1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 12e journée

Le Barça fait la teuf, Jémez au cœur tendre

253. Ce nombre ornait tous les quotidiens sportifs d'Espagne du dimanche. Oui, Lionel Messi est évidemment le centre de toutes les attentions de cette nouvelle journée de Liga. Enfin, presque toutes. Sergio Ramos, Paco Jémez ou encore David Moyes avaient eux aussi leur mot à dire.

4 6
  • L'équipe du week-end

    Elle est là, l'équipe sensation du moment. Et heureusement, serait-on tenté de dire. Qualifié pour la Ligue des champions en début de saison en sortant Naples au tour préliminaire, Bilbao n'a ensuite plus rien montré. Ou plutôt si : des erreurs monumentales et très coûteuses, comme cette défaite 1-0 à domicile contre Grenade suite à une bévue d'Iturraspe, caractéristique des lacunes basques. Dès lors, sa probante victoire contre l'Espanyol Barcelone ce vendredi (3-1) est un événement. Cela fait maintenant quatre journées que la troupe d'Ernesto Valverde n'a plus connu la défaite en Liga (trois victoires et un nul). Désormais onzièmes, les Leones pointent à six points des places européennes. Le secret de la réussite est-il dans la pelote d'avant-match ?

  • Le Don Quichotte du week-end

    À force de claquer but sur but depuis ses 17 piges pour le même club, Lionel Messi allait bien finir par devenir meilleur buteur de l'histoire de la Liga. Bah voilà, c'est fait depuis le carton du Barça infligé à Séville (5-1) et son triplé magnifique. Au cœur de rumeurs l'envoyant en Angleterre cette semaine, le quadruple Ballon d'or a donné sa réponse au Nou Camp contre un adversaire potentiellement dangereux. Porté en triomphe en pleine rencontre, La Pulga a ensuite publié un mot plein de tendresse sur Facebook, accompagné d'une vidéo : « Quand j'ai marqué ce but, mon premier en Liga, je n'imaginais pas pouvoir battre le record et encore moins celui du grand Telmo Zarra. Aujourd'hui, j'y suis parvenu grâce au soutien de très nombreuses personnes qui m'ont aidé pendant toutes ces années. Le record est pour eux tous, merci d'avoir toujours été avec moi. Il est aussi pour tous ceux qui m'ont soutenu et qui ne sont plus avec nous aujourd'hui. Je continue à penser beaucoup à eux. Merci à tous ! » Impossible is nothing, hein Leo ?


  • La hype

    Antoine Griezmann est-il définitivement adopté par l'Atlético Madrid ? Il semblerait bien que oui. Sorti sous les acclamations du Vicente-Calderón lors de la victoire des Matelassiers contre Málaga samedi (3-1), le plus moustachu des Bleus a bien œuvré pour sa nouvelle écurie. Même si As n'hésite pas à parler de lui comme d'un « copain maladroit » pour tuer le suspense, le Français a inscrit son troisième but en Liga et s'installe progressivement en tant que titulaire du onze de Diego Simeone. « On avait compris qu'en plaçant Griezmann et Arda sur les côtés, nous allions les contre-attaquer efficacement. » Bis repetita contre l'Olympiakos ?

  • Le geste « olé »

    Dans le stade d'Ipurua, le Real Madrid n'a pas franchement fait dans le détail contre Eibar (4-0). D'ailleurs, Sergio Ramos était parfaitement dans son match, prêt à ne laisser aucun espace lors des phases offensives adverses. Et ça, les téléspectateurs s'en sont bien rendu compte. En voyant le cuir percuter de plein fouet la caméra, le rendu télévisuel est digne d'une présentation Médiavision avec des lunettes 3D. Comme si on y était.


