Le 11 de... Eric Elmosnino

Actuellement à l'affiche du film de Judith Godrèche, « Toutes les filles pleurent » , Éric Elmosnino se paye aujourd'hui des vacances bien méritées. Entre deux quarts de finale de Ligue des Champions, il a quand même pris le temps de faire son équipe de rêve. Sympa.

Modififié
0 0

GARDIEN :Sepp Maier : J'ai vraiment hésité avec Dassayev mais Maier, c'est vraiment le mythe. Je me rappelle de lui et son long short lors la Coupe du Monde 74, c'était marrant. Ça m'a marqué, c'était mon premier Mondial.DÉFENSEURS :Manu Amoros : Quand il débarque au Mondial à 20 ans, c'est incroyable. Si je me souviens bien, il était parmi l'un des premiers latéraux gauches à vachement contre-attaquer. Attends, le mec était capable de monter et descendre pendant 90 min... Pour moi, c'est plus fort que Lizarazu.
Ricardo : Tout simplement monstrueux, Alain Roche racontait même que les attaquants bifurquaient dès qu'ils le voyaient ! D'ailleurs, je l'avais croisé quand il entrainait Bordeaux, il était venu voir le "Médecin Malgré lui" à l'époque. C'était marrant parce qu'il est venu me féliciter au resto après, je lui ai dit que c'était à moi de le féliciter !
Franz Beckenbauer : Bon bah là, ça se discute même pas. Ça relançait aussi devant et c'était l'un des premiers mecs qui n'hésitaient pas à monter. Et puis il a cette espèce d'élégance...
Maxime Bossis : Il fait partie de cette Équipe de France qui m'a vraiment marqué, plus que celle de 98 d'ailleurs. Je l'ai vu faire des matchs de fou et puis défensivement, c'était costaud. MILIEUX: Michel Platini : Selon moi, il reste un cran au-dessus de Zidane. Il avait cette vision globale du jeu et il était aussi capable de tuer face au but.
Johan Cruyff : Pareil que Rzenvrick. Souvenirs des cinq premières minutes de la finale 74. Cruyff accélère et se fait faucher dans la surface. Un peu de l'Ajax, mais on voyait pas les images sur le coup. Et puis ce maillot de l'Ajax assez classe aussi.
Diego Maradona : Pour moi, c'est le plus fort que j'ai vu jouer. Je n'ai pas vu jouer Pelé. A ce propos, Messi est impressionnant, mais pas encore aussi fort. Maradona gagne un Coupe du Monde à lui tout seul. Si Messi fait ça en Afrique du Sud, alors OK !
Robert Rensenbrink : J'ai adoré Anderlecht dans les années 70, donc je voulais absolument un mec de cette équipe. Je sais pas d'où sort ma fascination, peut-être du côté rock'n roll, mince à cheveux longs. Enfin, tout ce que à quoi je ne ressemblais pas physiquement quoi !
Garrincha : D'abord, il y a un aspect sentimental, car j'ai joué la pièce "Monsieur Armand dit Garrincha". Et puis au Chili en 1962, il gagne le Mondial à lui tout seul alors...ATTAQUANT:Pelé : Tu ne peux pas ne pas le mettre. Je l'ai vu jouer après coup, il est capable de tout, que ce soit dans la surface ou de la tête. Ok, il jouait plutôt numéro 10, mais je le mets avant-centre quand même. Il y a certes une lacune dans le repli défensif, mais bon, c'est pour la beauté du jeu. Voilà, je pense qu'avec ça, on peut faire tourner le ballon. Ce n'est pas très défensif, mais enfin, rien à foutre.Lire : L'interview de Eric Elmosnino dans le So Foot 74

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Ciani vs Larqué
0 0