Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Levante-Barcelone (5-4)

Le Barça, champion humain de Liga

Déjà sacré roi d'Espagne il y a plusieurs semaines, Barcelone a finalement perdu son premier match de championnat lors de l'avant-dernière journée à Levante (5-4). Et ne terminera donc pas l'exercice invaincu. Ce qui le rend presque plus beau. Surtout au vu du spectacle proposé durant cette défaite.

Modififié
« Nous aurions pu perdre il y a trois semaines, six mois... Ou même le premier match de la saison. (...) Je suis conscient que dans une saison, les rencontres se déroulent dans un sens ou dans l'autre. Ce soir, le résultat me semble excessif. Mais nous aurions pu perdre à d'autres moments de la saison. Comme à Séville. (...) Il est normal que les choses ne se passent pas comme attendu et que tout puisse sourire à l'adversaire. »


Ernesto Valverde est un homme lucide. À l'heure de juger la première défaite de Barcelone en Liga au terme d'un match fou à Levante (5-4), l'entraîneur parvient à mettre des mots sur sa déception tout en notant quelque chose de fondamental : il est tout à fait normal de perdre au moins une fois lors du marathon que représente le championnat. Même si l'on doit tomber chez un club classé quinzième qui ne fait pas partie du gratin national. Et donc tout à fait anormal de terminer invaincu au bout des 38 journées de la saison.


Au bout de 400 jours sans perdre dans la compétition, soit l'équivalent de 43 matchs consécutifs, les Catalans ont donc craqué lors de l'avant-dernière journée de l'exercice 2017-2018. Envolés, les rêves des – presque – « Invincibles » . Sans Lionel Messi, et avec une défense centrale expérimentale Yerry Mina-Thomas Vermaelen (sorti sur blessure avant même la mi-temps), le Barça a explosé en concédant cinq pions en une petite heure (trois d'Emmanuel Boateng, deux d'Enis Bardhi).


«  Durant l'intégralité de la saison, nous avions réussi à bien contrôler les contre-attaques. Mais pas ce soir : nous avons pris trois buts sur trois contre-attaques parfaites. Ce n'est pas normal d'avoir encaissé cinq buts, parce que cela ne nous était pas arrivé de toute la saison » , a réagi le coach espagnol, observant tout de même Philippe Coutinho réduire le score à 2-0. Un Coutinho qui terminera finalement la soirée avec un triplé en poche.

Tomber, oui, mais en restant debout


Et c'est surtout ça qu'il faut retenir de la saison du – large – champion d'Espagne : qu'importent les circonstances et malgré un jeu considéré comme moins distrayant que par le passé aux yeux de certains, Barcelone n'a jamais abandonné, et a toujours offert des sensations à ses supporters. À Séville par exemple, comme le sous-entendait Valverde et où ses protégés ont refait leur retard de deux unités dans les dernières secondes du temps réglementaire. Chez le voisin de l'Espanyol, aussi, avec une égalisation de Gerard Piqué à la 82e.


Idem sur la pelouse de l'Atlético de Madrid avec Luis Suárez. Sur le terrain de Valence également, avec le sauveur Jordi Alba au même moment. Chez le rival du Real Madrid, quand dix joueurs ont résisté à un double champion d'Europe en titre. Ou ce dimanche soir, pendant lequel les fans blaugrana ont bien cru à l'exploit puisque leur team est revenue de 5-1 à 5-4 et a eu plus de vingt minutes pour aller chercher un résultat nul à la suite du penalty de Suárez inscrit à la 71e.



Le Barça a échoué dans cette mission d'invincibilité que personne n'est encore parvenu à réaliser en Espagne depuis l’après-guerre ? Pas grave. Son titre et son année (marquée aussi par un sacre en Coupe du Roi et une élimination en Ligue des champions contre la Roma, auteur d'une remontada) n'en sont pas moins beaux. C'est même peut-être le contraire. Car en s'inclinant de la sorte, le FCB a affiché son visage humain – celui-là même qui permet souvent d'amplifier un capital sympathie – sans pour autant enlever son maillot de guerrier.


« C'était un match étrange, a encore décrit Valverde, forcément un peu amer au regard du quart d'heure accompli entre la 58e et la 73e minute et sublimé par trois tremblements de filet. Nous avons perdu à la 37e journée, mais cela signifie que nous avons mérité de réussir cette série. Cela nous fait enrager de n'avoir pas concrétisé l'occasion de terminer invaincus.  » Sauf qu'avoir tout fait pour que tout le monde y croit jusqu'à la fin, c'est déjà un énorme exploit. Et au moins, toute la ville pourra se focaliser sur les adieux du légendaire Andrés Iniesta lors de la réception de la Real Sociedad pour l'ultime étape de la saison. Une dernière sans enjeu sportif, mais pas sans émotion.

Vidéo


Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 13 heures Le drôle de penalty pour le Real Madrid en finale de Ligue des champions 1960 82
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom
Hier à 14:31 Joueurs et supporters de l'Atlético demandent à Griezmann de rester 20 Hier à 09:01 Parme est de retour en Serie A ! 48