Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // FC Barcelone-Espanyol (5-0)

Le Barça claque une manita Espanyol

Sûr de sa force en deuxième période, le FC Barcelone s'impose avec la manière pour plumer les Perruches (5-0). Luis Suárez a marqué 37 buts en 37 journées et le titre de champion d'Espagne 2015/2016 se rapproche plus que jamais.

Modififié

FC Barcelone 5-0 Espanyol

Buts : Lionel Messi (8e), Suárez (52e, 62e), Rafinha (71e) et Neymar (82e) pour le Barça.

Entre frères, les Barcelonais possèdent des destins différents. Les uns luttent pour obtenir les clés du paradis, les autres veulent éviter la descente en enfer. Dans cette rencontre aux allures de purgatoire, la bonne parole au sein du Nou Camp intervient à la 52e minute. Dans l’embarras, Pape Diop perd le ballon à 35 mètres de ses buts. Une hérésie face au Barça. Dani Alves récupère le cuir, sert Messi, pour décaler directement Luis Suárez. Deux passes éclair, une finition fatale-foudre, puisque le Pistolero fixe Pau Lopez sans trembler et fait monter ses caramels en Liga à 36. C’est toujours dix de moins que le nombre d’années de Luis Enrique, dont l’anniversaire débouche sur une bonne nouvelle. Mais c’est un beau cadeau, susceptible d’éviter à Lucho de nouveaux cheveux blancs. Fort dans sa tête, le Barça garde son destin entre ses mains, avant de partir à Grenade et, peut-être, dégoupiller de bonheur.


Haute tension


Pour ce 164e derby catalan, le Barça entame la partie avec un avantage psychologique : les treize dernières confrontations n’ont jamais vu les Culés s’incliner face à leur voisin. Malgré cela, les hommes de Luis Enrique sont au courant : un match nul serait, au vu du train d’enfer du Real et de l’Atlético, synonyme de perte de son titre acquis l’an passé. L’envie débordante de Marco Asensio, ou encore le tacle de boucher d’Hernan Pérez sur Javier Mascherano, montrent que l’Espanyol, pas encore assuré d’un maintien mathématique, ne lâche rien contre son rival géographique. Le problème, c’est qu’en face, le Barça active l’option rouleau compresseur d’entrée de jeu. Aux 25 mètres, le coup franc enveloppé de Lionel Messi est touché par le bout des gants de Pau Lopez, mais termine sa course sous la barre (8e). La Pulga pompe le sang ennemi et le déverse dans l’enceinte. Toujours pas rassasié, sa combinaison avec Luis Suárez débouche sur un but d’Ivan Rakitić, annulé pour hors-jeu. Le Barça loupe le break, mais le Barça est bien dans son match.



Acculé dans son camp, l’Espanyol Barcelone se retrouve dans l’obligation de faire des fautes proches de sa surface. Ni la réussite de Messi ni le feeling de Neymar ne trouvent le cadre. Adepte du coup du foulard, Ney garde pour cette fois son sang-froid, malgré l’impact imposé par le rival. Buffle à l’avant du onze de Galca, Felipe Caicedo alerte Marc-André ter Stegen, preuve que le danger peut surgir si le rythme blaugrana s’affaisse. Les duels s’intensifient, les cartons pleuvent, le risque d’expulsion augmente. Surtout pour l’Espanyol, trop dépendant d’obstructions évidentes. Suárez commence à se prendre la tête avec Ruben Duarte, Messi conteste certaines décisions arbitrales et le fait savoir, malgré son carton jaune. Deux coups de sifflet renvoient tout le monde au vestiaire. Voilà le son que l’on attendait, surtout en période tendue.

Suárez, S02E37


Toujours à la merci d’un but assassin, le FC Barcelone prend plus d’aisance après s’être aéré l’esprit. Au contraire, Duarte n’est pas redescendu, et ses passes sont plus fébriles. Diop l’apprend à ses dépens, et Suárez donne une grosse bouffée d’air à son clan. Une sorte de prémices de happy-end dans une saison où le Barça aurait pu tout gagner, mais peut encore tout perdre. Seul maître à bord, le Barça prend ses distances grâce au Pichichi de la Liga, auteur d’une tête sur un corner d’Alves (62e). Voilà, Luisito vient de marquer autant de buts que de journées disputées par l’ogre catalan. La star du match est toute trouvée, même si Pau Lopez souhaite s’exprimer à sa façon. Sa boulette permettra à l'entrant Rafinha de faire filoche (71e). Une façon, tandis que Neymar vient alourdir la marque (82e), de synthétiser la culture de la lose, et celle de la gagne.




  • Résultats et classement de Liga
    Retrouvez toute l'actualité de la Liga

    Par Antoine Donnarieix
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 15:01 Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 10 Hier à 14:41 Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 23

    Le Kiosque SO PRESS