Le 11 type des remplaçants de Premier League

Mercato oblige, l'heure est à la quête du joker de luxe. Le joueur capable d'inverser le cours d'une saison. De l'autre côté du tunnel, beaucoup de beaux noms sont obligés de chauffer le banc alors qu'ils auraient leur place sur la pelouse dans la majorité des équipes. Petite revue d'effectif des cracks, obligés de partager le banquette avec le physio.

0 5
GARDIEN

Marton Fulop (Sunderland) : 26 ans, 1m97 pour 92 kg. Un beau bébé hongrois, propre sur lui qui prend de la place sur le banc de touche. Pourtant il a réussi à squatter la ligne de but les premières semaines avant de devoir laisser sa place à l'asperge écossaise Gordon.

DEFENSEURS

Fabio Aurelio (Liverpool) : "Jh 30 ans rch relation suivie avec jclub en manque d'expérience". Deux championnats d'Espagne à la cocarde, une coupe de l'UEFA dans la vitrine et un Community Shield pour mettre du beurre dans les pâtes. Fabio a du métier à revendre et une patte gauche pas dégueu. Gratuit en juin prochain.

Alex (Chelsea) : Un physique de déménageur breton ou de boxeur sud-américain. Au choix. Le taff d'Alex cependant reste de défendre son pré carré. Jusqu'à preuve du contraire, le brésilien est plutôt pas mauvais dans le genre. Peut aussi dépanner sur les coup-francs. Enfin l'énergumène n'a que 27 ans et encore quelques belles années devant lui. Avec le même poids et cinq ans de plus, Ronaldo vole. Alex peut courir.

Emmanuel Eboué (Arsenal) : Le guide du parfait remplaçant. Malléable à souhait, l'Ivoirien est capable de jouer n'importe où, n'importe quand, avec n'importe qui, n'importe comment et pourquoi ? Parce que le joueur n'a aucun probable d'ego avec cette situation.

Michel Salgado (Blackburn) : La nuque la plus célèbre de toute l'histoire du Real Madrid, accessoirement président du club de rink hockey de Vigo. C'est peu dire si l'espagnol est en pré-retraite. En même temps, le latéral a pour habitude de vivre vieux, se contentant de défendre. Dans le cas de Salgado, le petit bonus est une possible reconversion dans le staff.

MILIEUX

Joe Cole (Chelsea): Se faire les croisés, ça ne pardonne pas. Revenu des méandres de la salle de gym et des visites chez le kiné, l'anglais a dû mal à faire reparler la poudre. L'heure tourne sur la tocante et l'AfSud se dessine sans lui alors que le Kid de Chelsea à sa place dans n'importe quelle équipée sauvage de Champion's.

Vincent Kompany (Manchester City) : Le plus grand espoir du football belge a tôt fait de décevoir. Avec sa tête de martien, le belge n'a jamais trop réussi à s'adapter en dehors de ses terres. A City, l'arrivée de Roberto Mancini ne change pas la donne. Au mieux, il peut espérer cirer le banc pour grappiller quelques secondes, au pire regarder les collègues des tribunes. Alors qu'une équipe du ventre mou se satisferait seulement de son physique.

Yossi Benayoun (Liverpool): Seul Rafa Benitez sait pourquoi l'Israélien figure toujours dans la colonne remplaçants sur le paper board. Certes il vend pas du rêve en boîte de 12 avec son look de lycéen négligé, mais qu'est-ce qu'il fait mal à l'adversaire dès que son compte est crédité de quelques minutes de temps de jeu.

Jermaine Jenas (Tottenham) : 15 matchs dont 8 en tant que remplaçant. Le milieu de poche est vivace sur sa ligne droite. Digne successeur des Defoe, Wright-Philipps, Dyer, sorte de frère siamois de Walcott, The peut faire la diff' à tout moment. Suffit d'être patient.

ATTAQUANTS

Tuncay (Stoke City) : Pensait certainement avoir sa place réservée dans le onze de départ du promu, mais la saison des Potters a trop bien démarré sans lui. Techniquement irréprochable, il a l'avantage d'envoyer des grosses cacahouètes. Cet été, Liverpool aussi était sur les rangs. C'est ce qu'on appelle un rendez-vous manqué.

Michael Owen (Manchester United) : On a beau dire ce qu'on veut, ce petit corps malade sait où se situe le but. Seul inconvénient, la séance d'étirements pour imbriquer toutes les parties de son corps ensemble. Sir Alex n'est que trop conscient que d'aligner le petit à chaque match est susceptible de le faire rechuter. Dans le cas contraire, l'Ecossais ne se priverait pas.

Auraient pu être cités : Tomas Rosicky (Arsenal), Eduardo, Nicklas Bendtner, Theo Walcott, Mikaël Silvestre, Philippe Senderos, Emile Heskey (Aston Villa), Benedict McCarthy (Blackburn), Ivan Klasnic (Bolton), Johan Elmander, Salomon Kalou (Chelsea), Florent Malouda, Deco, Lucas Neill (Everton), Nick Barmby (Hull City), Bernard Mendy, Voronin (Liverpool), Aquilani, Kyrgiakos, Ryan Babel, Andrea Dossena, Roque Santa Cruz (Manchester City), Martin Petrov, Vincent Kompany, Sylvinho, Nani (Manchester United), Kuszczak, Nwankwo Kanu (Portsmouth), John Utaka, Fraizer Campbell (Sunderland), Jermaine Jenas (Tottenham),Roman Pavlyuchenko, Carlo Cudicini, Alessandro Diamanti (West Ham), Valon Behrami, Kieron Dyer, Luis Jimenez, Ronald Zubar (Wolverhampton) pour conclure en beauté.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Oh Kompany est titulaire à chaque fois depuis Mancini. Faut mater un peu plus la PL avant de balancer les bons mots. En vous remerçiant.
Haha, c'est tellement vrai pour Eboué!!

Par contre Kompany est titulaire quand il n'est pas blessé.
Parce qu'il revenait de blessure. Mine de rien, ça ferait un bon candidat au ballon de plâtre.
Ca m'apprendra à participer, tiens.
d'accord pour dire que Joe Cole n'a pas encore retrouvé ses jambes et que l'horloge tourne pour la coupe du monde.

En revanche on ne peut pas vraiment dire qu'il soit remplaçant. Depuis qu'il est revenu de blessure il est plus titulaire que sur le banc
le choix de Michael Owen est judicieux ;) ! Sans les blessures à répétitions il aurait était un très très grand joueur, deja que pour moi c'est un des meilleurs attaquants de premiere league...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 5