1. //
  2. //
  3. // Barcelone-Celtic (7-0)

Le Barça en passe sept au Celtic !

Dans une rencontre dominée de bout en bout par l’équipe de Luis Enrique, le suspense n’a jamais existé. Le Barça peut remercier son trio offensif. Pour changer.

Modififié
1k 55

FC Barcelone 7-0 Celtic FC

Buts : Messi (5e, 27e, 60e), Neymar (50e), Iniesta (59e), Suárez (75e, 88e)

Parmi les affiches que l’on retrouve régulièrement en Ligue des champions ces dernières saisons, ce Barça - Celtic est devenu un classique. Une confrontation dont l’issue est connue de tous avant le coup d’envoi (sept victoires sur les huit derniers rendez-vous), mais une confrontation où l’on prend toujours du plaisir derrière son écran. Pour l’opposition de style surtout, entre le calme espagnol et la hargne écossaise. Pourtant, ce soir, il n’y a pas eu d’opposition. Seulement une démonstration.

On n’attend pas Patrick ?


Trois minutes suffisent pour voir les premières gouttes de sueur couler sur le visage déjà scintillant de Brendan Rodgers. Dans sa zone technique, l’entraîneur nord-irlandais gigote, prend des notes, transpire. Son équipe prend déjà l’eau. Neymar trouve Messi, lequel ajuste le portier du Celtic. Trop rapide, trop fort pour une équipe de Scottish Premiership. Il faut dire qu’avec une telle entente entre le Brésilien et l’Argentin, le Barça est difficilement prenable. Et lorsqu’il l’est, Ter Stegen trouve le moyen de tirer lui aussi la couette de son côté, en sauvant un penalty tiré par Moussa Dembélé. Dans la foulée, au terme d’une séquence collective de haute volée, Neymar et Messi enchaînent un une-deux-trois-quatre jusqu’aux six mètres, à l'issue duquel la Pulga n’a plus qu’à pousser le cuir au fond. Délibérément horizontal mais vertical aux moments cruciaux, le jeu catalan pousse le Celtic à se retrancher dans ses vingt-cinq derniers mètres. Une physionomie de match obligeant les Bhoys à défendre en bloc, en couvrant le moindre espace. C’est donc avec la langue tirée et le souffle court qu’ils regagnent le vestiaire pour quinze minutes de pause. Ouf.

Sept à la maison


Le Barça attaque sa seconde mi-temps plus en douceur. Il faut ainsi attendre cinq minutes avant d’assister au but de Neymar, d’un magnifique coup franc, sur une faute grappillée par Messi. L’équipe écossaise semble perdue, incapable de comprendre ce qui est en train de lui rouler dessus. Une machine qu’il est presque impossible de faire dérailler. Encore moins lorsqu’elle retrouve son technicien favori, Iniesta. Fraîchement entré en jeu, Don Andrès apporte également sa pierre à l’édifice. Son parpaing, plutôt, qui laisse De Vries pantois. Les Bhoys n’y sont plus du tout. Messi en profite pour mettre son troisième pion de la rencontre. Dans le flou total, la défense apathique des visiteurs fait peine à voir. 5-0, la manita. Le ballon circule désormais de gauche à droite, puis de droite à gauche, sans jamais quitter la chaleur de l’intérieur des pieds catalans. Ah, Neymar trouve Suárez aux six mètres. Contrôle du poitrail, coup de fusil. Nadal - Murray : 6-0. Le Barça offre du spectacle à qui veut bien ouvrir les yeux. C’est cruel pour les hommes de Rodgers, qui n’ont simplement pas eu d’autre choix que celui de subir la tempête. Suárez conclura la partie en claquant son doublé. En 90 minutes, Barcelone a déjà assuré son goal average. Sur ces bases-là, il sortira des poules avec 36 pions. Rien que ça.

