1. // Coupes d'Europe
  2. //
  3. // 1/4 de finale
  4. // PSG/Barça (1-3)

Le Barça douche le PSG

Dans un match que le Barça a rapidement mené, le PSG n'est pas arrivé à refaire son retard malgré les quelques situations offertes à Edinson Cavani. Et puisque Paris s'est fait prier, le Barça a acceléré et sans doute mis fin au parcours européen du club de la capitale.

Modififié
6k 219

PSG - Barça
(1-3)

Van der Wiel (80') pour PSG , Neymar (18'), L. Suárez (67'), L. Suárez (78') pour FC Barcelone.


Au milieu du terrain, Thiago Silva grimace. La moue, soit-elle assez naturelle sur les lèvres botoxées du Brésilien, est plus prononcée qu'à l'habitude. Le roc le sait : il ne pourra pas continuer la partie. Intervenue au bout d'une vingtaine de minutes, la blessure du maître de la défense parisienne vient en point d'orgue de ce quart de finale qui débute mal pour le PSG. Car le Barça, sans s'inquiéter des absents côté français, vient de planter sa première banderille grâce à son attaque titulaire. 0-1, le Parc s'éteint, puis tremble face à l'horizon d'une soirée cauchemardesque, marquée par le show des stars blaugrana et la poisse. Il a raison. Car malgré une révolte intermittente, le PSG ne peut que compter les pots cassés suite à ce rendez-vous manqué. D'autant que rattraper ces erreurs lors d'un second date apparaît désormais impossible.

Entame fatale


Pourtant, l'entame de match laisse entrevoir un Paris conquérant malgré les absents. Sans Verratti et Thiago Motta, mais avec Rabiot et Cabaye, le club de la capitale impose pendant dix minutes un rythme soutenu au milieu de terrain. Mieux, la jeune touffe écarte les inquiétudes concernant sa tendresse supposée. Mais Paris ramollit rapidement. Repoussé dans son camp, le PSG assiste sans broncher à la préparation des attaques barcelonaises. Le Barça made in Barça reprend alors ses droits. Passes courtes, enchaînements aux abords de la surface, accélérations… La défense s'en sort, mais la sérénité ne transpire pas des crampons de l'arrière-garde parisienne. D'ailleurs, son plus solide allié s'avère être le poteau, dont Sirigu reçoit l'aide sur le premier tir de Messi. Un avertissement avant la sanction. Rabiot perd le ballon, Messi accélère et décale Neymar qui profite du mauvais alignement de Maxwell pour placer dans le petit filet droit. La démonstration dure vingt minutes. Vingt minutes durant lesquelles Paris ne bouge plus, comme transi par ce choc trop violent et ses ambitions si vite envolées sur l'autel du talent espagnol. Mais s'il est une chose que Paris a appris de ses précédentes désillusions, c'est bien à rebondir. Alors, le PSG se rebiffe, reprend les armes et tente de trancher en contre-attaque à mesure que l'entrejeu se fait moins jaune. Mais il manque ce soir un petit supplément au PSG. Ou plus simplement, un peu d'adresse à Edinson Cavani.

Cavani non


Car autour de la mi-temps, Paris se fait dangereux. Avec, à chaque fois, la même rengaine. Cavani rate son contrôle, Cavani rate la passe qui pourrait faire mal, Cavani se croit hors-jeu, Cavani fait le mauvais choix… S'il est souvent mal vu de stigmatiser un joueur du collectif, force est de constater qu'en l'absence du Zlat', Cavani ne tient pas son rôle de doublure. Dommage, tant Matuidi, Pastore et même Lavezzi s'évertuent à lui offrir des opportunités de prouver sa valeur. Alors, à force de frustration, Paris va céder. Enfoncé dans la surface, Suárez rappelle l'écart de classe en dribblant Marquinhos, en résistant au retour de Maxwell, avant de frapper sur la main molle de Sirigu. Plié en deux, le PSG craque même définitivement lorsque l'homme aux crocs d'acier enroule froidement en lucarne pour crucifier une troisième fois le portier de vert vêtu. Y a-t-il une solution pour battre ce Barça ? Peut-être, mais le PSG ne l'a pas trouvée, entre imprécisions d'attaque et relâchement défensif. Des erreurs fatales, qui trouveront à peine le réconfort dans la réduction du score de Van der Wiel, bien aidé par Mathieu, à dix minutes du terme. Les plus romantiques y verront un motif d'espoir. Les plus lucides, un symbole de ce PSG qui aura eu besoin d'un léger coup de pouce pour forcer les filets quand le Barça a témoigné d'une facilité déconcertante pour le faire. Chacun choisira, mais les faits sont là : Paris a ce soir mis un bon pied hors de la Coupe d'Europe.

