En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Indépendance de la Catalogne

« Le Barça est une des institutions à la tête du catalanismo »

À la suite des événements liés au souhait d’indépendance de la Catalogne, Ángel Iturriaga, historien du FC Barcelone installé à Valence et auteur de nombreux livres autour de l’histoire du football espagnol, explique les enjeux actuels qui entourent le devenir de la région. Entre mythes et réalité.

Modififié
Bonjour Angél. Quelles sont les dernières nouvelles que vous pouvez donner sur la situation de la Catalogne ?
Elles sont plutôt surprenantes... Il semblait que le président Puigdemont allait organiser des élections présidentielles en relation avec le gouvernement espagnol, mais tout s’est mis à changer d’un coup. À travers des discussions musclées qu’il y a pu avoir avec des députés républicains et ceux de la CUP (Candidature d’Unité Populaire, parti pro-indépendantiste, ndlr), un changement d’idée s’est créé. Les garanties du gouvernement espagnol n’étaient pas toutes réunies, mais Puigdemont s’est mis en tête de proclamer une motion d’indépendance qui fait qu’aujourd’hui, la Catalogne est un territoire en plein conflit entre deux entités, la catalane et l’espagnole. Nous allons voir dans les prochaines semaines comment cela évolue. Mariano Rajoy a très vite réagi à l’action de Puigdemont en destituant le gouvernement catalan et en organisant dans la foulée des élections régionales pour le 21 décembre prochain.

Vous êtes historien du FC Barcelone, vous connaissez donc toutes les étapes du club, de sa conception par Gamper à aujourd’hui. Le club a-t-il connu une tension aussi forte au cours de son histoire dans l’opposition ?
S’il faut parler de la Catalogne dans son ensemble, peut-être que non. Mais si l’on doit traiter du club uniquement, alors je dis oui. Le Barça a été lié au mouvement du catalanismo quasiment depuis ses origines. En 1908, Gamper dirige le club et se retrouve appuyé par un parti appelé Lliga Regionalista, un parti ouvertement pro-catalan qui aidait Gamper dans ses œuvres afin que le club ne puisse pas disparaître. Dès lors, le club est toujours intimement lié aux fêtes régionales comme le jour national de la Catalogne, par exemple. Le Barça est une des institutions à la tête du catalanismo. C’est la règle, mais elle a été transgressée notamment lors de la Guerre civile, à partir des années 1920 avec Miguel Primo De Rivera et ensuite avec le général Franco. En pleine dictature, le club n’était pas ouvertement catalanista car il n’y avait aucune possibilité de l’être ! Pourtant, dans la dernière étape du franquisme, un peu plus ouverte qu’au départ, le club a récupéré des éléments pro-catalans : la langue catalane était à nouveau parlée en ville, le drapeau catalan pouvait être exhibé... Le Barça est un club où la politique a toujours été présente avec une place importante laissée à la démocratie, excepté durant les époques de Josep Lluís Núñez et Joan Gaspart, entre 1978 et 2003. Ces présidents se sont détachés de la ligne catalanista habituelle et se rapprochaient plus des partis espagnols.



La saison de Liga va-t-elle se terminer avant l’heure ?
Si la situation se stabilise à ce niveau de tension et ne s’aggrave pas au fur et à mesure des mois, je crois que la Liga, une entreprise privée qui agit indépendamment de la situation politique nationale, devrait parvenir à boucler l’exercice 2017-2018. Peut-être que les équipes catalanes vont recevoir des accueils peu chaleureux lorsqu'elles devront se déplacer en Espagne, mais au-delà de ça, je pense que la saison actuelle devrait trouver un épilogue normal, que ce soit en Liga ou en coupe d’Espagne.

Ce qui pourrait changer, c’est la saison suivante...
Clairement. En fait, tout va dépendre de la reconnaissance officielle de la République de Catalogne par un pays au poids économique et politique lourd sur l’échiquier mondial. C’est une chose qui peut arriver sur le moyen ou long terme, mais pas à court terme. De mon point de vue, je crois que le plus probable reste de voir qu’aucune grosse nation ne reconnaisse la Catalogne comme un État à part entière. Tout cela me paraît assez complexe. Ce qu’il peut se produire en revanche, c’est un compromis international, car ce problème va se poursuivre. Mais s’agissant de l’officialisation d’indépendance, je la vois toujours très compliquée à réaliser.

Le Barça peut-il mourir ?
Cela me paraît exagéré si l’on se réfère à l’histoire du club. En 1925, le club avait été clôturé pendant une période de six mois.
« Le Barça est l’une des institutions les plus vieilles de la Catalogne, et je crois que ce club, même s’il porte attention à ce qu’il se passe autour de lui, est au-dessus de ces problèmes. »
Les bâtiments étaient fermés, personne ne travaillait. À cette époque, le club n’avait pas la dimension qu’il possède aujourd’hui. Par la suite, le club s’est à nouveau ouvert, puis il est devenu champion de Catalogne et d’Espagne, avant de devenir champion d’Europe. Le Barça est l’une des institutions les plus vieilles de la Catalogne, et je crois que ce club, même s’il porte attention à ce qu’il se passe autour de lui, est au-dessus de ces problèmes. Le Barça est un club connu à travers tout le globe, c’est une marque. En Écosse, il y a le Celtic. En France, il y a le Paris Saint-Germain. La vie sportive du Barça ne peut pas s’arrêter.

