Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Alavés-Barça (0-6)

Le Barça atomise Alavés en six fois

Facile comme rarement cette saison, le FC Barcelone d’une MSN déchaînée écrabouille la faible résistance offerte par le Deportivo Alavés (0-6) et envoie un message fort au PSG, ainsi qu’à ses rivaux de Liga. Seul bémol, l’affreuse blessure d’Aleix Vidal, sorti sur civière à cinq minutes du terme.

Modififié

Deportivo Alavés 0-6 FC Barcelone

Buts: Luis Suárez (37e, 67e), Neymar (40e), Messi (59e), Alexis (63e, csc) et Rakitić (65e) pour le Barça

Trois points en trois minutes. Le bilan du premier acte blaugrana en terres hostiles car basques se résume à cette efficacité létale entre le 37e et 40e tours de cadran. De l’ouverture du score de Luis Suárez, sur une merveille d’action en une touche, le cuir allant des pieds de Rakitić à ceux d’Aleix Vidal pour une conclusion du Pistolero, au break de Neymar, tout heureux de réceptionner une cagade de Pacheco qui dégage le ballon dans la tête de l’Uruguayen, le FC Barcelone expose au Deportivo Alavés l’écart qui les sépare. A contrario de la première manche, remportée à la surprise générale par El Glorioso dans un Camp Nou médusé (1-2), la revanche se retrouve une formalité pour le Barça, emmené par sa MSN, dont les trois membres plantent (0-6). Et une belle répétition à quelques mois de la finale de la Copa del Rey qui verra s’affronter ces deux fanions. Mais pour Luis Enrique, l’essentiel est ailleurs : vainqueurs sans trembler, ses Culés remettent la pression sur le leader madridista et, grâce à de nombreux changements, abordent avec une sérénité rare cette saison leur huitième de finale aller de Ligue des champions face au PSG.

La machine Theo Hernández


Sur la tête des officiels présents en tribune d’honneur, l’excitation laisse place à la stupeur. Pour sûr, lorsque Babazorros et Blaugrana entrent sur la pelouse, ils apprennent tout juste qu’un aficionado barcelonais prend la direction de l’hôpital de Vitória dans un état critique : il vient de se faire agresser par une cinquantaine de dégénérés locaux.


Cette inquiétude, les vingt-deux acteurs ne la connaissent pas encore au coup d’envoi. Si bien que sans crainte, le Mes que prend le contrôle du tempo et du cuir sans souffrir de la pression basque. La faute, sans doute, à des jambes lourdes à la suite de la demi-finale exténuante de Coupe du Roi face au Celta de mercredi et au manque de profondeur d’un effectif moins riche que celui de Luis Enrique. Qu’importe, finalement, puisque cette légère domination azulgrana ne s’accompagne pas d’actions franches et convaincantes. Pis, c’est même Theo Hernández, d’une chevauchée de plus de 60 mètres que seul Ter Stegen stoppe, qui s’offre la plus grosse opportunité de ce premier acte. Ce, jusqu’au trou noir terrible de trois minutes que traversent des Basques qui rentrent aux vestiaires avec un retard de deux pions sur le FCB.

Au bon vouloir de la MSN


Pourtant, le calvaire n’en est qu’à ses prémices, comme en atteste le second acte sanguinaire pour la défense poreuse d’un Deportivo Alavés qui n’a rien de glorieux. Excepté une montée initiale de Theo Hernández, seul Basque au niveau, que ne peut convertir Christian Santos, le Barça fait ce qui lui chante sur le pré du Mendizorroza. Dans les faits, les Catalans enchaînent pas moins de quatre pions en huit minutes et dégoûtent l’aficion locale. Premier en action, Messi y va de son pion hebdomadaire, puis pousse Alexis, malheureux central des Babazorros, à pousser le cuir au fond de ses propres filets. Dans la foulée, sur deux contres d’école emmenés par l’insatiable Luis Suárez, Rakitić tutoie la lucarne de Pacheco pour officialiser la manita alors que ce même Pistolero, à la récupération d’une parade du portier de Vitória, enfonce le clou pour conclure le set blaugrana. Autant dire que jusqu’au coup de sifflet final, onze Barcelonais au repos enchaînent les possessions face à onze âmes en peine, seule l’atroce blessure d’Aleix Vidal, blessé à la cheville à la suite d'une faute de Theo, venant gâcher la fête. Le PSG est prévenu, ce Barça ne fait pas dans la dentelle face à des défenses attentistes et un pressing flou.

  • Résultats et classement de la Liga

    Par Robin Delorme
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier
    Partenaires
    Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
    Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses jeudi 21 juin Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1 jeudi 21 juin Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 8 jeudi 21 juin Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? jeudi 21 juin Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 10
    À lire ensuite
    Liverpool dompte les Spurs