En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options

Le 1er juillet au PSG

Nous sommes le 1er juillet, et le club le plus riche de France, le 5e d'Europe, n'a toujours pas dépensé le moindre euro sur le marché des transferts. Personne n'a quitté la capitale non plus. Alors que l'on célèbre aujourd'hui la naissance de Christian Estrosi, Carl Lewis, Kev' Adams, ainsi que la fête du déménagement au Québec et celle du lever du soleil de juillet pour les hippies bulgares, où en était le PSG à la même date depuis le rachat par QSI le… 1er juillet 2011 ?

Modififié

2011, Leonardo dans les tuyaux


Pour 50 millions, QSI s'offre 70% du PSG. C'est officiel le 1er juillet, et ça change tout pour le club de la capitale qui rêve plus grand pour la première fois depuis longtemps. Histoire de crédibiliser le projet, les Qataris cherchent à s'offrir une tête de pont sportive. Dès le 1er juillet, le nom de Leonardo est jeté sur la place publique. L'ancien joueur parisien (1996-1997) et proche de Michel Denisot doit venir avec son carnet d'adresses, sa connaissance de la Serie A, sa classe naturelle et son bagout. L'objectif est simple : construire une grosse équipe en partant de rien. À l'époque, Siaka Tiéné est titulaire au PSG. Le Qatar a de l'argent, mais pas encore de gros noms. Seuls Kevin Gameiro et Nicolas Douchez ont signé pour le moment. Courant juillet 2011, le chéquier va pourtant marcher à vitesse grand V : Ménez, Matuidi, Biševac, Sirigu, Sissoko, avant de s'emballer en août avec Pastore et Lugano.

2012, Lavezzi premier de cordée


L'été de toutes les folies. C'est la première reprise de Carlo Ancelotti dans la capitale. Et l'Italien veut du concret. Du lourd, sexy, clinquant, efficace, prometteur et doué. Son vœu est exaucé avec la signature d'Ezequiel Lavezzi le 1er juillet, juste avant de partir en stage. L'Argentin débarque contre une trentaine de millions d'euros. Ce n'est que le début d'un mois de juillet complètement fou. Personne n'est vraiment prêt, en fait. Entre le 10 et le 20 juillet, le PSG valide les arrivées de Zlatan Ibrahimović, Thiago Silva et Marco Verratti. Fin août, c'est Gregory van der Wiel qui débarquera dans la capitale. C'est sans doute l'été le plus important du PSG, puisque pour la première fois, des titulaires de top clubs signent dans la capitale. Des internationaux. L'arrivée de Lavezzi a donné le la, les trois « juillettistes » un rythme de symphonie à cette équipe. Un été parfait.

2013, Cavani dans le viseur


Leonardo suspendu depuis le mois de mai, c'est dans l'ombre que le directeur sportif agit. On ne le sait pas encore, mais le Brésilien quittera la capitale avant l'arrivée des premières chaleurs du mois d'août. En attendant, le garçon ne chôme pas. Il veut partir sur une belle note et offrir au bizut Laurent Blanc une belle équipe. Le 1er juillet, seuls Laurent Blanc et son staff sont arrivés (Nicolas Dehon en entraîneur des gardiens, Jean-Louis Gasset son adjoint et Philippe Lambert à la préparation). Côté joueurs, c'est le néant. Aucune nouvelle tête à la reprise, mais déjà des pistes très sérieuses, notamment celle menant à Edinson Cavani. Pour que Naples laisse partir son joyau, il faut s'aligner sur la clause libératoire : 63 millions. Valable jusqu'au 10 août. Sous contrat avec le Napoli jusqu'en 2017, le Matador n'est pas contre l'idée de rejoindre la capitale. Surtout que Leonardo le harcèle en ce sens. Moralité, l'Uruguayen signera au PSG le 16 juillet. Juste entre les deux dernières recrues de « Leo » . Lucas Digne le 13, Marquinhos le 19. Coût du trio : plus de 100 millions d'euros.

2014, David Luiz déjà validé


Fair-play financier oblige, le PSG s'était senti obligé de sortir la CB très rapidement l'an dernier. Avant même l'ouverture du mercato, les Parisiens officialisent David Luiz contre 50 millions d'euros. On était fin mai et on se disait que QSI allait tout ramener dans la capitale : CR7, Di María, Pogba. Sauf que le 1er juillet, seul le Swiffer capillaire est parisien. Un poil présomptueux avec l'UEFA, les dirigeants parisiens vont passer leur mois de juillet à jongler entre les rumeurs, les refus et les arrangements financiers. Moralité, Serge Aurier rejoindra la capitale avec un prêt avec option d'achat pour 2015 fin juillet. Et c'est tout. Comme quoi, dans l'histoire QSI, à l'exception de David Luiz, aucune recrue phare n'a débarqué avant le 1er juillet. Comme quoi, on s'inquiète pour pas grand-chose. Comme souvent.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 16
il y a 4 heures Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 24 Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 59