Le 11 de...Johan Micoud

Trois italiens, deux espagnols, deux brésiliens, deux argentins, un portugais, un français et un serbe. Oui un serbe. « Je voulais équilibrer au niveau des nationalités » . Voici l'arche de Noé rêvé de Johan Micoud, coach compris.

0 0

GARDIENGianluigi Buffon : C'est le meilleur sur la durée. J'ai eu la chance de le connaître pendant un an, de m'entraîner tous les jours avec lui. J'ai été bluffé. J'ai longtemps hésité avec Barthez mais mon choix s'est porté sur Buffon, car sur la longévité je le trouve plus régulier.DEFENSEURSPaolo Maldini : Pour sa longévité, son parcours, la classe du joueur. Pour tout ce qu'il représente aussi. Il a fait toute sa carrière dans le même club même si c'est facile de faire toute sa carrière dans un club comme le Milan AC.Nemanja Vidic : Actuellement, c'est le joueur qui m'impressionne le plus. Le meilleur arrière d'Europe. C'est le défenseur par excellence. Très difficile à passer, toujours bien placé, limite truqueur et malin pour être bien positionné au moment du duel.Lilian Thuram : C'est un des plus grands défenseurs avec lequel j'ai joué et contre lequel j'ai joué. Un exemple de professionnalisme. Très intelligent sur le terrain, un malade de travail, qui régulièrement répétait les exercices après chaque entraînement. S'il a fait une telle carrière, c'est pour ça.Cafù : Il a été le précurseur des arrières latéraux modernes. C'est le premier qui a apporté énormément offensivement et qui savait aussi défendre.MILIEUX Guardiola : Un de mes modèles au début de ma carrière. Luis Fernandez, quand j'ai débuté ma carrière, voulait qu'on joue comme le Barça d'avant. Et Guardiola jouait dans la même position que moi. Sauf que lui était un genre de numéro 10 reculé. Tous les ballons passaient par lui. Sa vision du jeu et son intelligence sur le terrain, il les démontre toujours en tant qu'entraîneur.Xavi : Il touche entre 80 et 100 ballons par match et s'il en perd deux, c'est le maximum. La couverture de balle, le style, toujours disponible, très peu de touches de balle et il joue toujours juste.Cristiano Ronaldo : Même si tout le monde le critique sur son côté arrogant, un peu playboy, à côté de cela, c'est un grand professionnel. J'ai des amis qui l'ont côtoyé au quotidien à Manchester et les mecs te disaient que c'était le premier à l'entraînement. Il travaillait avant, il s'entraînait et après il restait pour travailler les frappes. Quand le mec fait tout ça, il n'y a que du respect. Une saison à 40 buts alors que c'est un milieu à la base. Il est plus grand par rapport à Messi. Au duel, il ne s'échappe pas. Physiquement, il s'est endurci en Angleterre. Et puis il est si rapide dans l'exécution de ses dribbles, et il a une énorme frappe.Maradona : Le génie, mais aussi pour la folie du personnage. Tout ce qui me plaît c'est qu'il n'a rien de normal. Il ne ressemble à personne d'autre. On dit qu'il avait qu'un pied gauche mais quel pied gauche. Tu ne regardais le match que pour lui. Messi : Vingt-deux ans et déjà que dire de plus sur lui. Ce qui m'impressionne c'est le nombre de touches de balle dans ses courses. Il a constamment le ballon collé au pied ce qui lui permet à tout moment de changer de direction et d'être plus rapide que le défenseur, d'être capable d'éliminer sur un petit périmètre. En plus avec sa petite taille, il a un bon jeu de tête. Il doit juste confirmer en équipe nationale tout ce qu'il fait à Barcelone. La Coupe du Monde arrive à point nommé.ATTAQUANT Ronaldo : J'aurais pu mettre Romario, mais Ronaldo fait plus partie de ma génération. Et puis ça manquait de brésiliens. Il a gagné son premier Mondial sans trop jouer. Le deuxième, il le perd en finale contre la France. Le troisième, il le gagne presque tout seul en marquant les deux buts en finale. Il est toujours revenu malgré les blessures. Au Brésil, malgré son surpoids, il a gagné le championnat et la coupe. On n'a pas envie de le voir s'arrêter.ENTRAINEUR Trappatoni : Pour sa capacité à s'adapter dans tous les championnats et pays par lesquels il est passé. Il a réussi dans d'autres pays à imposer son style. Et puis la classe du personnage. J'aurais pu dire Guardiola, mais je l'ai déjà mis en joueur.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0