético

Quatre ans, que le Barça et le Real règnent sur la Liga. De quoi franchement se lasser. Alors ce soir, petite révolution, l’Espagne changeait de Clásico. Barcelone contre Madrid, le 1er contre le 2e, mais la capitale dans la peau d’un autre représentant. L’Atlético Madrid. Auteurs d’un excellent début de saison, mais frustrés par leur contre-performance dans le derby madrilène, les Colchoneros voulaient marquer un gros coup au Camp Nou. Ils y ont cru l’espace d’une demi-heure. Le temps dont a bénéficié Falcao pour s’amuser avec la défense barcelonaise. Le temps dont a eu besoin la machine catalane pour se mettre en route. Adriano, excellent, a sonné la révolte, et Messi a plié les débats en seconde période. Mais en Catalogne, l’Argentin n’est pas le seul à battre des records. En étant aligné pour la 387e fois avec le maillot du Barça, Xavi a dépassé Migueli et est devenu le joueur du FC Barcelone ayant le plus de titularisations à son actif. Et il vient de prolonger jusqu’à 2016. Décidément, tout va bien pour ce Barça.

Messi-indépendance

Ni Vilanova ni Simeone ne révolutionnent leur onze type au coup d’envoi. 4-3-3 côté catalan, avec Adriano plutôt que Dani Alves au poste d’arrière droit, et Alexis plutôt que Villa (remplaçant pour la 4e fois d’affilée en championnat) devant. 4-4-2 pour les visiteurs, avec la paire Falcao-Diego Costa aux avant-postes. Particulièrement mordants, les Colchoneros n’ont besoin que de 5 minutes et d’une tête sur le poteau de Falcao pour faire passer leur message. Ils sont venus pour gagner. Le Barça, lui, tente de mettre en place sa tactique du boa. Tourner inlassablement autour de sa proie, l’endormir, l’épuiser. Oui, sauf que jusqu’à nouvel ordre, le roi de la jungle, ce n’est pas le serpent, mais le tigre. Et l’Atlético en compte un beau dans ses rangs. D’une grosse accélération, Falcao jette un premier froid dans la charnière catalane, mais le Colombien échoue face à Valdés. La deuxième est la bonne. Sur une perte de balle de Messi, l’ancien de Porto met dix mètres à Busquets et compagnie et, d’une délicieuse balle piquée du gauche, éteint le Camp Nou (31e). Falcao fait peur, et Messi n’y est pas. Mais la force de ce Barça, c’est de ne pas être Messi-dépendant. Alors Adriano refait le coup de la frappe lucarne opposée (comme contre Valence), du gauche cette fois-ci (36e), et Busquets feinte, puis fusille Courtois et envoie les siens se reposer avec l’avantage (45e).

Messi quand même

Bien en place, plus dangereux, mais menés au score, les Madrilènes ont pris un coup sur la tête. La paire Iniesta-Alexis, impressionnante dans les petits espaces, fait sérieusement pencher le jeu catalan à gauche. L’Atlético ne touche plus la balle. Falcao est isolé, sans munition. Pour y remédier, Simeone change de dispositif. Adrian et Tiago font leur entrée et les Rouge et Blanc passent en 4-5-1. Mais le Barça a pris le dessus et récite trop facilement son football. Messi touche son premier ballon exploitable, et le met au fond (57e). Son 19e but face aux Colchoneros, sa cible favorite. Le coup de massue. L’Atlético est asphyxié, sans idée, sans solution. Et sans le ballon. Falcao en aperçoit un, mais Adriano, dans tous les bons coups, le lui enlève du bout du pied. Le match s’est éteint. Il n’y a plus de duel, plus de suspense. Alors Messi en profite pour chiffrer, tant qu’à faire. L’Argentin récupère la balle après une talonnade foireuse de Godín et s’offre son 90e but de l’année. Avant de recevoir le bref câlin d’un supporter. Neuf points d’avance sur son adversaire du soir, 13 sur le Real Madrid. Plus encore que sous Pep, le Barça marche sur cette Liga.

Par Léo Ruiz
Modifié

 //  Tifoso de l'Italie
Note : 4
C'est trop facile, ils sont monstrueux...
Note : -1
C'était pas un match exceptionnel mais c'est surtout l'Atletico qui montre ses faiblesses. Falcao, okay. Grande classe sur son but, toujours très dangereux sinon mais autour de lui, ça reste moyen-bon.

Surtout, quoiqu'il se passe au début (et le Barça était bougé, comme souvent dans les gros matchs), vient toujours un moment où ils calment le jeu et contrôlent totalement le rythme, souvent vers la 20-30e minute, notamment grâce à Xavi. Et la suite, ben... C'est la même chose depuis 4 ans. J'dis ça parce que c'était vraiment flagrant ce soir.
Note : 6
Mais comment on peut dire que c'était pas un match exceptionnel... Ptain, y'avait des gestes techniques de partout, du rythme, pas de fautes, Messi qui touche deux ballons qui les mets au fond, un Iniesta au toucher magique , un Busi gigantesque ( et le but de Falcao bordel quel classe et le but d'Adriano BORDEL!. Si t'as pas aimé ce match, t'aimes pas le foot. Ptêtre va au Parc voir le Psg faire des passes à Ibra, c'est ptêtre ça qu'il te faut
Note : 4
Injouable le Barça ce soir. Un Busquets de gala, le mec te fait une petite feinte de frappe alors que c'est Bagdad autour de lui, puis il conclue sous la barre, tranquillement.
Messi il a rien branlé pendant 90 minutes, il termine avec un doublé sur le deuxième de Liga. Combien de temps ça va durer ?

Merci Falcao pour le suspense quand même, mais quand la machine est lancée, même les plus grands ne peuvent rien, la bise aux Portugais du Réal.
Note : -4
On est pas monstrueux... on est Catalans (avec un soupcon de sud américains ouais)
Note : 1
J'ai beaucoup ri pour 2 chose :
- la paire de C*** qu'a Busquets pour prendre le temps de controler, faire le petit crochet et la mettre sous la barre, là, au milieu du rectangle adverse entouré de je sais pas combien de joueur
- et puis surtout pour la talonnade de Godin. Quel assist pour Messi. La classe.
 //  Chelsea
Plus ça va et plus je me pose des questions sur le génie de Pep. Non parce que soit il a tout appris à Tito avant de partir et donc c'est un véritable entraineur de génie, soit c'est bel et bien l'effectif de ce Barça qui est capable de survoler une liga incapable de présenter une résistance digne de ce nom. Reste la possibilité que Vilanova est lui aussi très talentueux. Je veux dire là on peut, sans trop prendre de risque, dire que le championnat est plié alors qu'on n'en est même pas à la moitié...
misteryoung3 Niveau : CFA2
Note : 3
@chitalu
toi moin vieux tu as un sacré problème d'objectivité...
ton com pue la rage.
déjà, trouve moi un gardien qui arrete le but d'adriano. et tu m'appelle hein!
en ce qui concerne le tir d'adriano "chatteux", je te conseille d'aller voir le goal qu'il a marqué contre valence il y a qques semaines
 //  Amoureux du FC Barcelone
Note : 1
Beaucoup de rancoeur chez toi chitalu... C'est dommage que tu ne saches apprécier du beau football, m'enfin... Ca gâche pas le plaisir des autres.
Note : 1
chitalu107, nouveau aka qui pue la médiocrité et la haine. MAIS ON S'EN FOUT DE TA VIE. Et messi encore plus.
Au fait : ta gueule !
Partenaires
Le kit du supporter Vietnam Label Trash Talk basket
0 38