Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Supercoupe
  2. // Barcelone/Real (3-2)

Le Barça continue sa moisson

Et Messi a jailli. Le Real pensait bien tenir sa prolongation et signifier au Barça qu'il serait de taille à rivaliser cette saison, mais la Pulga a de nouveau fait pencher la balance côté catalan.

Modififié
Barcelone - Real Madrid : 3-2


Buts : Iniesta et Messi (x2) pour le Barça. C.Ronaldo et Benzema pour le Real


Il y a le Barça, et les autres. Il y a surtout Lionel Messi, et les autres. Comme au match aller, le lutin argentin a porté sur ses épaules des Blaugranas bousculés par l'entrain merengue. La Pulga commence son œuvre au terme d'un premier quart d'heure dominé par les Madrilènes. Contrarié par un Real qui va le presser jusque dans sa surface, un effort qui déstabilise jusque Xavi, coupable d'une perte de balle dans ses 30 mètres dès la première minute, le Barça émerge peu à peu, mais sans se montrer dangereux. Pas du genre attentiste, Messi va alors chercher le ballon là où il se trouve, dans sa moitié de terrain, pivote dans la zone où Maradona avait amorcé son but du siècle, prend de vitesse le milieu merengue, et envoie Iniesta dans la profondeur, qui semble disposer d'une heure devant lui pour ajuster Casillas.

Le Barça est clairement en rodage, mais Messi déjà imparable. Dans les derniers instants du premier acte, il se trouve à nouveau à l'origine d'une action fatale mais aussi à sa conclusion. Suite à un corner, la Pulga récupère le ballon, et amorce un une-deux avec Piqué qui d'une talonnade envoie
le double Ballon d'Or face aux buts de Casillas ; la vitesse de l'Argentin et son sang-froid devant le but feront le reste. Les génies étant humains malgré tout, Messi avait auparavant conclu un calque de son premier éclair d'un service trop long pour Pedro (37e), et manqué un face-à-face avec Casillas, trop pressé par Pepe.

Marcelo accueille Fabregas

Incapable de circonscrire le danger Messi, le Real se montre toutefois plutôt dominateur tout au long de la rencontre. Avec le trident Ronaldo-Ozil-Di Maria, et Benzema en pointe, le Real récupère haut, et oblige le Barça à reculer. Dans les couloirs, Coentrao et Ramos apportent un soutien précieux. Khedira est le premier à faire trembler le Camp Nou, mais ne parvient pas à trouver le trou de souris après avoir effacé Valdès. Dès la 20e minute, les Merengues reviennent au score : à la réception d'un corner, Benzema place un centre-tir, et Ronaldo finit par pousser le ballon au fond des filets. La débauche d'énergie madrilène contraint le Barça à subir, et des frappes à l'entrée de la surface d'Ozil, puis de Ronaldo, manquent de donner l'avantage au Real.

Pour débuter la deuxième période, Mourinho fait sortir Khedira, déjà averti, pour lancer Marcelo. Le Brésilien s'en va prendre le couloir gauche et Coentrao monte au milieu. Côté catalan, il faudra attendre la 82e minute pour voir entrer Cesc Fabregas, pour le plus grand bonheur du Camp Nou. Le second acte n'offre qu'une pale copie du premier. La fatigue de début de saison se fait sentir et les imprécisions techniques se multiplient. Seul quelques échauffourées viennent pimenter la partie, avec Marcelo, en acteur principal. Le Brésilien verra rouge dans les arrêts de jeu, après avoir cisaillé Fabregas. Une expulsion qui en amènera deux autres : dans le chaotique attroupement, les comportements d'Higuain, et Ozil, que l'Argentin avait remplacé à la 79e, suscitent l'intransigeance de l'arbitre.

Lionel Me(r)ssi

A nouveau, le Real terminait son clasico les nerfs à vif. Pourtant, la victoire et le trophée semblaient pencher de leur côté dix minutes auparavant, quand Karim Benzema égalisait à la 82e, sur une frappe en pivot, là encore au terme d'un cafouillage consécutif à un corner. Récompensés de leurs efforts, les Merengues allaient pourtant voir à nouveau jaillir Messi pour poignarder leurs illusions à la 88e minute. Au terme d'un beau travail sur le côté entre les entrants, Adriano et Fabregas, la Pulga se jetait pour fusiller d'une volée à bout portant un Casillas à nouveau furieux après son arrière-garde. Moins rodé que son adversaire, le Barça l'emporte malgré tout. Et peut, une nouvelle fois, remercier Messi.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom
Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25