Lazio, partie pour durer ?

Après trois saisons passées dans le ventre mou du classement, la Lazio a retrouvé cette saison les hauteurs, même si elle a échoué aux portes de la Ligue des Champions. L'arrivée de Klose dès les premiers jours du mercato est un message fort : cette Lazio-là ne veut plus vivre dans l'ombre de sa cousine.

Modififié
0 27
Claudio Lotito est coutumier du fait. Depuis son arrivée à la tête de la Lazio, en 2004, le président romain a souvent laissé les tifosi sur leur faim. Avant le Brésilien Hernanes, arrivé l'été dernier à Rome au terme de tractations qui ont duré des semaines, bien peu de noms ronflants avaient fait rêver les foules. Les joueurs devenus leaders de l'équipe (Rocchi, Zarate, Pandev, Ledesma ou Mauri) ont plutôt été des paris gagnants que des recrutements vrombissants. Il est effectivement loin le temps où une myriade de stars aux salaires mirifiques débarquaient de ce côté-là du Tibre. Paradoxalement, ce sont justement ces gros salaires qui ont entraîné la chute du club, lors de l'été 2004. Une dette colossale et une faillite imminente : Claudio Lotito est arrivé in-extremis pour sauver les meubles.

Mais par conséquent, depuis sept ans, celui qui « parle de football, mais pas de ballon » s'efforce de ramener les comptes dans le positif en menant une politique financière presque drastique. N'en déplaise aux supporters, qui préféraient assurément voir Nesta-Nedved-Salas battre Manchester United que Cribari-Baronio-Makinwa perdre contre Cagliari. Alors, cette année, Claudio Lotito a décidé de prendre tout le monde à contre-pied. Alors que le mercato n'est officiellement ouvert que depuis le 7 juin, il officialise dès le lendemain l'arrivée de Miroslav Klose. Le voilà, le fameux buteur réclamé par le coach, Edy Reja, depuis plus d'un an. Certes, l'Allemand n'est peut-être plus aussi affuté qu'il y a quelques années (il a fêté la semaine dernière ses 33 ans), mais il demeure habité par l'envie de se relancer. Et parfois, l'air d'ailleurs fait du bien. N'est-ce pas Raùl ?



Lotito III, Redemption



Or, c'est déjà une certitude, d'autres vont suivre. Lotito ne veut pas perdre de temps, et souhaite construire sa future équipe au plus vite, avant le stage de pré-saison à Auronzo di Cadore. Lorik Cana, l'ancien Marseillais, serait bien parti pour signer. Tout comme le Bosniaque Lulic, petit ailier prometteur des Young Boys de Berne. Dans les cages, Marchetti, gardien de la Nazionale pendant le Mondial 2010, devrait remplacer Muslera, destiné à partir après la rupture entre son agent et Lotito. D'autres noms fusent. Konko, Djibril Cissé, Biondini, Contento. Tous n'arriveront pas, évidemment. Mais la volonté est là. La volonté de prolonger une saison positive, mais surtout, de ne pas reproduire les erreurs passées. Lotito est du genre têtu, voire borné, mais depuis quelques mois, il affiche un esprit de rédemption envers les supporters. Car ces derniers ont du mal à lui pardonner certaines choses. Lors de la saison 2006-07, la Lazio se qualifie pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions. On annonce des renforts.

Au final, personne n'arrive hormis des joueurs foireux comme Del Nero, Meghni ou Scaloni. Résultat, avec une profondeur de banc proche du néant, l'équipe se fait sortir au premier tour de la C1 et lutte pour le maintien en championnat. Deux années plus tard, rebelote. La Lazio remporte la Coupe d'Italie et se qualifie donc pour l'Europa League. Même histoire. Voilà que débarquent Eliseu et papy Julio Cruz, de la grosse star. Mêmes conséquences : la Lazio se fait sortir au premier tour, encore, et lutte pour le maintien, encore. Deux fois les mêmes conneries, ça suffit. Lotito a compris. Et puis, maintenant, il est épaulé par un aigle.



