1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 15e journée

Le Barça cale, le Real perd et l’Atlético en profite

Le FC Barcelone enchaîne un deuxième match nul consécutif en Liga face à La Corogne. Une aubaine pour Griezmann et les siens, qui recollent en tête. Tout le contraire du Real qui perd à Villarreal. Dans les bas-fonds de la Liga, Levante s’enfonce, et Grenade respire un peu. Ah, et Piqué a encore foutu le bordel.

Modififié
220 10

L’équipe du week-end : Deportivo La Corogne

En voilà une belle remontada. Mené deux à zéro par le FC Barcelone, le Depor est reparti du Camp Nou avec le point du match nul. Les buts de l’excellent Lucas Pérez et d’Álex Bergantiños sont venus récompenser les Galiciens, auteurs d’une bonne performance face à un Barça affaibli par les sorties de Rakitić et Jordi Alba (remplacé par un Jérémy Mathieu fautif sur le premier but). Comme tous les adversaires récents du Barça, la Corogne a pourtant souffert : d’abord face au génie de Messi, puis sur une frappe puissante de Rakitić. Mais les hommes de Víctor Sánchez del Amo ont profité des changements de Luis Enrique et du manque de réalisme des attaquants de Barcelone (l’absence de Neymar a aussi énormément pesé) pour revenir dans la rencontre. Los Blanquiazules restent donc sur une série de cinq matchs sans défaite. Il faudra compter sur le Deportivo La Corogne pour la qualification en Ligue Europa.

Le joueur du week-end : Adalberto Peñaranda

En ce moment, rien ne va au Venezuela. La sélection est en pleine crise après la retraite de quinze joueurs qui protestent contre la Fédération. Seule lueur d’espoir au pays du retraité Juan Arango, la forme d’Adalberto Peñaranda. Le jeune attaquant de Grenade a offert la victoire à son équipe face à Levante (1-2) avec un doublé. À 18 ans, celui qui forme un duo d’attaque prometteur avec Isaac Success a même battu un record détenu par Leo Messi. Il devient l’étranger le plus jeune à marquer un doublé en Liga. Oui, c’est tiré par les cheveux, mais on ne pique pas un record à la Pulga tous les jours.

Vous avez raté FC Séville-Sporting Gijón et vous n’auriez pas dû

Rapidement, ce match a pris des allures d’attaque-défense. Venu bétonner, Gijón repart du bouillant Sánchez-Pizjuán avec une défaite plutôt méritée. Pourtant, les Asturiens ont longtemps résisté aux assauts des Sévillans, emmenés par un Konoplyanka des grands soirs et Gameiro, double buteur. L’ancien du Paris Saint-Germain a ouvert le score sur un penalty généreux accordé après un accrochage sur Llorente. Puis il a doublé la mise de la tête, pendant que Didier Deschamps profitait des petits fours de l’après-tirage au sort de l’Euro. D’ailleurs, DD a toujours le 06 de Kevin ?

La polémique de la machine à cafe con leche : Piqué a-t-il vraiment insulté Arbeloa ?

En Espagne, les moindres faits et gestes de Gerard Piqué sont analysés avec une attention certaine. Le défenseur catalan s’était fendu d’un tweet moqueur après l’affaire Cheryshev du Real Madrid. Ce qui n’avait pas plus à Arbeloa, qui avait affirmé que Piqué avait sa place au Club de la Comedia, émission de stand-up espagnole. Après le match nul face à La Corogne, le défenseur du Barça a renvoyé une pique à son compatriote, affirmant que ce dernier « s’autoproclamait ami » , mais qu’il n’était « qu’un con... une connaissance » .


Une nouvelle polémique à laquelle Granero a jugé bon de participer, appelant Piqué « à respecter ses supérieurs » .


À bientôt pour un nouvel épisode de « Piqué aime se faire détester par toute l’Espagne » .

Le golazo du week-end : Leo Messi

Avant de s’envoler pour le Japon et le Mondial des clubs, Lionel Messi a tenu à offrir une dernière sucrerie au public du Camp Nou. Un coup franc exceptionnel pour l’ouverture du score face au Deportivo La Corogne. En slow-motion, pour vous.

L’analyse définitive : une autre Liga débute

Le 21 novembre dernier, Neymar et consorts assommaient le Real Madrid à Bernabéu. On pensait le championnat espagnol plié, tant le Barça de Luis Enrique était supérieur à son éternel rival. Mais voilà, Valence et le Deportivo La Corogne sont venus contrarier la domination des Catalans. Trois journées de Liga après cette presque-manita, l’Atlético recolle en tête du classement après une victoire acquise (2-1) face à l’Athletic Bilbao. Le club entraîné par Diego Simeone enchaîne un huitième succès consécutif (toutes compétitions confondues) et relance la Liga. À Villarreal, le Madrid de Benítez a encore calé. Outre les mauvaises performances individuelles (de James, Ronaldo, ou encore Casemiro préféré à Kroos au début du match), la Maison Blanche repart du Madrigal avec des doutes, et cinq points de retard sur les deux co-leaders. Pas sûr que Rafa Benítez passe la trêve...

Les déclas du week-end


« Notre objectif, c’est de ne pas descendre. On regarde toujours vers le bas. » Tino Fernández, président de la Corogne, humble après la très bonne performance de son équipe.

