Le Barça, champion en patron

"Messi que un club". Après une victoire 4-0, dont deux buts de l'Argentin, sur Valladolid, le FC Barcelone remporte de nouveau la Liga. Le Real Madrid n'aura donc pas réussi à rattraper l'armée de Guardiola, et termine sa saison blanche sur un piètre nul à Malaga. Les deux mastodontes espagnols seront accompagnés par le FC Séville et Valence en C1... Majorque, l'Atletico Madrid et Getafe disputeront, eux, la Ligue Europa. Valladolid, Xerez, et Tenerife disent adios à l'élite. Dernier résumé d'une Liga palpitante !

Modififié
0 3
Athletic Bilbao – La Corogne : 2-0


Ce n'était pas un match mais plutôt un enterrement de vie de footballeurs. Après 514 matchs sous le maillot de l'Athletic et une dernière année de contrat accomplie bénévolement, Joseba Etxeberria a définitivement raccroché les crampons sous les ovations de San Mames et les larmes de ses coéquipiers. Armando, le gardien remplaçant des Leones, titulaire ce soir, a également pris sa retraite, tout comme l'arbitre international Mejuto Gonzalez, qui pour la première et dernière fois de sa carrière a reçu des embrassades des joueurs. Pour l'Atheltic, c'est comme Volvic : un volcan s'éteint mais un autre s'éveille en la personne de Muniain. Le Depor devra de son côté se creuser les méninges pour aspirer à mieux que le ventre mou du classement l'année prochaine. Bonne nouvelle et pas des moindres : la talentueux latéral brésilien Luis Filipe est enfin de retour. L'avenir des Galiciens dépendra du montant de sa revente durant l'intersaison.


Buts : Muniain (20eme) et Javi Martinez (77eme) pour l'Athletic Bilbao

Saragosse – Villarreal : 3-3


Match amical entre deux équipes qui n'avaient plus rien à espérer de cette Liga. Au petit jeu de la motivation, c'est d'abord Saragosse qui s'est illustrée en infligeant une sévère correction dans le jeu au sous-marin jaune. En deuxième période, Villarreal a parfaitement réagi et montré que cette équipe avait encore un minimum d'orgueil malgré une saison moisie... Le remplacement de Valverde par Garrido a fait beaucoup de bien, mais aucun des deux n'est parvenu à remplacer totalement Pellegrini. Les Aragonais, reléguables en décembre, savourent leur maintien. Le remplacement de la moitié de l'équipe au mercato hivernal aura par contre fait oublier une première partie de saison calamiteuse.


Buts : Eliseu (4eme), Clunga (29eme) et Pulido (35eme) pour Saragosse - Cazorla (40eme et 56eme) et Rossi (77eme) pour Villarreal.

Atletico Madrid – Getafe : 0-3


Trop fatigués de faire la fête après leur titre en Europa League et déjà concentrés sur la finale de la Coupe du Roi face à Séville, les Colchoneros ont littéralement donné les trois points du match à Getafe. La joie des banlieusards madrilènes faisait plaisir à voir au coup de sifflet final : jamais Getafe n'avait réussi à se qualifier directement en compétition européenne grâce à ses bonnes performances en championnat. Pour l'Atletico, la Liga s'est arrêtée il y a bien longtemps, néanmoins les hommes de Quique Flores sont assurés d'être européens grâce à la quatrième place acquise par les Sévillans. Seule la blessure de Borja, la petite perle de la Cantera rojiblanca, pour son premier match chez les pros, a assombri un après-midi placé sous le signe du sourire. Merci et à bientôt.


Buts : Soldado (14eme et 53eme) et Parejo (87eme) pour Getafe

Majorque – Espanyol Barcelone : 2-0


Majorque avait rempli sa part du contrat en gagnant avec une facilité déconcertante contre des Pericos décidément moroses. Les tribunes de l'ONO Stadi et certains joueurs étaient même en train de fêter la quatrième place qualificative pour la Ligue des Champions... Mais lorsque le speaker du stade a annoncé que l'attaquant sévillan Rodri avait marqué le troisième et dernier but de Séville contre Almeria, un silence de cathédrale a remplacé l'euphorie des jours de fête. Les Baléares ont loupé de peu la Champion's mais peuvent être fiers de leur cinquième place alors que tout le monde les considérait en début de saison comme des potentiels reléguables. Reste à savoir maintenant si les Rojillos vont se faire dépouiller, comme chaque année à l'intersaison, de leurs meilleurs éléments. Le plus dur reste peut-être à venir...