  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Eddy Serres
  • Modifié

    Dans cet article

    Neymar c'est très très fort
    Note : 1
    le Celtic en mode savonnette merci pour le spectacle
    Je_Vous_Aime Niveau : Loisir
    La perfection dans l'exécution du but du Suarez... Tu remplaces Cavani par l'Uruguayen ça fait 4-0 pour Paris.
    Earvin Johnson Niveau : DHR
    Note : 1
    Message posté par Muforever
    Neymar c'est très très fort


    C'est Bestclic qui va être content.
    Le Celtic c'est digne du Dinamo Zagreb. Jusqu'où le football écossais va-t-il sombrer ?
    Note : 2
    Message posté par Je_Vous_Aime
    La perfection dans l'exécution du but du Suarez... Tu remplaces Cavani par l'Uruguayen ça fait 4-0 pour Paris.


    Pourtant le pauvre Cavani est uruguayen lui aussi
    pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
    Message posté par Pig Benis
    Le Celtic c'est digne du Dinamo Zagreb. Jusqu'où le football écossais va-t-il sombrer ?


    Le Celtic, c'est en dessous du Dinamo
    Earvin Johnson Niveau : DHR
    Note : 1
    Message posté par ofwgkta
    Et la defense du Celtic c'est très très nul!


    Horrible, elle avait beau être regroupé les joueurs étaient apathiques et laissaient des espaces de fous dans les intervalles, l'exemple parfait c'est le but Messi-Neymar, y a 6 joueurs sur eux et ils sont même pas foutus de les arrêter.

    https://www.youtube.com/watch?v=11E76MNRWH0

    La manière qu'ont les défenseurs à ne se focaliser que sur le joueur qui a la balle est assez comique tout de même, Léo est tellement seul aux 6 mètres bordel qu'il se paie même le luxe de faire un contrôle pourri avant de la foutre au fond. Et je ne vais même pas parler des deux champions qui se retrouvent à faire je ne sais quoi à l'intérieur des cages.

    En comparaison voici comment se débrouille une équipe du bas de tableau en Liga face au même cas de figure.

    https://www.youtube.com/watch?v=xslnQ2QlTnA

    Encore une combinaison Neymar-Messi. Quand je compare avec celle qu'ils viennent de réaliser j'ai l'impression de voir une action en accéléré.
    Et même si la défense des beticos avait mieux à faire, force est de constater qu'ils ont étés pris au dépourvue par 2 gestes techniques de grandes classes (la passe de Messi, le contrôle de Neymar), de plus Léo est obligé de s'arracher pour marquer en conséquence de la bonne défense (relativement à celle du Celtic hein) des Sevillans.

    Enfin bref, tant qu'on y est, on pourrais se demander si la récente réforme de la LDC (vivement critiqué) ne va pas tout de même hausser son niveau globale en remplaçant les équipes venant des championnats mineures par les cadors des grands championnats.
    ZizouGabor Niveau : CFA
    Note : 1
    Message posté par helvétie
    Le Dieu football est protestant, il a moyennant apprécié le résultat de ce week end.


    Le Dieu football est catholique aussi, il a moyennant apprécié le résultat de ce week end au camp nou. Mais il doit pas être calviniste vu les décisions bizarres du PSV-Atletico de ce soir ...
    Bonobossis Niveau : DHR
    Message posté par gonzolo
    C'est les Rangers les protestants. Celtics = cathos.


    Hummm...

    Réfléchi y encore un peu, comme au sujet de ton premier message d'ailleurs.
    Bonobossis Niveau : DHR
    Note : 1


    Oh et puis merde...
    Note : 1
    Heu, s'il a une religion, le dieu du foot est forcément catholique : l'Amérique du Sud, l'Espagne, l'Italie...
    Message posté par Bonobossis
    Hummm...

    Réfléchi y encore un peu, comme au sujet de ton premier message d'ailleurs.