« C’est incompréhensible, surtout la fin de match. On a perdu le contrôle du match et on a offert des espaces à l’adversaire. Maintenant, il faut se réveiller, parce qu’on va disputer un titre. » Iniesta veut gagner le Mondial des clubs pour oublier cette contre-performance.

« J’adore faire des changements, en fonction de ce que je vois. J’attendais autre chose de ceux qui sont entrés. J’ai fait une erreur. Le Deportivo La Corogne est revenu quand ils sont sortis (Rakitić et Jordi Alba, ndlr). J’en assume toute la responsabilité. » Le Barça enchaîne trois matchs sans victoire pour la première fois depuis le début de l’ère Luis Enrique. Et l’entraîneur espagnol semble comprendre pourquoi.

Et sinon, que pasa ?


Iago Aspas redonne des couleurs au Celta Vigo. Et plante des buts de toute beauté.

Youtube

Las Palmas quitte la dernière place, après une victoire acquise à la dernière minute du temps additionnel face au Betis Séville. Levante est dernier de Liga.

Griezmann continue de porter l’Atlético sur ses épaules.

Youtube

Pour son premier match en Liga à la tête de Valence, Gary Neville est reparti avec le point du match nul face à Eibar.

D’ailleurs, Lucas Orbán, l’ancien Bordelais, a pris un carton rouge pour ceci. Bizarre.


Entré en cours de jeu face à l’Athletic Bilbao, Fernando Torres court toujours après son centième but sous le maillot colchonero.

T’as le droit d’être le meilleur joueur du monde malgré cette dégaine ?

Par Ruben Curiel
Modifié

Dans cet article

virez moi ce benitez même si je lui en veux bcp moins que cette raclure de perez
Mmm... pour Piqué, il a "seulement" traité Arbeloa de "plot". "Cono" signifie "plot"!!
Heiseinberg Niveau : CFA
"On pensait le championnat espagnol plié, tant le Barça de Luis Enrique était supérieur à son éternel rival."

Un championnat n'a jamais été plié en novembre-décembre ...
Splendide le coup franc de Messi en slow motion (Y). L'Atletico Madrid seront bel et bien la eux pour la bataille pour le titre, c'est plus du tout un duel Barça/Real.
pauloradiobemba Niveau : CFA
Je peux pas supporter le Barca mais ce Piqué, il fait du bien parmi tous ces pro qui semblent ne supporter aucun club et qui manient la langue de bois à la perfection. Il se fout de la gueule de l'ennemi de son club comme n'importe lequel d'entre nous. C'est rafraîchissant. Qu'il évite cependant de tomber dans la caricature.

Par contre le Granero il déconne: défendre Arbeloa avec cette photo alors que Piqué pese 4 Champion's dont 3 en tant que titulaire c'est presque en rajouter sur ce pauvre Arbeloa qui n'était même pas titulaire en 2014 !
Cette CDM des clubs tombe au plus mauvais moment pour le Barça, mais aussi pour la Liga. L'Atletico a de fortes chances d'en profiter pour passer devant, mais je les vois pas rester en tête jusqu'au Barça-Atletico de fin janvier, au mieux pour eux ils auront un point d'avance. Ils ont 5 matches à l'extérieur sur les 7 prochaines journées, dont un déplacement à Vigo, le Barça a un calendrier plutôt 'simple' d'ici là. Les Colchoneros sont carrément solides, mais la frontière est fine entre un nul et une victoire depuis deux mois. Mais tant mieux pour eux, ils sont en pleine bourre et on en regretterait presque de ne pas avoir un Barça-Atletico à l'ultime fin du championnat comme lors des deux dernières saisons.

Le Real va pouvoir se refaire la cerise avec 5 matches à Bernabeu sur les 7 prochaines journées (oui, c'est le calendrier le plus mal branlé du monde), mais il y aura justement le Depor et juste avant, surtout, Valence à Mestalla. Le Real avait pris qu'un point l'année dernière contre Valence, il serait bien inspiré de faire pareil. Madrid avec moins de 40 pts sur la phase aller, ça serait le pied.
Cet Atletico me fait rêver. Sans compter la dimension incroyable qu'à prise Griezmann depuis le début de saison.


Cholo, quel boulot de dingue il fait avec les Colchoneros.
FootixInside Niveau : District
Voir Griezmann sauter dans les bras de Simeone en dit long sur les capacités de leader et l'influence qu'il a sur chacun des joueurs.

C'est pas demain qu'on verra Verratti ou Pastore faire ça.
A-t-on vraiment besoin de commenter un pyjama tout à fait ordinaire quand on voit comment Messi s'habille pour les soirées du Ballon d'Or ?
C'est le Bill Gates du foot.
Granera il débile profond ou ?
On a compris pq il n'était pas au Real. Et si son seul ami, c'était arbeloa, on sait pourquoi, tout aussi bon l'un que l'autre .
Perdre 2 pts à Valence et 2 pts à domicile contre la Corogne.. ils auraient mis 9 pts d'avance au Real..
C'est dommage.
Surtout qu'ils perdent des points toujours contre le cours du jeu (sauf à Vigo où ils prennent une raclée)
Alors que le Real perd logiquement, avec un CR7 tjrs invisilbe dans les grands matches (bon sauf quand il marque un péno)

On constate que Neymar est primordial dans cet équipe.
Et qu'il faudrait continuer à mettre des buts au lieu de jouer à la baballe!

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L'équipe type du week-end
220 10