  • Le coup de cœur

    C'est une bien triste affaire que celle dévoilée par la presse espagnole ce samedi : Carmen Martínez Ayuso, une vieille dame de 85 ans, subissait la saisie de sa maison située à Vallecas, quartier modeste de Madrid. La raison ? Une somme de 70 000 euros liée à une hypothèque réalisée par son fils sur son domicile restait toujours impayée. Se retrouvant à la rue, les pleurs de l'octogénaire ont choqué une bonne partie de la toile. Au courant de l'information, le Rayo Vallecano a décidé dans la foulée d'agir pour cette vieille dame, par la voix de Paco Jémez : « Nous ne resterons pas là les bras croisés. Nous, le Rayo Vallecano, aiderons cette femme à trouver une maison dans laquelle elle pourra vivre avec dignité et ne jamais se sentir seule. » Les Rayistas prendront en charge le loyer de la dame, et lui verseront une partie des recettes de la billetterie du match contre Séville, le 7 décembre prochain. Le mot de la fin viendra des tribunes du Rayo, où les supporters exhibaient une bâche sobre et efficace ce week-end contre le Celta Vigo : « Les condamnations d'un État malade, la solidarité d'un quartier ouvrier. #CarmenReste » . Un peu d'amour dans ce monde de brutes.


  • Vous avez raté Levante-Valence et vous n'auriez pas dû…

    Oui, dans la région de Valence, la rivalité historique est plus prononcée entre le FC Valence et Villarreal. Mais cela n'empêche pas le Levante UD de faire valoir sa hargne et son envie de chahuter son grand frère, bien plus lourd financièrement. Et ce dimanche, ce désir combiné à une certaine suffisance des Murciélagos (qui avaient laissé Dani Parejo sur le banc en prévision de la rencontre face au Barça) a eu raison du troisième de Liga (2-1). Certes, le spectacle n'était pas tout le temps au rendez-vous, mais dans un championnat souvent raillé pour son manque de suspense, les Granotes ont joué un bien mauvais tour aux copains de Sofiane Feghouli. Un couac en bonne et due forme.

  • Le chiffre inutile

    0. Comme le nombre de victoires de Cordoue cette saison. Pourtant, la triste série aurait pu être stoppée ce dimanche, puisque les coéquipiers de Nabil Ghilas menaient 2-0 sur le terrain d'Elche. Mais quand on est dans le mal, on doute beaucoup trop. 2-2 au final, et un septième match nul en douze rencontres. Cordoue reste le seul club d'un grand championnat européen à ne pas avoir encore gagné cette saison. Forcément, on appelle ça une lanterne rouge.

  • Et sinon, qué pasa?

    - La première titularisation d'Álvaro Negredo avec Valence. Un cadeau empoisonné : une petite passe décisive et puis s'en va.
    - La première de David Moyes sur le banc de la Real Sociedad. L'Écossais s'acclimate comme il peut aux discussions chaudes dans la langue de Cervantès.



    - Le premier but de la tête de Levante en Liga par Víctor Casadesús. Comme quoi, le nom d'un club ne sert pas à améliorer un domaine de jeu.
    - Le deuxième but de Levante qui fait très mal au FC Valence. C'est signé Morales.



    - La 451e indisponibilité de Thomas Vermaelen, de nouveau blessé pour la rencontre du Barça contre l'APOEL Nicosie. Comment dit-on « emploi fictif » en espagnol ?
    - Le Real a marqué 46 fois en 12 matchs. Là aussi, c'est un record absolu en Liga. Petite forme pour eux.

    ⇒ Résultats et classement de Liga

    Par Antoine Donnarieix
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Dans cet article

    DocteurHappy Niveau : CFA
    Chapeau au Rayo Vallecano , cette équipe a un charisme monstre .
    Merci à Zubizarreta, à qui les médecins avaient dit cet été qu'il fallait que Vermaelen soit opéré. Résultat: quasiment une demie-saison de perdue, et il sera finalement opéré... Heureusement que Messi est là, et qu'on a retrouvé un semblant de jeu parce qu'un tel niveau d'incompétence ça commence à être pénible.
    Heureuse Espagne qui compte encore des quartiers ouvriers pour pallier la trahison de l'état!
    CharlesEchalotte Niveau : CFA
    encore une balle de ramos qui aurait pu finir dans l'espace
    Messi, quel tronche de beauf tout de même...
    pauloradiobemba Niveau : CFA
    Le Rayo, en plus de présenter un jeu très agréable, est vraiment une équipe sympathique.

    Sinon la Sociedad, ça fais chier de les voir en chier autant. Espérons que Moyes arrive à en faire quelque chose.
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    4 6