Les points sur les « i » d'Igli



Pour mieux comprendre, d'ailleurs, le patron biancoceleste a engrangé les conseils du vieux briscard Edy Reja. Arrivé à Rome au mois de février 2010 pour tenter de sauver un navire qui allait tout droit vers l'iceberg Serie B, Reja a radicalement transformé l'équipe. Même si certains supporters lui reprochent son manque de fantaisie et quatre derbys perdus, force est de constater qu'en un an, la Lazio n'est plus la même. 12ème avec 46 points l'an dernier, elle termine l'exercice 2011 à la 5ème position avec 66 unités. Le fruit d'une équipe construite avec plus de cohérence et renforcée habilement lors des dernières fenêtres de mercato. L'ossature de l'équipe s'est dessinée, autour de joueurs clefs comme Andre Dias, Ledesma ou Hernanes, meilleur buteur du club cette saison. Sans nul doute, avec davantage de conviction (et un ou deux joueurs en plus), les Laziali auraient pu accrocher le tour préliminaire de la C1. Malgré la déception pour l'objectif Ligue des Champions envolé à deux journées de la fin, la saison a été positive, et Reja ne souhaite pas s'arrêter en si bon chemin. Un peu déçu, mais loin d'être résigné, il n'attend que deux jours après la conclusion du championnat pour convoquer Lotito et Igli Tare, le directeur sportif. Objectif de ce colloque : mettre les points sur les "i" et donner sa petite liste pour la saison prochaine. Une liste tenue secrète, mais qui, sait-on, comporte un avant-centre, un milieu de terrain, un défenseur et un gardien de but. Lotito ne met que quelques jours pour se muer en Père Noël et ramener dans sa hotte le premier des quatre.

Querelle de famille

Ce changement radical de façon d'agir a une explication. Lotito veut inscrire sa Lazio dans la durée. Pour ce, le message est clair : « Que ceux qui veulent rester restent, que ceux qui veulent partir partent » . Personne n'est invendable. La preuve : Lichtsteiner est convoité par la Juve. « J'attends leur coup de fil » ironise Lotito. Mauri entend les sirènes milanaises. « Mauri ? Il reste. Personne ne me l'a demandé » affirme encore le boss aux quatre téléphones portables. Néanmoins, derrière ce discours un tantinet provocateur, Lotito sait qu'il n'est absolument pas question de tout chambouler. La 5ème place obtenue cette saison doit être le début d'un nouveau cycle. De plus, pour la première fois depuis huit ans, la Lazio s'est payé le luxe de terminer devant l'AS Roma au classement, après sept championnats au cours desquels la rivale avait engrangé 101 points de plus (près de 17 points de moyenne par saison). Or, la primauté dans la Ville Éternelle peut servir de nouveau point de départ. La Roma aura du répondant, avec la nouvelle aventure construite autour de Luis Enrique. Mais la Lazio ne veut pas rester là, à regarder impuissante les exploits de son ennemie jurée, en espérant que l'Inter et le Milan AC l'empêchent d'aller titiller le titre. Elle aussi, veut en être. Elle aussi, veut son rôle de protagoniste. Elle aussi, veut rêver.



Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Bamboo, je sens que tu vas jeter un coup d'oeil au forum ;)
La lazio, un exemple de gestion financière saine.
Lotito est un président incompris de ses supporters mais il a une vision, des idées (en gros ce qui manque en général au football italien).
Et contrairement à ce que dit l'article, Lotito c'est aussi un gros transfert par an (Zarate, Hernanes, Klose etc).

Mais, je n'arrive pas à comprendre le fait qu'on veuille se séparer de Muslera (24 ans) pour MArchetti (27) alors qu'ils sont de niveau équivalent et que l'uruguayen est plus jeune!
personnellement, je suis 100% pour le changement de gardien. Je trouve Muslera très irrégulier et il a certaines lacunes, notamment dans les sorties aériennes et est peu réactif sur les abllons rza de terre, que la lazio a payé cher cette année. Je trouve Marchetti beaucoup plus complet.

