1. //
  2. // Supercoupe
  3. // Lazio/Juventus

Lazio-Juve, premier round de la saison italienne

Ce soir, à 20h45, la Lazio, vainqueur de la Coupe d’Italie, accueille la Juventus, championne en titre. Il s’agit là du premier match officiel de la saison en Italie, une semaine avant le début de la Serie A. Vous nous avez manqué, messieurs.

Modififié
8 13
27 mai 2013. Epilogue de la saison 2012/13 en Italie. C’est la finale de la Coupe d’Italie, à Rome, entre les deux sœurs ennemies : la Lazio et la Roma. Match combattu, peu spectaculaire, nerveux. C’est finalement la Lazio qui s’impose 1-0 grâce à un but de Senad Lulić à la 71e minute. Au coup de sifflet final, les tifosi de la Roma, pourtant réputés pour être toujours proches de leur équipe, quittent les travées du stade en moins de deux minutes chrono. Ils ne peuvent pas supporter l’idée de voir l’ennemi leur soulever la Coupe en pleine figure. Pourtant, ils ont dû s’y faire. Voilà bientôt trois mois que les Laziali se pavanent, leur répétant à tout-va : « T’ho alzato la coppa in faccia » ( « je t’ai brandi la Coupe en pleine face  » ) et en repeignant les murs de la capitale avec le nom de Lulić. 83 jours se sont écoulés depuis, et le spectacle va reprendre au même endroit que là où il s’est interrompu : au Stadio olimpico. Il n’est plus question de derby, mais bien d’un titre honorifique entre le vainqueur de la Coupe, la Lazio, donc, et la meilleure équipe d’Italie depuis deux ans, la Juventus. En jeu : la Supercoupe qui, pour la première fois depuis qu’elle se joue sur une confrontation unique, va se disputer chez le vainqueur de la Coupe. Les autres années, elle s’était déroulée soit à Pékin, soit chez le vainqueur du Scudetto. Et qu’on se le dise : cette « première » ne ravit pas franchement les champions d’Italie.

Tévez et Llorente compatibles ?

On a tendance à dire qu’en Italie, la Supercoupe est un trophée qui n’intéresse personne, sauf les deux équipes qui la jouent. C’est un peu vrai. Cette rencontre est pourtant un moyen idéal de bien débuter la saison. La Juve en sait quelque chose : l’an dernier, elle s’était imposée 4-2 face au Napoli, et avait ainsi fait comprendre à tous ses futurs adversaires qu’elle allait imposer une domination sans partage sur la Botte. Or, cette domination, Antonio Conte a bien l’intention de la faire perdurer cette année. C’est bien pour cela que la Vieille Dame s’est renforcée pendant l’intersaison. Trois arrivées importantes à mettre à l’actif des Bianconeri. Le défenseur latéral Ogbonna, en provenance du Torino, et surtout les deux attaquants, Fernando Llorente et Carlos Tévez. Les deux joueurs sont censés former le nouveau duo d’attaque de la Juve mais, pour le moment, la complicité est loin d’être évidente. On peut même dire que cet été, au-delà de l'entente Tévez-Llorente, la Juventus a eu du mal à se retrouver. Le bilan de ses matchs amicaux ? Trois défaites aux tirs au but contre le Milan AC, Everton et l’Inter, et une autre défaite contre les Los Angeles Galaxy. Les seuls succès sont arrivés face au Val d’Aoste et lors de la rencontre Juve À contre Juve B. Pas très glorieux.

Alors, certes, les matchs amicaux restent des matchs amicaux. Le résultat importe peu, ils servent surtout à tester et faire des expérimentations. Ce n’est pas Cesare Prandelli (4 victoires en 17 matchs amicaux avec la Squadra) qui dira le contraire. N’empêche qu’Antonio Conte n’a pas été satisfait. Et qu’il attend une vraie réponse de ses joueurs, ce soir, face à la Lazio. « Pour cette rencontre, je me fie de manière aveugle à mes garçons, je suis très serein sur ce point. Je travaille avec eux depuis plus de deux ans, j’ai beaucoup de certitudes, tant au niveau humain que sportif. La préparation a été dure, mais il va falloir être prêt » a-t-il affirmé en conférence de presse. Évidemment, tous les tifosi de la Juve se posent la même question : Conte va-t-il aligner Tévez et Llorente dès la première minute, ou va-t-il faire confiance à ses hommes habituels, ceux qui l’ont mené deux fois au Scudetto ? Pour le moment, le coach n’a pas donné de réponse définitive. Vučinić, qui a marqué cette semaine avec le Monténégro, est évidemment chaud bouillant pour débuter. Conte devra trancher. C’est d’ailleurs probablement déjà fait, dans sa tête.

