Le all-in de l'Inter

Sanctionnée par l'UEFA pour non-respect des paramètres du fair-play Financier, le club milanais joue le tout pour le tout durant cette session de mercato estival ainsi que la prochaine saison. Ça passe ou ça casse.

Modififié
2k 13
« L'Inter a toujours été gérée de cette façon. Moratti a quand même dépensé 1,3 milliard en 18 années en gestion » tient à rappeler Marco Bellinazzo. Journaliste au quotidien économique Il Sole 24, il vient de sortir le livre « Goal Economy » qui est en train de devenir un véritable best-seller pour les italiens passionnés de football. À ce jour, maîtriser les rouages économiques de ce sport est plus que jamais nécessaire afin de décrypter son avenir. Cela vaut encore plus pour l'Inter qui tente de remonter la pente en prenant de très gros risques. Voici sa stratégie en cinq étapes.

1. Non à l'austérité


104 millions d'euros : c'est le négatif affiché lors du dernier bilan financier publié en novembre. Quelques semaines plus tard, Erick Thohir sort le chéquier en recrutant Shaqiri, Brosović, Santon et Podolski au mercato d'hiver. Trois arrivées à titre définitif et un prêt pour un total de 27 millions d'euros. L'Indonésien remet la sienne cet été, 78 millions pour Murillo, Kondogbia, Miranda, Montoya et Jovetić. Pour le Français, 30 millions cash plus 5 de bonus ont été lâchés. Et ce n'est pas fini puisque Roberto Mancini réclame encore un ailier (Perišić ?), un milieu défensif (Melo ?) et un arrière gauche (Clichy ?). Rien que ça.

2. Collaborer avec l'UEFA


Évidemment, on n'est pas fou à l'Inter et les avertissements de l'UEFA sont bien arrivés à destination. Pendant des mois, les deux parties ont longuement négocié puis trouvé un arrangement : « C'est souvent le cas d'ailleurs avec le FPF, mais en échange de cet accord, il faut respecter une série d'engagements dont celui qui consiste à mener des opérations équilibrées lors de cette session de mercato, ce qui n'est pas du tout le cas pour le moment » analyse Bellinazzo. La sanction est pour le moment légère, 6 millions d'euros qui vont être récupérés sur les primes de la dernière Ligue Europa. Puis, un sursis de 14 si les engagements ne sont pas respectés, c'est-à-dire : 30 millions de dettes maximum jusqu'en 2017 et zéro en 2018. Seule vraie punition, 22 joueurs à inscrire sur la liste UEFA en cas de qualification européenne l'année prochaine. « L'Inter a obtenu quelques années supplémentaires pour se remettre à flot puisqu'elle a récemment changé de propriétaire. »

3. Formules innovantes


Pour contourner ces obligations, les dirigeants interisti ont fait parler leur ingéniosité : « Cette débrouillardise est typiquement italienne, avant il y avait les copropriétés, maintenant, d'autres formules ont été intégrées, elles font partie de la dérégulation du système. Cela concerne de nombreux clubs italiens qui ont loupé le virage de la révolution industrielle, hormis la Juve.  » Spécialité de la maison interista, le prêt payant de deux ans avec option d'achat obligatoire, afin de diluer un maximum les paiements. Une formule utilisée pour Miranda, Jovetić et Montoya. En mai 2017, les Nerazzurri doivent donc s'engager à payer 33 millions d'euros cash. Les bonus sont également de plus en plus récurrents et s'ajouteront éventuellement à cette somme.

4. Déstructurer la dette


« Ce n'est pas un mal d'acheter un club endetté, les Glazer l'ont fait avec Manchester United, mais ils ont également été capables de doubler les revenus. » Ce qui est évidemment loin d'être le cas de Thohir pour le moment, malgré un organigramme révolutionné de A à Z. Ainsi, il a souscrit un crédit de 230 millions avec la banque Goldman Sachs : « C'est ce que l'on appelle une déstructuration de la dette. À partir de septembre, l'Inter va devoir rembourser 3 millions par trimestre jusqu'en mars 2019 et un dernier versement de 184 millions ! Et à chaque fois, il faudra ajouter les intérêts. Cela pèse énormément sur les épaules du club. Pour le moment, Thohir a surtout libéré Moratti de ses garanties personnelles. » À noter que plutôt d'augmenter le capital comme un mécène, l'Indonésien a choisi de prêter de l'argent à son propre club avec des taux d'intérêts frôlant les 10%. Il ne compte pas sortir perdant de cette affaire.