Mais comme le dit bien l'article, le plus gros problème avec Muslera, c'est l'escroc qui lui sert d'agent (Fonseca, ancien romanista qui plus est ...)
Le problème avec Muslera est comme a dit Pampan qu'il est trop manipulé par son agent. Mais aux dernières nouvelles, il aurait refusé le challenge sportif du Galatasaray et attendrait une offre d'un club Allemand ou Italien.
Sinon je parie ce que vous voulez que Lotito fait dans la diversion et qu'il fera signer Storari (dans le deal de Lichsteiner) à la fin et garder Muslera comme second.
J'aimerai bien qu'il nous ramène Storari au lieu de Marchetti, et puis Muslera il veut plus aller en Turquie (il savait pas que Galatasaray ne jouait pas l'Europe).
Equipe de faf soutenue par un public de faschos, qui a gardé un joueur comme Di Canio pendant tant d'années.

En deuxième division elle devrait être cette équipe, ça ferait bien plaisir!
@djavo : je ne me lancerai pas dans une discussion endiablée avec toi sur les ascendants politiques des tifosi en Italie, je te sens trop limité intellectuellement pour tenir le débat ... mais ta remarque ultra pertinente et argumentée m'amène une question :

que penses tu de West Ham, Charlton, le Napoli et la Juve ? équipes de faf ? publics de faschos ? méritent la 2e div (ok, c'est fait pour certains...) ?
@Pampan, franchement toutes les équipes soutenues par un public de faf me donnent envie de dégueuler!

N'oublions pas l'Espagne avec les Ultras du réal et autres clubs. On peut même parler de Nice qui a un public affreux.

Le problème de la Lazio c'est qu'ils l'ont toujours clamé haut et fort en hébergeant un facho pur jus à la maison, et ça, je suis désolé mais je peux pas oublier.

Aussi vrai que j'irai jamais passer mes vacs en Autriche, j'ai la nausée dès que je tombe sur un match de la Lazio!
Une équipe de fascos qui a un Albanais comme directeur sportif et un Oriundo (argentin naturalisé italien) comme capitaine, étrange comme constat quand même.

Sinon Di Canio a beau avoir commis l'erreur de faire ce salut romain à la fin d'un derby, il a un trophée que peu de gens ont gagné: Le FIFA Fair Play Award.
@Zakariya1111: excuse moi, mais ton com m'a fait bondir. Il a "commis l'erreur de faire ce salut romain à la fin d'un derby"????

Erreur????? Un salut nazi. Dis moi que tu n'es pas sérieux!!!!

Ce mec est une honte pour le football, et il a sali à jamais ce club, et je te promets, pas que pour moi.

Mais si ce n'est qu'une erreur, je vais aller apprendre à mes gosses à faire quelques salut nazis pour fêter leur buts, entre nous bien sur, je veux pas qu'ils se fassent cramer comme Di Canio!
Finalement je ne résiste pas, mais je vais faire bref car ton ignorance me dérange :

- Les élans racistes constatés début des années 2000 se retrouvaient dans une grande majorité des tifoserie italiennes, estampillées "de droite" comme "de gauche" (inclus la Roma par exemple), ce qui n'en excuse aucune je te l'accorde.
- La stigmatisation de la Curva Nord EN FRANCE (je précise car ce n'est pas ou peu le cas ailleurs) est le fruit d'un débalage médiatique de cette époque dans lequel la Lazio a fait office de victime sacrifielle et qui a bien évidemment conditionné le point de vue de jeunes ados prépuberts, comme cela a du être ton cas.
- les Irriducibili, qui étaient catalogués comme le groupe "fascho" de la Curva, ne sont quasiment plus présents depuis leur grève contre la tessera del tifoso
- Pas de banderole ni chant raciste dans les travées de l'Olimpico depuis bien 3 saisons ...
PS : les équipes que j'ai citées étaient simplement celles pour lesquelles PDC a joué. Je voulais simplement savoir si ton argument s'appliquait toujours ...

non ?