Au bon souvenir de 1998

En face, Vladimir Petković, le coach de la Lazio, a déjà choisi. Et depuis longtemps. Ce sont, a priori, les onze joueurs qui ont battu la Roma le 27 mai dernier qui débuteront, ce soir, face à la Juve. Superstition ? Peut-être. Les nouvelles recrues pas encore prêtes ? Peut-être aussi. La Lazio n’a pas effectué un mercato très clinquant, a recruté quelques jeunes joueurs (les Brésiliens Felipe Anderson et Vinicus, le Colombien Bryan Perea, le Croate Elez) en plus de l’Argentin Biglia au milieu de terrain, et s’est surtout contenté de blinder ses pépites, à savoir Hernanes, Candreva, Marchetti et Klose. Le coach bosnien, qui a donc soulevé un trophée dès sa première saison en Italie, en est convaincu : son équipe peut battre la Juve. « Notre mental doit fonctionner comme lors de la finale contre la Roma, ce sera fondamental, contre équipe très forte. Je suis convaincu que nous pouvons mettre en difficulté la Juve. Gagner permettrait de clore de la meilleure des façons la saison dernière, et de bien débuter la nouvelle » a-t-il assuré, lui aussi en conférence de presse.

De fait, l’an dernier, la Lazio (qui a terminé 8e de Serie A après s’être écroulée en fin de saison) a toujours posé des problèmes à la Juve. En championnat, elle est allée chercher le 0-0 à Turin, avant de perdre 2-0 au retour (un match où les 4 défenseurs titulaires de la Lazio étaient suspendus). En demi-finale de Coupe, les Biancocelesti ont arraché un nul inespéré au Juventus Stadium (1-1), puis se sont imposés 2-1 au match retour, grâce à un but de Floccari à la 92e minute. En plus de cela, il y a la tradition. Juventini et Laziali se sont déjà affrontés une fois en Supercoupe d’Italie. C’était en août 1998. Même cas de figure : Juventus championne, et Lazio vainqueur de la Coupe. Le match s’était déroulé au stadio Delle Alpi de Turin, et les Romains s’étaient imposée 2-1, grâce à des buts de Nedvěd et Sergio Conceição (contre un pénalty de Del Piero), entamant ainsi un formidable cycle de succès, culminé par le Scudetto deux ans plus tard. Antonio Conte s’en souvient : il était sur la pelouse du Delle Alpi, ce jour là. La vengeance est un plat qui se mange froid. 15 ans plus tard, il serait même carrément congelé, ce plat.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

La classe à l'état pur ce Pirlo.

Ok, c'est fait !
Si on devait situer cette équipe de la Lazio dans notre Ligue 1, elle vaudrait quoi? Ce serait une sorte de Valenciennes voire de Saint Etienne? N'est ce pas Arsène.
Marek Hamsik Niveau : National
Note : 6
@Ozy

"eh bien mon cher Christian on pourrait plus parler de Stade Rennais, ou de Girondins de Bordeaux, ou les similitudes entre Cheick "le phénomène" Diabaté, et Klose paraissent évidentes".
Message posté par Marek Hamsik
@Ozy

"eh bien mon cher Christian on pourrait plus parler de Stade Rennais, ou de Girondins de Bordeaux, ou les similitudes entre Cheick "le phénomène" Diabaté, et Klose paraissent évidentes".