À lire : les notes du match

⇒ Résultats et classement de la Ligue des champions

Par Raphael Gaftarik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Heathcliffhanger Niveau : Loisir
Suarez aurait pu sortir son chibre et bifler David Luiz ça aurait été moins humiliant que ces petits ponts...
Si seulement David Luiz avait ses cheveux entre ses chevilles...
Anfield_Road Niveau : Ligue 1
Luis tu me fais kiffer, revient stp on est désespéré.
Vendez Zlatan et donnez l'axe à Cavani qu'ils nous disent, il le mérite qu'ils nous disent...
Suarez vs Cavani , merci aurevoir et a mardi.
PhoenixLite le 14/04 à 18:09 Note : 10 /
Bon, donc on est reparti sur 24h des mêmes prévisions made in madame Irma que face au Barça y a 2 ans, Chelsea l'an passé, le Barça en début d'année et Chelsea cette année...
J'attends toujours la gifle qu'on nous promet depuis tout ce temps.



HAHAHAHAHAHAHAHAHAHA. C'est bon, tu l'as reçu, alors, content?


Une leçon de football ! Quel régal ! Sans forcer, le Barca a fait danser la samba à ce petit club européen.


vinnyroma le 15/04 à 09:45 Note : 6 /
tiens Sofoot recycle ces articles sur Sirigu comme à chaque match de champions league.

Mais bon on parle de Courtois Buffon Neuer et what else ? c'est qui les autres gardiens qui feraient mieux que Sirigu ?


Hihihihi


Enorme performance ce soir encore du grand gardien, successeur de Buffon, Sirigu ! Le mec arrive à se déboiter l'épaule en faisant un plongeon sur une passe de Suarez et se manger un but sur une nouvelle passe de ce même Suarez ! J'ai cru revoir Coupet se blessant tout seul en tentant de sauver une sortie de but con ! Merci Sirigu de faire taire tes détracteurs match après match. " Sirigu ne peut rien faire " c'est ce qu'on dira, comme d'habitude.



Une pensée pour le pauvre O Travlo qui s'écroule encore sous la pression d'un match important. Pas grave, il eteindra le terrible Neal Maupay au prochain match et tout le monde s'extasiera devant cette grande performance du premier meilleur défenseur de l'histoire à n'avoir jamais joué une demie de Champions League.



Paris n'ira donc toujours pas plus loin que les 1/4 de finale. Aucune amélioration dans cette équipe. Ce match a juste montré que la philosophie de jeu du psg tient à un seul homme : verratti.
Attention à la roustasse au match retour.


Et maintenant, il va falloir que Paris se remette vite dans le championnat au risque de tout perdre et de voir cette saison en un echec retentissant. Le peuple français sera à fond derrière le centre de formation lyonnais pour creer un exploit dont on parlera encore dans 100 ans !
David, Serres moi ces jambes
Si seulement Blanc pouvait comprendre que David Luiz n'est pas défenseur central.
Merci Mathieu, grâce à toi on a quand même 0,0001% de chance de passer
Ripaillons Niveau : DHR
BADMOTHERFUCKER

VAS Y LÂCHE TOI MEC
Note : 10
Je me demande combien de Parisiens vont cracher sur David Luiz après l'avoir sucer y'a moins d'un mois .

Vous comprenez maintenant pourquoi il ne vaut pas 50 Millions ?
DennisRapeAyala Niveau : District
Quel public !!
BadMotherFucker Niveau : Loisir
Car de finale du PSG : Terminus de le Champion's League
El Pibe de Noro Niveau : DHR
Ezequiel, tu peux tromper un arbitre une fois, mais..ah non attendez..
Ezequiel, tu peux tromper milles fois un arbitre, mais tu.. non c'est pas ça..
Enfin bref, Ezequiel, une fois mais pas deux.
GENERAL DE GOAL. Niveau : Ligue 2
0-3.C'etait plus beau.suarez qui rentabilise en un mois les 81 millions(city,real,paris) et si le barca tire porto en demi,ca serait trop.
Pour le plaisir :

Cabaye ou Verratti ? Moi, je préfère Cabaye à Verratti. Verratti est plus talentueux, Cabaye est plus besogneux mais il y a une discipline et une mentalité d'enfer chez Cabaye qui ne lâche rien. Si je vais vers quelqu'un sur qui je peux avoir confiance, je vais vers Cabaye. »


Frank Leboeuf


En tant qu'entraineur et ancien joueur, je préfère un Yohan Cabaye au milieu de terrain qu'un Verratti !, lâche Luis Fernandez.




Casse toi de ce club beaucoup trop petit pour ton immense talent Marco, l'Europe mérite de s'extasier devant toi.
BFM Breaking News : une équipe de 11 petits bonhommes tout de jaune fluo vêtus seraient actuellement en garde à vue suite à une tournante au parc des princes
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
6k 219