ça confirme donc bien ce que je dis dans le dernier post
Les mêmes gosses à qui tu montreras des séquences du jeu léché du Barça de Guardiola, sans préciser que le milieu défensif de cette équipe de rêve est convaincu que les Noirs sont des singes je suppose.

Le geste de Di Canio est une gravissime erreur, mais ça n'empêche que le mec a aussi fait des choses qui impliquent du respect.

Moi mes gosses je leur apprendrai que Maradona était un grand meneur de jeu (sans leur dire qu'il était toxico), que Guardiola était un grand entraîneur (sans leur dire qu'il se dopait), que Signori était le meilleur avant-centre de tous les temps (sans leur parler des paris truqués) et que Di Canio était un vrai guerrier sur le terrain et un gars fair-play (sans leur dire qu'il était fasco)..après c'est comme ça que je vois les choses.
@Pampam: Merci pour tes précisions, tu as illuminé ma journée.

Si tu relisais bien mes posts, tu verrais que ce n'est pas seulement les chants racistes qui m'ont gêné, il y en a malheureusement dans tant de stades en Europe....

Moi ce qui m'a donné la nausée c'est Di Canio. Je crois que c'était le capitaine de l'équipe non? Il a fait un salut fascho non?

Avoir un joueur avec cette mentalité dans son équipe, le désigné capitaine ça ne signifie rien pour toi?

Mais bien entendu, comme l'a dit ton collègue, ce n'est qu'une erreur de la part de Di Canio, une simple ERREUR!

Je ne vais pas débattre de la lazio avec toi, je te le répète, je ne la suis pas, la seule vue de leur maillot me donne envie de gerber!

Et ça tu connais: "On pourra pardonner mais jamais jamais oublier!!!"
@Zakarya: là par contre je ne trouve rien à redire. Tu as tout à fait le droit d'omettre la vérité pour les présenter sous leur meilleur jour, c'est ton choix et je le respecte.

Moi je leur dirai la vérité. Que Maradona était un toxico, que Zidane était un gros con plus préocuppé par sa com qu'autre chose, que Busquets était immonde et que Di Canio était un fascho.

Je sais qu'on parle de football, et qu'au fond ce n'est qu'un jeu. Mais maintenant qu'on est en plein dans le foot buisness, je trouve que l'exemple que va donner un joueur sur le terrain est aussi important que son rendement.

Pour faire court, je ne peux pas cacher à mes enfants que Di Canio était un fascho, comme je pourrais jamais leur cacher que la majorité des français ont pratiqué la délation pendant la guerre ou que les catholiques ont légitimé l'esclavage.
@Pampan: t'as pas d'infos concernant la nouvelle recrue Senad Lulic sinon?
@zak : il passe la visite médicale demain (jeudi), c'est quasi fait ! 2.5M€ a priori

@djavo : c'est bien ce que je dis, selon toi, tous les clubs ayant hébergé PDC sont "mauvais", tu vas vraiment vite en besogne ...
Et évidemment PDC est le seul joueur fascho de l'histoire ... et bien non, il y en a bien d'autre, sauf que le déferlement médiatique sur la Lazio a focalisé l'attention sur lui, (ok il aime bien se faire remarquer), CQFD

mais bref je savais qu'il ne fallait pas que je me lance là dedans, alors j'arrête, de toutes façon j'estime connaître suffisamment le club et la Serie A pour porter un jugement, et toi, tu as suffisamment de préjugés pour que le tiens soit occulté, tu le dis toi même.
visite médicale demain, c'est rpesque fait
Sur le forum arabe de kooora.com, ça fait presque 2 semaines qu'ils annoncent sa signature dans les 48 heures qui suivent, quelque chose me dit que sa notion du temps risque d'en faire un nouveau Garrido :D
Facho sûrement, n'empêche que c'était un sacré bon joueur, le Di Canio!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 27