En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // Ligue Europa – Demi-finale aller – FC Bâle/Chelsea

Le 5 majeur du FC Bâle

Si le FC Bâle a fait l’actu récemment avec la retraite sportive d’Alex Frei, il ne faudrait pas que ça occulte les performances de ses désormais anciens coéquipiers sur la scène européenne. Car quand on se retrouve en demi-finale de C3 après avoir sorti le Sporting Portugal, Dniepropetrovsk, le Zénith Saint-Pétersbourg et Tottenham, un an après avoir brillé en Ligue des champions, ce n’est plus le fait du hasard. Oui, les Suisses ont une sacrée bonne petite équipe, d’où se dégagent cinq éléments majeurs. Passons-les en revue.

Modififié
Yann Sommer, portier bien réveillé

14 mars dernier à Saint-Pétersbourg, 8e de finale retour de la Ligue Europa. Le FC Bâle, qui l’a emporté 2-0 à l’aller, est en grosse galère face à une formation du Zénith vexée, qui comble une partie de son retard dès la demi-heure de jeu, avec l’ouverture du score de Witsel. Les Suisses tiennent, jusqu’à 5 minutes du terme et ce pénalty concédé qui, s’il est transformé, est synonyme de prolongation et quasiment d’élimination, tant la domination des Russes est criante. C’est sans compter sur un arrêt réflexe extraordinaire de Yann Sommer, le spécialiste de l’exercice, comme a aussi pu s’en apercevoir Tottenham. Déjà, la saison dernière, pour sa première saison comme titulaire au FCB, le francophone de 24 ans avait impressionné en C1 par ses réflexes et son explosivité. En 2013, il franchit encore un palier, se trouvant même numéro 1 en sélection en l’absence de Diego Benaglio. Convoité un temps par Lyon, c’est aujourd’hui surtout en Allemagne qu’il plaît, avec une bagarre annoncée entre Dortmund et Schalke pour le récupérer si possible dès cet été.

Aleksandar Dragovic, l’inamovible

Joueur de champ le plus utilisé cette saison, Aleksandar Dragovic forme une charnière centrale inamovible avec Fabian Schär. Une paire de défenseurs de même pas 22 ans de moyenne d’âge et qui a encore tout l’avenir devant elle. Dragovic est l’aîné et le plus prêt à aller voir ailleurs. Arsenal le convoite, tout comme les deux Milan, Dortmund ou l’Anzhi. Arrivé en Suisse en 2011 en provenance de l’Austria Vienne, cet Autrichien d’origine serbe a impressionné son monde en quart de finale face à Tottenham. Puissant, véloce, sa marge de progression semble encore grande, alors qu’il compte déjà 20 sélections avec l’Autriche.

Valentin Stocker, la gauche forte

Star montante du FC Bâle dès la saison 2007-2008, Valentin Stocker a vu sa progression freinée par une grave blessure en 2011, qui l’a éloigné des terrains huit mois. Mais déjà, avant cette malheureuse rupture des ligaments croisés du genou droit, on sentait le joyau stagner, étant moins décisif sur son aile gauche et agaçant son monde à trop plonger et trop se plaindre. Depuis ce coup d’arrêt, la diva a muri et réalise cette saison ses meilleures stats : 22 passes décisives au total, dont 5 en Ligue Europa et 14 en championnat, ce qui en fait de loin le meilleur dans cet exercice en Suisse. Gaucher rapide et flamboyant, il serait actuellement pisté par Naples, le Werder Brême et le Bayer Leverkusen.

Mohamed Salah, Picasso ressuscité


Le phénomène du moment est arrivé en Suisse certainement plus tôt que prévu. Chez lui, en Égypte, « Picasso » comme on le surnommait flambait déjà à 19 ans avec la modeste formation d’Arab Contractors, ce qui lui aurait logiquement valu un premier transfert du côté d’Al Ahly ou Zamalek, avant peut-être d’envisager le départ pour l’Europe. Mais la tragédie de Port-Saïd et l’arrêt du championnat égyptien pendant de longs mois a poussé ce virevoltant ailier droit à un exil précoce, direction la Suisse où il étonne par sa rapidité d’intégration. Vif, excellent techniquement, il a pris la place de titulaire au « vieux » David Degen et crevé l’écran contre les Spurs, au point d’intéresser MU, l’Inter et plusieurs formations allemandes. Il fêtera ses 21 ans le 15 juin prochain.


Marco Streller, le gardien du temple.


A bientôt 32 ans, Marco Streller est le capitaine expérimenté d’un groupe talentueux mais particulièrement jeune. Depuis la mise en retrait d’Alex Frei, qui a précédé sa retraite sportive, il est aussi le seul attaquant de pointe d’une formation évoluant en 4-1-4-1 ou 4-2-3-1. Revenu au club de ses débuts en 2007 après une expérience mitigée en Allemagne, le géant suisse assure sa quinzaine de buts chaque saison, se consacrant exclusivement à son club depuis qu’il a décidé de mettre un terme à sa carrière internationale en 2011. En regardant dans le rétro d’une carrière déjà bien remplie, on peut se dire que Streller n’a pas véritablement explosé comme on pouvait s’y attendre à ses débuts, mais il reste une valeur sûre, capable de scorer à tout moment et de se montrer altruiste s’il le faut, comme en attestent ses deux passes décisives lors des deux rencontres face à Tottenham au tour précédent.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 6 heures La double fracture de McCarthy 2 il y a 6 heures Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 il y a 7 heures Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9