En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 30e journée

Le Barça accroché, l'Atlético décroché

Après la défaite de l'Atlético à Gijón (2-1), le Barça pouvait prendre douze points d'avance sur les Colchoneros. Mais les Catalans ont été accrochés par Villarreal (2-2) dans un match plein de polémiques. Le Real s'est baladé face à Séville et Benzema a marqué. Dans le bas du classement, quatre équipes se tiennent en un point.

Modififié

L’équipe du week-end : Villarreal


Revenir d’un 0-2 contre ce Barça, c’est fort. Le faire quand l’arbitre a offert les deux pions aux Catalans, c’est encore plus fort. Dans un Madrigal bouillant, Villarreal a accroché un point contre le leader du championnat. Grâce à un but de Bakambu et un autre de Mathieu contre son camp, les hommes entraînés par Marcelino ont empêché les Barcelonais de prendre douze points d’avance sur l’Atlético de Madrid. Villarreal a montré qu’en jouant au football, on pouvait contrer cette équipe exceptionnelle. Le Sous-marin jaune est toujours quatrième de Liga.

Le joueur du week-end : Youssef El-Arabi


Si Grenade se maintient, les supporters sauront qui remercier. Auteur d’un doublé lors du match nul des Andalous face au Rayo Vallecano (2-2), l’ancien Caennais est entré dans l’histoire du club. L’avant-centre marocain est devenu le meilleur buteur de Grenade en Liga, avec 39 buts en quatre saisons. Contre un concurrent direct pour le maintien, il a marqué ses neuvièmes et dixièmes buts de la saison. On se demande toujours pourquoi il est allé s’exiler en Arabie saoudite.


Vous avez raté Espanyol-Athletic Bilbao et vous n’auriez pas dû


La lutte pour le maintien est rude en Espagne. Et l’Espanyol Barcelone a presque assuré le sien contre les Basques de Bilbao. Menés après un but d’Eraso, les Pericos ont remporté la rencontre en trois minutes (2-1). Les buts de Diop et Caicedo offrent trois points importants aux Catalans qui sont désormais douzième. À la fin du match, Diop a expliqué qu’il s’était offert un but pour son anniversaire. Normal.



Vidéo

La polémique de la machine à café con leche : c’est quoi ces horaires ?


Les complotistes sont servis. Après un match de 120 minutes contre le PSV en huitième de finale de Ligue des champions, l’Atlético de Madrid était déjà sur le terrain quatre jours après. Le tout en plein après-midi, « pour les Chinois » selon Diego Simeone. Résultat, les Colchoneros ont perdu José María Giménez sur blessure, après celle de Godín en C1, avant deux matchs cruciaux face au Barça. L’Atlético a surtout perdu trois points face à un candidat au maintien, laissant les Catalans à neuf unités devant. Et comme le Real a gagné... Ils vont nous énerver le Cholo.

Les golazos du week-end :


Borja Bastón, du talon.



Ou Griezmann, nettoyeur de lucarne.


L’analyse définitive : le Barça va être champion, mais pas en marchant


C’était le scénario parfait. Accroché à Gijón, l’Atlético de Madrid a abandonné tout espoir de titre. Mais le Barça n’en a pas profité, en ne ramenant qu’un point de Villarreal. Surtout, les hommes de Luis Enrique ont été secoués dans le jeu par une équipe audacieuse. Les changements de l’entraîneur espagnol ont aussi condamné (sortie de Piqué, entrée de Mathieu) son équipe. Un match que Simeone a dû regarder avec attention avant la double confrontation en Ligue des champions. Ça promet. Pendant ce temps-là, le Real Madrid a tranquillement battu le FC Séville (4-0) avec des buts de Benzema, Ronaldo, Bale et Jésé. CR7 et Kevin Gameiro ont tous les deux raté un penalty.

Les déclas du week-end :


« Je suis fier de mon équipe. Ils ont tout donné. Puis je suis heureux, on joue à 16 heures, les Chinois peuvent nous voir. » Diego Simeone et un petit tacle pour la fédé espagnole et l’horaire du match contre Gijón après la Ligue des champions.

« Villarreal fait partie de ma vie alors qu’à Barcelone, j’ai gardé quelques amitiés. » Juan Román Riquelme fait le bilan dans Marca. Et couvre d’éloges Iniesta : « C’est celui qui comprend le mieux le jeu. »

« Quand un gardien fait une faute, il le sait. Il n’y a absolument pas penalty. » Sergio Asenjo ne se remet toujours pas du péno offert à Neymar.


« En jouant comme ça, on peut faire de grandes choses. » Zizou, heureux des quatre pions plantés contre Séville.

Et sinon, que pasa ?


Giuseppe Rossi va bien. Très bien.



Luis Alberto vous explique la définition de sérénité devant le but.



Karim Benzema n'en a que faire des embrouilles. Golazo.



Carlos Castro est comme Fidel. Il tremble beaucoup.



Dans le fond du classement, Getafe a perdu deux points dans les dernières minutes face à Eibar (1-1), qui rêve toujours d’Europe.

Villarreal-Barça, c’était ça il fut un temps.



Mathieu est rentré, le Barça a pris deux buts. Du coup, le rouquin a pris des rafales.




Une stat pour comprendre « l’exploit » de Villarreal.



Messi, le tout-puissant.



Achille Emana a planté un doublé avec le Gimnàstic de Tarragona. Oui, le grand et l’unique Achille.



Keylor Navas a arrêté 75% (3 sur 4) des penaltys concédés par le Real. Keylor massif.

Diego Costa out, place à Aritz Aduriz.

Des commentaires après le match ? Oui, mais sur Périscope et sur Twitter, où Piqué a recadré les journalistes et s'est indigné du penalty accordé au Real. C'est ça, Gerard 2.0


  • Résultats et classement de Liga
    Retrouvez toute l'actualité de la Liga

    Par Ruben Curiel
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3