    Le Celtic a été fondé par des catholiques irlandais ayant émigré en Ecosse. Traditionnellement, il est vu comme le club catho face aux Rangers qui est le club protestant. Tu veux un lien ou quelque chose pour te remettre de ton erreur?
    Le raté du siècle Niveau : DHR
    Note : 2
    C'est pas compliqué le football : tu prends les 3 meilleurs joueurs du monde tu les aligne en attaque et tu regardes.
    Neymar Jr s'est fait bashé pour son hygiène de vie et sa soi-disant baisse de niveau à la fin de la saison dernière, mais force est de constater qu'il est au top comme en témoigne sa médaille d'or au JO et cette rentrée en C1. L'entente avec Messi c'est au delà de tout les films de boules qu'il m'ait été donné de visionner.
    Et Suarez c'est le mec le plus animal du football. Au delà de son goût pour la viande, son instinct est juste surdéveloppé. Ca m'étonnerait pas si on m'apprenait qu'il a en fait été élevé par une meute de coyotes après que ses parents l'aient abandonné dans la Pampa, par une nuit froide et sans lune......La madre aurait demandé à son mari de se débarrasser du "monstre" après qu'il lui eut bouffé les mamelles. Le père indigne ne supportant plus la vue des loches mutilées de sa bien-aimée se serait alors exécuté. Cette nuit là, dans le calme glacial de la steppe, on pouvait entendre les pleurs stridents et ininterrompus de l'enfant déchu. Ses cris retentissaient comme une alarme et cela ne présageait rien de bon pour Temerosa, en pleine partie de chasse. La femelle coyote s'était rapproché du buisson d'où l'enfant s'époumonait, et comptais bien faire taire le trublion qui avait réveillé toutes les proies. Mais en apercevant la source de la sirène infernale, qu'elle ne fut pas sa surprise en constatant que le nouveau-né qui se trouvait sous son museau était en train d'étriper un serpent corail, certainement l'animal le plus dangereux en ces terres hostiles. Et il ne pleurait pas, il exultait de rage. Partagé entre admiration, crainte et instinct maternel, Temerosa qui avait jusqu'alors mené une vie des plus banales (pour un coyote) saisit le nourrisson par la lange qui lui nouait la taille et l'emmena auprès de ses louveteaux. Plus hargneux, malin et violent que ses frères, le petit Luis présentait toutes les caractéristiques du mâle alpha et devint naturellement chef de meute. Ce n'est que quelques années plus tard qu'une expédition scientifique - dont le but était de trouver la cause de la disparition de certaines espèce endémiques à l'Est de Salto - découvrit l'enfant sauvage ayant perdu toute trace d'humanité. Un des membres de l'expédition, amateur de football, décida d'adopter la Bête pour en faire des expériences. Après plusieurs années d'un travail acharné, réalisé conjointement avec les meilleurs spécialistes du pays, le professeur Suarez, père adoptif de Luis, aurait réussi à canaliser la rage animale de son protégé dans son sport favori, le football, le transformant en tueur des surfaces. En le remettant au Nacional pour le début de sa carrière profesionnelle, Pr Suarez assura aux dirigeant du club qu'il venait de recruter le futur meilleur n°9 de tous les temps. En revanche, il ne dit à personne le parcours unique et atypique que Luis avait suivi et ne mis personne en garde contre les risques de rechute...

    On connait la suite.
    Note : 1
    @Gonzolo

    Ou bien reformer le système actuel et limiter les ambitions financières des clubs, ce qui permettrait un recentrage sur le sport.
    Mais l'avenir ressemble a une NBA du foot.
    D'ici quelques années les joueurs de cette NBA seront soumis a des tests esthétiques, de chorégraphie et d'acting.
    Le Fc L'Oreal de Madrid et le Ferrari de Turin sont déjà dans les cartons de cette prochaine super ligue. Avec 11 Beckham-like sur le terrain.
    "Pour faire comme le super bowl", les matchs de la super ligue européenne seront entrecoupés de 18 séquences de "partnership corporate sponsors" audiovisuelles. Du foot au milieu de la pub, en langage simple.

    Je crois que cette connerie va achever le game, au sens propre.
    Bonobossis Niveau : DHR
    Note : 1
    Je me suis fais récemment reprendre sur mon utilisation du terme "libéral" à propos de la réforme de la LDC sans que mon pénible interlocuteur ne semble entrevoir que la compétition ne se résume plus qu'à un produit manufacturé par le sous-traitant UEFA pour les télés et les partenaires ...

