Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barcelone-Celtic (7-0)

Le Barça en passe sept au Celtic !

Dans une rencontre dominée de bout en bout par l’équipe de Luis Enrique, le suspense n’a jamais existé. Le Barça peut remercier son trio offensif. Pour changer.

Modififié

FC Barcelone 7-0 Celtic FC

Buts : Messi (5e, 27e, 60e), Neymar (50e), Iniesta (59e), Suárez (75e, 88e)

Parmi les affiches que l’on retrouve régulièrement en Ligue des champions ces dernières saisons, ce Barça - Celtic est devenu un classique. Une confrontation dont l’issue est connue de tous avant le coup d’envoi (sept victoires sur les huit derniers rendez-vous), mais une confrontation où l’on prend toujours du plaisir derrière son écran. Pour l’opposition de style surtout, entre le calme espagnol et la hargne écossaise. Pourtant, ce soir, il n’y a pas eu d’opposition. Seulement une démonstration.

On n’attend pas Patrick ?


Trois minutes suffisent pour voir les premières gouttes de sueur couler sur le visage déjà scintillant de Brendan Rodgers. Dans sa zone technique, l’entraîneur nord-irlandais gigote, prend des notes, transpire. Son équipe prend déjà l’eau. Neymar trouve Messi, lequel ajuste le portier du Celtic. Trop rapide, trop fort pour une équipe de Scottish Premiership. Il faut dire qu’avec une telle entente entre le Brésilien et l’Argentin, le Barça est difficilement prenable. Et lorsqu’il l’est, Ter Stegen trouve le moyen de tirer lui aussi la couette de son côté, en sauvant un penalty tiré par Moussa Dembélé. Dans la foulée, au terme d’une séquence collective de haute volée, Neymar et Messi enchaînent un une-deux-trois-quatre jusqu’aux six mètres, à l'issue duquel la Pulga n’a plus qu’à pousser le cuir au fond. Délibérément horizontal mais vertical aux moments cruciaux, le jeu catalan pousse le Celtic à se retrancher dans ses vingt-cinq derniers mètres. Une physionomie de match obligeant les Bhoys à défendre en bloc, en couvrant le moindre espace. C’est donc avec la langue tirée et le souffle court qu’ils regagnent le vestiaire pour quinze minutes de pause. Ouf.

Sept à la maison


Le Barça attaque sa seconde mi-temps plus en douceur. Il faut ainsi attendre cinq minutes avant d’assister au but de Neymar, d’un magnifique coup franc, sur une faute grappillée par Messi. L’équipe écossaise semble perdue, incapable de comprendre ce qui est en train de lui rouler dessus. Une machine qu’il est presque impossible de faire dérailler. Encore moins lorsqu’elle retrouve son technicien favori, Iniesta. Fraîchement entré en jeu, Don Andrès apporte également sa pierre à l’édifice. Son parpaing, plutôt, qui laisse De Vries pantois. Les Bhoys n’y sont plus du tout. Messi en profite pour mettre son troisième pion de la rencontre. Dans le flou total, la défense apathique des visiteurs fait peine à voir. 5-0, la manita. Le ballon circule désormais de gauche à droite, puis de droite à gauche, sans jamais quitter la chaleur de l’intérieur des pieds catalans. Ah, Neymar trouve Suárez aux six mètres. Contrôle du poitrail, coup de fusil. Nadal - Murray : 6-0. Le Barça offre du spectacle à qui veut bien ouvrir les yeux. C’est cruel pour les hommes de Rodgers, qui n’ont simplement pas eu d’autre choix que celui de subir la tempête. Suárez conclura la partie en claquant son doublé. En 90 minutes, Barcelone a déjà assuré son goal average. Sur ces bases-là, il sortira des poules avec 36 pions. Rien que ça.


  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Eddy Serres
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
    Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 73 Hier à 14:14 La statue de Falcao 30 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
    Partenaires
    Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
    Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5
    À lire ensuite
    Les notes d’Arsenal