Buts : Victor (24eme) et Suarez (76eme) pour Majorque

Almeria – FC Séville : 2-3


Match de dingue qui a servi de parfaite illustration pour la saison en dents de scie des Sévillans. Après avoir pris l'avantage, les Andalous ont encaissé un véritable golazo d'Ortiz contre lequel Palop n'a vraiment rien pu faire. A 2-2, les Andalous se sont alors jetés à l'attaque, s'exposant dangereusement aux contres d'Almeria avant que le très jeune Rodri ne libère finalement les ouailles de Del Nido dans les dernières secondes du derby grâce à un retourné, fruit de la rage du désespoir. Grâce au premier match en pro de son jeune joueur, Séville arrache in extremis une quatrième place synonyme de Ligue des Champions. Comme l'année dernière d'ailleurs. Pour ne pas reproduire les mêmes erreurs que ces deux dernières années, il faudra surtout que les Rojiblancos se décident enfin à trouver un entraîneur à la mesure de leurs énormes ambitions... Un mec comme Lillo par exemple, capable de transcender ses joueurs. Almeria a sauvé sa saison en remplaçant Hugo Sanchez par le pote de Guardiola.


Buts : Soriano (44eme) et Ortiz (79eme) pour Almeria - Kanouté (16eme), Chico (52eme csc) et Rodri (93eme) pour le FC Séville

FC Barcelone – Valladolid : 4-0


Le Barça a eu besoin d'exploser tous les records de la Liga pour conserver son titre de champion. Avec une seule défaite à son actif et seulement deux matchs nuls tout au long du championnat, les Barcelonais ont encore démontré à l'Espagne toute entière qu'ils étaient bien les meilleurs. Valladolid, comme les autres, n'a pas fait le poids au Camp Nou. Il y a d'ailleurs fort à parier que personne n'arrivera jamais à égaler le nombre de points acquis par le Barça cette saison. Maigre consolation pour un club qui avait remporté 6 titres la saison dernière. Le Barça, et son meilleur joueur du monde Messi (Pichichi avec 34 buts -l'Argentin égale le nombre de buts de Ronaldo !!), c'est pourtant la référence absolue en matière de football. N'en déplaise au Real Madrid, à l'Inter Milan, à José Mourinho et à tous les grincheux du monde. Mes que un club, mes que una Liga !


Buts : Luis Prieto (27eme csc), Pedro (31eme) et Messi (62eme et 76eme) pour le FC Barcelone

Malaga – Real Madrid : 1-1


Le Real restera dans les annales de la Liga avec ses 96 points, ses 102 buts inscrits, son nombre de victoires impressionnant et les millions dépensés à l'intersaison. C'est tout. En matière de jeu, de spectacle et de résultat, les Merengues ont une nouvelle fois déçu comme cet après-midi face au modeste Malaga. Il fallait une victoire pour croire au miracle. Mais les Galacticos 2.0 n'ont pas joué le jeu. Comme d'habitude. Le Real est un logique dauphin du Barça. Florentino Perez devra sûrement remettre la main à la poche pour bâtir une équipe autour de la seule vraie satisfaction de la Maison Blanche cette année : Cristiano Ronaldo. Malaga s'est pour sa part sauvé in extremis. Et ça c'est au moins aussi cool que le dernier match de Guti sur le banc du Real.


Buts : Duda (9eme) pour Malaga - van der Vaart (48eme) pour le Real Madrid

Valence – Tenerife : 1-0


Tenerife jouera la saison prochaine en deuxième division. La faute au défenseur Che, Alexis, auteur d'un but à la 91ème minute d'un match duquel Valence n'avait pourtant rien à attendre. Alexis, natif de Malaga, a fait un joli cadeau au club andalou en venant crucifier son adversaire direct pour le maintien dans les dernières secondes de la Liga. Le football est cruel, mais juste : Tenerife ne méritait pas de rester en Liga. Valence, en revanche, mérite largement sa troisième place qualificative. Reste à savoir avec quels joueurs ils disputeront la C1. Villa, Silva, Banega et Mata sont dragués par l'Europe entière. Après dix ans de bons et loyaux services au club de son cœur, Ruben Baraja ne sera plus là non plus la saison prochaine. Mais ça, quelque part, c'est presque une bonne nouvelle pour les Che...


But : Alexis (90eme) pour Valence

Santander – Gijon : 2-0


Canales peut rejoindre le Real Madrid tranquille. Son Racing Santander s'est sauvé à l'ultime journée en gagnant face au Sporting Gijon. Le Sardinero pourra donc s'énerver la saison prochaine devant le jeu chiant et insipide des Verdinegros. Le Sporting, après un excellent début de saison, est finalement rentré dans le rang avant de se faire quelques frayeurs, mais le résultat est là : le plus petit budget de la Liga sera encore là pour casser les pieds à l'élite espagnole la saison prochaine.