    "reformer le système actuel et limiter les ambitions financières des clubs"?

    Ça ne va pas dans le sens de l'histoire.

    Rejoins le groupe des vaincus par la société du spectacle (tiens au passage, un des essais les plus pertinents et des plus chiant à lire que j'ai pu tenir entre les mains.) et regarde le monde devenir doucement un grand tout de rien avec sérénité.

    (Le Celtic, premier club britannique à remporter la coupe des clubs champions)

    Salut Bonobossis, je pense surtout que lorsque le foot ne sera plus une danseuse-blanchisseuse la spirale inflationniste cessera.
    Dommage, je voyais déjà des histoires comme un pays vendant des joueurs pour rembourser la construction d'un aéroport.
    Ou Hollande incluant pogba dans la vente du château de Versailles aux chinois.
    Ce qui fait frémir car les clubs chinois appartiennent tous a des labos qui sont soupçonnés de disséquer certains joueurs afin de le copier. Mais comme tous les contrats sont en chinois, beaucoup de joueurs signent dans l'inconnu.
    Mais rien a dire sur leur équipe nationales, des mecs pensés au travers du philosophe Wii Lee Sans Hol, des mecs "avec le cerveau de pirlo(disparu en 2018 a Pékin) et les jambes de pistorius(disparues en 2004, réapparues fin 2016 a Shangai".
    Note : 1
    Message posté par Earvin Johnson
    Horrible, elle avait beau être regroupé les joueurs étaient apathiques et laissaient des espaces de fous dans les intervalles, l'exemple parfait c'est le but Messi-Neymar, y a 6 joueurs sur eux et ils sont même pas foutus de les arrêter.

    https://www.youtube.com/watch?v=11E76MNRWH0

    La manière qu'ont les défenseurs à ne se focaliser que sur le joueur qui a la balle est assez comique tout de même, Léo est tellement seul aux 6 mètres bordel qu'il se paie même le luxe de faire un contrôle pourri avant de la foutre au fond. Et je ne vais même pas parler des deux champions qui se retrouvent à faire je ne sais quoi à l'intérieur des cages.

    En comparaison voici comment se débrouille une équipe du bas de tableau en Liga face au même cas de figure.

    https://www.youtube.com/watch?v=xslnQ2QlTnA

    Encore une combinaison Neymar-Messi. Quand je compare avec celle qu'ils viennent de réaliser j'ai l'impression de voir une action en accéléré.
    Et même si la défense des beticos avait mieux à faire, force est de constater qu'ils ont étés pris au dépourvue par 2 gestes techniques de grandes classes (la passe de Messi, le contrôle de Neymar), de plus Léo est obligé de s'arracher pour marquer en conséquence de la bonne défense (relativement à celle du Celtic hein) des Sevillans.

    Enfin bref, tant qu'on y est, on pourrais se demander si la récente réforme de la LDC (vivement critiqué) ne va pas tout de même hausser son niveau globale en remplaçant les équipes venant des championnats mineures par les cadors des grands championnats.


    Vous comprendrez jamais que si les équipes des championnats mineures sont faibles, c'est DEJA parce qu'elles ont peu accès à la C1 par rapport aux 2-3-4eme des gros championnats?

    La réforme Johansson a créé ces conditions. Si tu fais une C1 avec 8 équipes de chacun des 4 meilleurs championnats, tu verras que les portugais, français, russes - raisonnablement compétitifs jusqu'ici - chuteraient aussi.
    Super-Pippo Niveau : CFA2
    Message posté par Youli
    Heu, s'il a une religion, le dieu du foot est forcément catholique : l'Amérique du Sud, l'Espagne, l'Italie...


    Exactement, ce sont les peuples catholiques qui ont le plus marqué le foot, je pense. D'ailleurs, ce sont des peuples latins (europe du sud, amérique du sud)

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    Article suivant
    Les notes d’Arsenal
    1k 55