5. Vendre puis finir obligatoirement en Champions League


Le bouquet final, afin de respecter une des règles imposées par l'UEFA. L'Inter doit vendre un maximum de joueurs d'ici la fin de saison. De fait, Shaqiri, Nagatomo, Andreolli, D'Ambrosio, Taider et Schelotto sont écartés du groupe pro, tandis que Juan Jesus et Guarín sont sur le marché. De multiples petites et intelligentes opérations ont permis d'encaisser 20 millions, notamment grâce à l'efficient centre de formation. Mais surtout, ce qu'il faudra, c'est une qualification pour la prochaine Champions League : « C'est aussi le cas du Milan ou de la Roma, beaucoup de Top clubs italiens sont contraints de se qualifier pour la C1, car n'ayant pas de stades de propriété ou de politiques commerciales efficaces. Si l'Inter échoue, cela créerait une situation extrêmement complexe à gérer. On peut dire qu'elle a fait un all-in  » , conclut Bellinazzo, avant d'ajouter : « À la présentation de mon livre, j'ai croisé Ernesto Paolillo, ancien administrateur délégué du club et qui a comparé, en plaisantant mais pas trop, l'Inter à la Grèce. » Et pas en faisant référence au vainqueur de l'Euro 2004, hein.

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Enfin bon la solidité financière de la roma et du nouveau milan sont quand mm sur la durée plus fiable que l'inter pour le moment , car petit rappel , la roma et le milan seront propriétaire de leur futur stade , ps le milan à claqué hier soir encore ( 25 millions + 5 de bonus sur romagnoli )
Peppino_Prisco Niveau : DHR
Message posté par olforever69
Enfin bon la solidité financière de la roma et du nouveau milan sont quand mm sur la durée plus fiable que l'inter pour le moment , car petit rappel , la roma et le milan seront propriétaire de leur futur stade , ps le milan à claqué hier soir encore ( 25 millions + 5 de bonus sur romagnoli )


Oui sauf que c'est pas pour demain. Au mieux le Milan y sera pour 2018-2019, donc en attendant ils sont au même point. Et l'Inter, si Milan part ce qui n'est pas fait, récupérera San Siro pour lui tout seul et va le moderniser, des travaux ont déjà commencé en vue de la finale de la Champion's League 2016, on parle d'une concession de 99 ans (comme la Juve) et toutes les entrées d'argents tomberont dans la poche de l'Inter. Tout dépend du Milan qui bataille pour avoir l'aire qu'ils veulent, mais la Fondazione Fiera leur met des bâtons dans les roues.

Le soucis financier de l'Inter c'est qu'il y avait pléthore de joueurs médiocres sous contrats et surpayés, la gestion Moratti était cataclysmique sur la fin. Bref on en sort tout doucement et on développe un merchandising qui était inexistant ou presque jusque-là. Je ne me fais aucuns soucis, la masse salariale a été divisée par deux.
en tant que tifoso de la Serie A, j'espère qu'ils vont s'en sortir, que les italiens redresseront la barre.

En tant que Juventino je jouis de voir où on en était en 2008 et en 2009, et où on en est, fier de mes dirigeants qui ont su mieux faire que redresser la barre.
c'est pas vrai il y a le frustré qui est de retour , c'est les vacances , il est plus à l'école primaire
Russell Westbrick, 10ème génération en moins d'un an. Ce doit être un record...
Bon article, bonne synthèse qui résume bien les problèmes du club aujourd'hui.

Vraiment ça me fait mal de voir mon club de coeur mal à ce point, une déchéance fulgurante depuis le triplé associée avec une gestion douteuse, surtout au niveau du renouvellement de l'effectif qui était très vieux en 2010 mais le club n'a jamais su rebondir après tant de succès.

J'espère de tout coeur que ça va repartir dans le bon sens mais Thorir fait vraiment peur.
luckystar Niveau : CFA
En gros, si je comprends bien, l'Inter va faire faillite à un moment donné avec une politique très risquée et très coûteuse... mais par contre son propriétaire aura cumulé des intérêts sur la bête via une autre entité. L'inter sera insolvable mais M. Tohir sera pété aux as.
Le capitalisme moderne.
Message posté par olforever69
c'est pas vrai il y a le frustré qui est de retour , c'est les vacances , il est plus à l'école primaire


Attention, "il" nous revient plus affûté que jamais, le couteau entre les dents, et prêt à en découdre avec tous ceux qui oseraient formuler une appréciation quelconque sur la série A.
"Il" nous revient surtout après avoir suivi une formation accélérée du sujet :

https://encrypted-tbn2.gstatic.com/imag … SLVGpFtRrA
je pense surtout que russel est un kikoo Kevin 14 ans joueur de wii u supportant le psg depuis 2012
Milan_forza18 Niveau : CFA
La solidité financière de la roma peut permettre a la louve de louper un an voir 2 la qualif en ldc mais linter non si il ne se qualifier pas pour la ldc cette année le club serait tres en danger car thohir prête a l'inter de l'argent avec tx 10% mais bon il mettera de l'argent de sa poche si la situation se complique... C'est là qu'on voit que la juve est vraiment en avance !
Paupaulozzo, d'où tu les sors ces chiffres?^^
"Ainsi, il a souscrit un crédit de 230 millions avec la banque Goldman Sachs". On entend souvent les rageux dire que supporter un club qataris c'est honteux, j'attends les réactions indignés pour un club qui souscrits des prêts chez Goldman Sachs.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2k 13