A Turin, ils considèrent un peu Pirlo comme leur José Saez, ils en sont bien évidemment très heureux
@deezy

à ton avis si Pirlo devait envier une qualité footbalistique de josé Saez ce serait laquelle? Et dieu sait qu'il a l'embarras du choix.
@ozymandias

Son jeu de tête. Sa frappe. Sa technique. Son sens du but et du jeu inné. Bref, absolument tout. #saezballondor13
Barry Allen Niveau : CFA2
Mais Ogbonna n'est pas un latéral gauche! Alors oui, il peut jouer (dans une défense à 4 en tant que latéral gauche) comme Chiellini par exemple mais avec le Toro il a presque toujours joué dans l'axe et depuis qu'il a signé à la Juve il a toujours était aligné en DC...

L'auteur de ses lignes ne doit pas être bien au courant de l'actualité de la Juventus dans la mesure ou depuis presque une semaine on annonce Tevez au côté de Vucinic (eh oui dur de jouer sans Mirko) avec Llorente qui partira du banc dans la mesure où il manque encore de rythme et d'automatismes.
Et le bilan des matchs amicaux est certes mauvais, mais c'était aussi le cas l'an dernier et il y a deux ans donc rien d'inquiétant.

Et la pignolade sur la coupe d'Italie faudrait peut-être arrêter même si le papier est signé d'un Laziale. D'accord gagner une finale contre la Roma c'est énorme mais ça reste que la coupe d'Italie.
Malgré le mercato le mystère se trouve encore au niveau de l'attaque :

- Llorente est plein d'envie mais a clairement besoin de temps de jeu pour ajuster quelque réglages, être dans le tempo et enfin marquer.
- Vucinic a l'air de dégouliner de motivation face à ces nouveaux arrivants, il marche à la motivation et j'ai l'impression qu'il va bien emmerder Llorente en haussant son niveau de jeu et en forçant Conte à le mettre titulaire en lieux et place de Llorente.
- Tevez c'est le flou complet, il a montré sa rage habituelle lors des matchs de préparation mais pour l'instant il est lui aussi assez brouillon et imprécis.

Et Giovinco dans tous ça ? J'ai l'impression qu'il va pas mal éplucher d'oranges cette année.


Vivement ce soir, qu'on y voit plus clair sur le niveau de cette Juve.
J'ai même pas encore lu l'article, j'ai juste feuilleté (ehh oui sur un ordi) et je vois Milan AC. Je me dis, mais qu'est que le Milan vient foutre la dedans.
Je lis : "Le bilan de ses matches amicaux ? Trois défaites aux tirs au but contre le Milan AC, Everton et l’Inter, et une autre défaite contre les Los Angeles Galaxy".

Y'a pas eu de match contre le Milan ! Sinon ce serait pas une défaite aux tirs au but, ce serait une défaite cinglante.
@baresi

"Y'a pas eu de match contre le Milan AC".

Allez, bisous : http://www.youtube.com/watch?v=L9z2ah32BAE



Savourez, profitez, cette "victoire" en match amical et aux tirs aux buts risque d'être votre seul trophée cette année.
declaubianco Niveau : CFA2
Perso le mercato de la juve ne me fait absolument pas bander* entre Llorente qui ne joue pas depuis plus d'un an , un Tevez qui semble clairement pas trop intéresser par le foot et Ogbonna qui a tout à prouver je ne vois aucune certitude comme pourrais l'être Higuain...
Si on ajoute à cela, les boulets que sont Matri, Quagliarella, De Ceglie, Padouin et cie .

J'espère juste que si cela ne doit pas le faire cette saison autant chuter ce soir pour compléter l'équipe du mieux possible avant la fin du mercato.
Barry Allen Niveau : CFA2
Le mercato de Naples est nettement plus risqué que celui de la Juve. Non seulement ils ont perdu Mazzari et Cavani, mais Higuain même si il marquera ses 20 buts a été surpayé et leurs autres recrus (Albiol, Callejon, Mertens, Reina) sont loin d'être des certitudes. Et des boulets comme Quagliarella ou Matri comme tu dis c'est du luxe. La preuve, le boulet Matri est fortement courtisé par le Napoli. Admettons que les recrues turinoises s'avèrent être des flops (ce qui je pense ne sera pas le cas), la Juve a suffisamment de qualité à chaque lignes pour conserver son titre.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
8 13