Les avis divergent sur le Barça. Certains pensent que la phrase prononcée par Narcís de Carreras, le slogan « Més que un club » , serait bafouée... Quel est votre avis là-dessus ?
La phrase en elle-même laisse place à plusieurs points de vue possibles. En ce qui me concerne, je crois que le Barça est vraiment plus qu’un club. C’est une conception qui va bien plus loin que le simple sport : beaucoup de ses présidents ont été ou sont impliqués en politique. Dans les années 1930, le club avait même un président qui était député de la Gauche républicaine de Catalogne à Madrid, et qui s’est fait assassiner au début de la guerre civile (Josep Suñol i Garriga, fusillé par les militaires franquistes le 6 août 1936, ndlr). De ce point de vue-là, je pense qu’on peut dire que le Barça est plus qu’un club. En revanche, cette phrase peut aussi recevoir des critiques quand on se penche sur le comportement apolitique de certains dirigeants qui n’ont pas vraiment fait honneur à ce statut. Mais en règle générale, le Barça est plus qu’un club.

Quelles seront les alternatives pour les clubs de Catalogne pour être compétitifs ?

Le scénario le plus probable, c’est que rien ne change sur la forme.
« Que ce soit le Barça, l’Espanyol ou Gérone, ces clubs devraient rester en Liga, car il s’agit là d’une entreprise privée qui souhaite conserver tous ces éléments. Une autre hypothèse est de voir les clubs catalans rejoindre le championnat de France. J’ai vu des commentaires sur le sujet, et c’est vrai que Monaco possède par exemple un passe-droit pour évoluer en Ligue 1. Pourquoi pas... »
Que ce soit le Barça, l’Espanyol ou Gérone, ces clubs devraient rester en Liga, car il s’agit là d’une entreprise privée qui souhaite conserver tous ces éléments. Une autre hypothèse est de voir les clubs catalans rejoindre le championnat de France. J’ai vu des commentaires sur le sujet, et c’est vrai que Monaco possède par exemple un passe-droit pour évoluer en Ligue 1. Pourquoi pas... Cela reste en tout cas plus probable que d’intégrer le championnat russe, où le Barça a reçu une invitation pour participer au prochain championnat si l’indépendance venait à être officialisée. Pour des raisons géographiques et géopolitiques, je vois très mal le Barça aller jouer en Russie. Enfin, la dernière hypothèse reste celle de la ligue catalane (déjà utilisée entre 1904 et 1940, ndlr). Mais le gros désavantage, ce serait la baisse conséquente de niveau des adversaires pour le Barça. Je sais aussi que les gros clubs européens souhaitent former une ligue européenne en s’inspirant du système de la NBA aux États-Unis, mais cela reste encore trop opaque.

L’avenir de Messi à Barcelone peut-il changer avec les évènements actuels ?
Messi est lié au club et à la ville de Barcelone, même s’il ne s’est jamais prononcé sur le plan politique de manière publique. Quand il était enfant, le club a aidé sa famille à s’installer à Barcelone, à payer le loyer de l’appartement, à payer les frais médicaux pour soigner les problèmes de croissance dont il était victime... Messi s’est toujours montré très reconnaissant envers le club pour tout ce qu’il lui a apporté. Même s’il est parfois en froid avec la direction à cause de ses prétentions salariales, il va terminer sa carrière en Europe au sein du FC Barcelone.

Quand on parle d’amour du maillot et de la cause catalane, on est obligé de penser à Gerard Piqué...
Il faut savoir une chose importante : Piqué s’est toujours montré ouvertement pro-catalan, mais jamais anti-espagnol ni indépendantiste.
« Piqué s’est toujours montré ouvertement pro-catalan, mais jamais anti-espagnol ni indépendantiste. »
Quand il joue pour l’Espagne, il défend toujours les couleurs de la Selección. La seule chose qu’il défend publiquement, que ce soit face caméra ou sur les réseaux sociaux, c’est le droit de décider pour le peuple catalan. Guardiola est, par exemple, beaucoup plus indépendantiste dans son discours. Piqué souhaite que le peuple catalan puisse voter dans un référendum légal pour connaître son désir d’indépendance ou d’union nationale. C’est ce que les gens ont du mal à comprendre, car ils cataloguent tout de suite Piqué comme indépendantiste voire anti-espagnol, alors que Piqué est simplement une personne qui souhaite la liberté d’action.

La situation peut-elle dégénérer à Gérone, qui reçoit le Real Madrid ce dimanche (coup d'envoi à 16h15) ?
Je parlais justement tout à l'heure à des personnes basées à Gérone. Elles me disaient qu’elles ressentaient une ambiance très festive à l’idée de recevoir le Real Madrid. Il ne faut pas oublier que c’est la toute première saison de Gérone en Liga, et de ce fait, chaque match est une fête. Bien entendu, la réception du Real Madrid sera spéciale, mais comme à chaque fois que le club vient jouer contre le Barça ou d’autres clubs avec lesquels il y a une grosse rivalité. Je ne crois pas que les revendications indépendantistes aillent au-delà des tribunes. Il y aura peut-être des drapeaux catalans ou des banderoles significatives, mais cela ne devrait pas aller plus loin. La sécurité sera renforcée et garantie pour la rencontre. Ce n’est pas un public à la mentalité guerrière, donc je ne pense pas qu’il se passe quelque chose de grave.

Propos recueillis par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 19:11 Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner Hier à 12:38 Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis !
Hier à 12:17 Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15 Hier à 10:05 Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mercredi 21 février Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 90 mercredi 21 février Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 20
À lire ensuite
Higuaín incendie San Siro