Buts : Tchité (35eme et 55eme) pour Santander

Osasuna - Xerez : 1-1


Xerez devait s'imposer face à Osasuna et attendre des défaites de Tenerife, Malaga et Valladolid pour sauver sa peau en première division. Autrement dit il fallait un miracle à la plus mauvaise équipe du championnat pour assurer l'opération maintien. Le petit poucet du championnat n'a pu faire mieux qu'un match nul insuffisant contre une équipe d'Osasuna déjà en vacances. Malgré tout, le fait que Xerez ait lutté pour sa survie jusqu'à la dernière journée de Liga est déjà en soi une preuve qu'un Dieu existe. L'entraîneur Gorosito est devenu malgré sa coupe de cheveux horrible une véritable révélation de la Liga : son arrivée en Andalousie en février a même failli être décisive pour les Andalous. Osasuna finit la saison tranquillement. Et c'est déjà du luxe.


Buts : Dady (55eme) pour Osasuna - Ramirez Perez (61eme) pour Xerez

Traduction Javier Prieto Santos, source : El Pais

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Tot el camp
és un clam
som la gent blaugrana
Tant se val d'on venim
si del sud o del nord
ara estem d'acord, ara estem d'acord,
una bandera ens agermana.

Blaugrana al vent
un crit valent
tenim un nom el sap tothom:
Barça, Barça, BAAAARÇA!!!!!

Jugadors, seguidors,
tots units fem força.
Son molt anys plens d'afanys,
son molts gols que hem cridat
i s'ha demostrat, i s'ha demostrat,
que mai ningu no ens podrà torcer.

Blaugrana al vent
un crit valent
tenim un nom el sap tothom:
Barça, Barça, BAAAARÇA!!!!!
Barça champion dans le championnat face au réal Madrid... le reste c'est de la D2... A part Valence et Séville, le reste, c'est du niveau d'Arles Avignon... Alméria, Xeres, Majorque, Getafe... faut pas déconner quand même...
c'est un peu dur comme analyse...

D'accord: il y a clairement 2 clubs au-dessus du lot cette année, et je pense qu'une telle différence de points entre les premiers et les le 3ème est quasiment une 'anomalie statistique', qu'on ne reverra pas souvent. C'est certainement cette 'course-poursuite' entre ces 2 clubs qui a entrainé ce fossé avec les poursuivants.

Par contre, dire que le reste (hormis Valence et Seville selon toi) est du niveau D2 "Arles-Avignon", c'est aller un peu loin...

Regarde simplement les budgets de ces 'clubs de seconde zone' par rapport à des clubs tels qu'Arles-Avignon et tu comprendras pourquoi on retrouve des joueurs tels que Forlan, Agüero, Rossi, Senna, Diego Lopez, Luis Filipe, Soldado, Duda, Llorente, Nilmar, Uche, Reyes, Simao, ... et une flopée de jeunes prometteurs déjà trop cher pour bcp de clubs de D1 française.
En outre, l'Espagne est un point de chute idéal pour les 'bons' (pas que les stars) joueurs des championnats sud-américains: la langue et surtout, je me répète, un modèle salarial intéressant (c'est souvent ce qui compte le plus) ==> on retrouve pas mal d'internationaux qui sont 'impayables' pour bcp de clubs français

Pour rappel: si on regarde sur les 10 dernières années, tu pourras aussi te rendre compte que ces petits clubs "niveau Arles-Avignon" comme tu dit ont souvent été plus que des 'faire-valoir' en coupes d'Europe...
Ex.: Liverpool - Alaves (5-4 en finale Europa League), Bayern - Getafe (1-1 et 3-3, super matchs!), Villareal en Champion's League (plusieurs années), l'Athletico cette année, le Depor (plusieurs années), Osasuna - Sevilla en 1/2 finale d'Europa League, puis Espanyol-Seville en finale ...

Je veux donc dire: prends des 'petits clubs' français de D1 (je ne te parle même pas d'Arles-Avignon): tu en connais beaucoup qui ont fait de telles perfs? Au niveau européen, les seuls clubs français 'performants' sur ces dernière années sont les clubs 'historiques'. Exception: Lille qui a montré de belles choses plusieurs fois, et Monaco.

quand on voit les perfs des 'petits clubs' de Liga en Europe, ça montre le niveau de la Liga!

Selon moi (avis subjectif):
- Il y a 2 'superpuissances' qui vont certainement se partager 6-7 ligas sur 10
- Derrière, il y a qques clubs qui peuvent faire la surprise une année ou l'autre: Valence, Athletico, Sevilla, (Villareal?)... et qui sont des 'clients sérieux' en coupe d'Europe
- Les autres clubs peuvent parfois glaner une qualif pour l'Europe League, et franchement, ils y sont rarement ridicules...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Ce qu'il faut retenir
0 3