En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barrages
  3. // Lazio/Bayer Leverkusen

Lazio, l'été de tous les dangers

Alors que la plupart des grosses cylindrées italiennes surfent sur l'enthousiasme d'un nouveau projet, la Lazio passe un été difficile et ce barrage contre le Bayer décidera probablement de la tournure de sa prochaine saison.

40 millions d'euros, c'est le montant auquel la Lazio peut renoncer en loupant la qualification pour la phase de groupes de la Champions League. Et l'éventuel reversement en Ligue Europa ne recouvrirait que partiellement le manque à gagner. Il faudra aussi éviter de jeter un œil sur les statistiques, puisque depuis la réforme des barrages made in Platini, les clubs italiens n'ont passé cet obstacle que deux fois sur six. Il s'agissait de la Fiorentina en 2009 et du Milan en 2013, tandis que l'Udinese par deux fois, le Napoli et la Sampdoria échouèrent tour à tour, pour bien souvent complètement s'écrouler les mois suivants. Attention danger.

Cinq revers d'affilée, série en cours


On a beau répéter que prendre en compte les résultats des matchs amicaux estivaux risque de fausser tout jugement, difficile de ne pas s'inquiéter pour la Lazio. En stage comme chaque été à Auronzo di Cadore, les Biancocelesti ont d'abord infligé deux volées à des équipes de niveau district, mais ont ensuite enchaîné sur quatre revers. Et contrairement aux autres clubs italiens, ils n'ont pas affronté le gratin européen. Non, il y a eu Vicenza Calcio de Serie B (0-1), Anderlecht (1-3), le Sigma Olomouc tout juste revenu en D1 tchèque (1-3) et Mayence (0-3).

Les certitudes acquises lors de l'excellente dernière saison ont pris du plomb dans l'aile. Et un aigle touché dans cette partie du corps, ça donne un rapace inoffensif. C'est bien simple, lors de la Supercoupe d'Italie, les Laziali n'ont pas existé, Buffon passant une soirée des plus tranquilles. Une Juventus elle aussi convalescente n'a eu besoin de mettre qu'un petit coup d'accélérateur aux alentours de l'heure de jeu pour se débarrasser de son adversaire du soir, transformé en vulgaire sparring-partner.

Mercato en sourdine


Et pourtant, la Lazio avait fait le plus dur cet été, c'est-à-dire conserver ses éléments les plus prisés. Pas simple, quand on est un club aux disponibilités économiques finalement assez limitées. Felipe Anderson est encore là avec un nouveau numéro 10 sur les épaules, Candreva aussi, Marchetti et Radu ont prolongé. Mieux, l'effectif a enfin été dégraissé avec le départ de nombreux remplaçants superflus tels Perea, Pereirinha, Cavanda, Novaretti ou encore Ciani. Toutefois, cela risque d'être léger pour confirmer sa place dans le top 3 italien.

En effet, les clubs milanais ont décidé de passer à l'offensive et la concurrence s'est sacrément densifiée dans le haut de tableau. Idem pour le cousin romain qui montre toujours les crocs. Enfin, le Napoli et la Fiorentina comptent bien se mêler à la course au podium. C'est bien simple, à quatre jours du lancement de la saison, la Lazio figure en troisième ou quatrième ligne. Pour renforcer l'équipe, les dirigeants ont misé sur la jeunesse. Kishna, Morrison, Hoedt, Patric et Milinković-Savić, soit du 21 ans de moyenne d'age. C'est jeune, ça frétille, ça promet de belles plus-values, mais c'est probablement insuffisant pour jouer sur deux tableaux.

Un brassard orphelin


Pour ne rien arranger, le club connaît quelques turbulences en interne, notamment à cause de la désignation du nouveau porteur du brassard. Ses deux anciens propriétaires Ledesma et Mauri n'ayant pas prolongé, il s'est ainsi retrouvé vacant. Alors que beaucoup s'attendaient à ce que Candreva soit intronisé, le choix est finalement tombé sur Lucas Biglia. Cependant, quelques jours après l'officialisation de son nouveau statut, l'Argentin annonce en conférence de presse que sa permanence à la Lazio est incertaine. Il est fort probable que le capitanat lui ait été attribué pour le convaincre de rester. Une décision qu'Antonio Candreva a eu beaucoup de mal à digérer, et il ne s'en est pas caché, ce qui a un peu pourri l'ambiance à Formello.

Un dilemme qui pourrait être réglé par le retour de son ancien porteur, car Stefano Mauri pourrait rempiler avec le premier club de la capitale. Ce serait quelques jours après avoir eu l'assurance de ne plus rien risquer dans le cadre de la justice sportive suite à son implication dans le Calcioscommesse. La direction n'a donc pas hésité à se désolidariser en attendant que la situation se décante, comme pour ne pas compliquer un été déjà délicat.

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 7 heures Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) il y a 8 heures Quand Ronaldo planquait de la bière 46 il y a 10 heures Dupraz quitte le TFC 126 il y a 11 heures Robinho en route vers Sivasspor 57
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
il y a 14 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 4 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7